vendredi 14 janvier 2022

Lovely Bikers Tome 1 - Yale de Lydasa

 

Evidences éditions//Broché 370 pages//3 septembre 2021
Disponible en eBook




Yale rêve d’intégrer le club de son père, mais celui-ci refuse. Et pour l’humilier un peu plus, il lui a collé une nounou, qui n’est autre que Rowan, son vice-président. Ce soir encore, il ira se saouler dans un bar gay, mais il ne s’attend pas à tomber sur lui.
Des frères ne devraient-ils pas tout se dire et n’avoir aucun secret les uns pour les autres ?




La fan de bikers que je suis ne pouvais pas passer à côté de cette histoire, qui de plus est un M/M, une catégorie de romance que j’affectionne beaucoup aussi. Alors quand je tombe sur le combo bikers/M/M, je me suis dit : celui là je ne vais pas le laisser passer. 
Et je suis plus que ravie d’avoir fait la connaissance d’une nouvelle auteure et de son univers des bikers.

Bienvenue dans le club des bikers, les Dragon Skull ! Yale est le fils du président qui attend toujours d’avoir sa chance pour faire partie du ledit club. Mais son père n’en démord pas, il n’y a aucune chance que Yale fasse un jour partie du club et il y a des multiples raisons à cela.

Yale a 28 ans maintenant et il n’aspire qu’à appartenir au Dragon Skull et suivre les traces de son père qui en est le président. Il ne cesse de rentrer dans des conflits plus impétueux les uns que les autres vu que son père ne veut pas l’intégrer, ce dernier a déjà perdu sa femme (la mère de Yale) et il refuse de perdre son fils. Mais à trop se disputer ne risque-t-il pas justement de perdre Yale ? On sent bien que ce père aime son fils plus que tout mais qu’il lui cache des choses dont celui-ci devrait être informé...

Il faut dire aussi que Yale est un mec un brin immature, qui s’énerve vite et facilement, un peu comme un gamin capricieux. Il est tellement autocentré sur lui-même qu’il ne voit rien autour de lui. Son père, qui n’en peut plus d'être en conflit permanant avec son unique enfant, demande à son VP, Rowan, de garder un œil sur Yale.

Parlons un peu de Rowan ! Il a 32 ans, vice-président des Dragon Skull, homosexuel affirmé qui ne se cache pas particulièrement mais qui ne le crie pas non plus sur tous les toits. Ses frères et son président sont les seuls au courant, Yale ne sait rien et ne se doute bien entendu de rien. Rowan est un peu comme un second fils pour le président qui l’a pris sous son aile quand il était jeune, il a toute sa confiance et de fait Rowan finit en nounou auprès de Yale. Quelle mission se voit-il confier…


Entre le VP et le fils capricieux c’est assez houleux ! Rowan doit sans cesse courir derrière Yale et il n’a pas que cela à faire bien entendu. Mais ce « sale gosse » ne pense qu’à lui ! Au contraire de Rowan qui est un homme posé et sensé, il trouve toujours une solution à chaque problème qui se pose et Yale en est un gros. Du coup, il va prendre le droit d’intégrer Yale chez les Dragon Skull en tant que prospect et au moindre problème que le jeune homme posera il se fera jeter. Si le président est au début bien en colère contre son VP, il le laisse finalement gérer au mieux Yale. Et c’est au contact de Rowan que Yale va changer. Mais vraiment ! Et heureusement, parce que ce petit con commençait grave à me soûler !!


J’ai adoré cette romance M/M de bikers !! J’ai tout de suite apprécié le personnage de Rowan mais alors celui de Yale grrrr, la pelle n’était pas loin pour lui remettre les idées en place. Si l’écart d’âge entre nos deux héros n’est pas énorme, on ressent pourtant une grande différence dans le comportement de chacun. Mais à force d’évoluer et d’obéir aux ordres de son VP, Yale va prendre conscience de certaines choses et apprendre aussi des secrets bien gardés, ce qui vont le bouleverser plus que jamais.

J’ai par contre adoré l’amitié entre Yale et Karlito, ces deux jeunes se sont vraiment trouvés. D’ailleurs j’ai hâte de découvrir son histoire dans le prochain tome qui, je le sens, va me faire bien rire.

En bref, je découvre l'auteure Lydasa que je vais suivre de près tant son univers est addictif et passionnant. On se laisse volontiers plonger dans le monde des Dragon Skull. Je ne dirai qu’une chose, vivement la suite !






jeudi 13 janvier 2022

Too Young to Love de Mila Marelli

 

Editions Addictives//779 pages//9 novembre 2021
Uniquement en eBook




Les premières nuits au goût d’interdit...

Ballottée de foyers en familles d’accueil, Nina est une adolescente pleine de colère et de doute.
Pourtant, alors qu’elle intègre une énième famille et un nouveau lycée, elle trouve enfin ses repères. Et surtout, elle rencontre Matt, un garçon qui fait battre son cœur pour la première fois. Avec lui, elle découvre le désir, l’amour fou et les délices des nuits partagées…
Mais ils ne viennent pas du même monde et doivent affronter l’hostilité de leur entourage. Matt se rebelle contre son père mais Nina a déjà beaucoup souffert dans sa vie et a bien trop à perdre, elle préfère renoncer à son unique amour. Matt aura-t-il les épaules pour se battre pour deux ?





Nina STEFANO ne termine pas sa vie d’adolescente comme toutes ses camarades de classe. Ces dernières années, elle a connu bon nombre de familles d’accueil mais aussi des nuits dans la rue quand elle arrivait à fuguer. Depuis ses 10 ans, sa vie a pris un tournant qui l’a projeté dans l’horreur, et depuis, les galères se sont enchaînées… Pourtant, à la veille de ses 18 ans, la vie de Nina semble prendre un tournant positif : sa nouvelle famille, les Smith, est bienveillante et elle a envie d’avancer. Est-ce le regard du jeune Matthews CONNELY qui la motive un peu plus ?

Mais le passé de Nina est-il réellement derrière elle ?

Roman en deux parties bien distinctes, nous avons en premier l’évolution de la jeune Nina qui essaie de se faire une place en tant que jeune adulte, une sorte de sociabilisation sur le tard, et nous comprenons toutes les difficultés qu’elle a rencontré depuis son enfance… Puis nous assistons à la vie de Nina, devenue adulte, qui a appris de ses erreurs et qui s’assume comme elle le peut.


J’avoue que lorsque j’ai vu la longueur de ce roman, j’ai un peu pris peur ^^ et pourtant…

Vous avez déjà commencé un roman et dés les premières lignes vous avez su qu’il vous prendra aux tripes et que vous ne le lâcherez pas, qu’il vous procurera moultes émotions, que d’un côté vous avez envie d’en connaître l’issue mais que d’un autre, vous n’avez pas envie de le terminer ?

« Too Young To Love » est un de ceux-là pour moi 💗

J’avoue, Mila Marelli, dés le début, ne nous ménage pas… deux ou trois pages et BOUM ! premier uppercut… Je pense que c’est là que tout se joue : ou on accroche, ou on préfère laisser tomber… j’ai accroché et même plus que ça 😊

L’histoire de Nina n’est pas « drôle », et pourtant, sa répartie et ses réflexions personnelles peuvent nous faire sourire. Cependant elle est touchante par bien des aspects… j’aurai eu envie de l’adopter cette jeune fille douée, qui se cache derrière une sacrée carapace !

Matthew, le mec beau et populaire, qui semble avoir le monde à ses pieds alors qu’au final, une fois la porte de son foyer fermée, n’est plus aussi à l’aise que ça dans sa vie… On ne peut pas lui retirer sa motivation ! Je l’ai encore plus apprécié en tant qu’homme accompli dans la deuxième partie du roman, j’ai trouvé que c’était à ce moment là que l’on en apprenait le plus sur sa personnalité…

Il m’aura manqué quelques détails pour que ce roman soit un coup de cœur total, comme parfois le manque d’approfondissement sur les troubles dont est atteinte Nina, ou encore la présence trop discrète de la famille Smith dans la seconde partie du roman…

Il n’en reste pas moins que j’ai adoré ma lecture. Les personnages secondaires sont très nombreux, mais comme nous les retrouvons tout au long de l’histoire, nous ne sommes pas perdus en cours de route. On assiste à l’évolution de tous ces personnages, ce passage difficile entre la fin de l’adolescence à la maturité responsable…

C’est prenant, poignant, puissant… Bref, ce roman aux intrigues nombreuses, est tout simplement addictif ! Un roman à ne pas rater !







mercredi 12 janvier 2022

Les monstres de Rookhaven de Padraig Kenny - Illustrations de Edward Bettison

 

Lumen éditions, 20 janvier 2022, 372 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

 

 

 

Les monstres ne sont pas toujours ceux que l'on croit... Mirabelle habite un mystérieux manoir en pleine forêt avec une famille un peu particulière. Il y a par exemple son oncle Bertram, capable de se transformer en féroce grizzly, ou sa tante Eliza, dont le corps entier est composé de centaines d'araignées... Autrefois chassés par les hommes (qu'ils avaient, il faut dire, une fâcheuse tendance à dévorer), ces monstres ont conclu un Pacte avec le village le plus proche : en échange d'un approvisionnement régulier en vivres, ils ont juré d'épargner leurs voisins. 

 

D'un côté, nous avons Mirabelle et sa "famille" qui sont des êtres spéciaux, étranges. 

Ils vivent isolés et cachés grâce à une barrière magique au sein du manoir de Rookhaven. 

La famille est composée de Olibrius qui se déplace par des portails qu'il crée, oncle Enoch capable de se transformer en chauve-souris - vampire , oncle Bertram qui lui, devient un ours, tante Eliza composée de centaines d'araignées, Goret, qui grogne, ronronne, est dangereux et possède un talent très, très particulier, il est le doyen de la famille mais vit reclus, Dotty et Daisy, les jumelles, capables de traverser les murs et Mirabelle qui ne peut ni dormir ni manger. 

Mirabelle est la dernière arrivée dans la famille. 

Mais aujourd'hui, un nouveau membre va arriver, un bébé qui n'a qu'un œil, qui est recouvert d'écailles grises et pourvu de dents pointue : Gideon

De l'autre côté, nous avons, Jem(ima) et Tom, son frère. Orphelins,ils ont fui leur oncle qui les battait. 

Alors qu'ils tombent en panne dans un lieu désert, ils découvrent le manoir malgré sa barrière magique. 

Une déchirure s'est produite dans la barrière de protection. 

 

L'accueil au manoir est plutôt mouvementé car les plantes carnivores perpétuellement affamées ont décidé de faire des deux adolescents leur casse-croûte. 

Une fois sauvés des plantes par Bertram et de Bertram par Mirabelle, les deux jeunes gens pénètrent dans le manoir. 

Tom, malade, s'évanouit et les habitants du manoir sont bien contraints de leur offrir l'hospitalité. 

Le plus dur pour Mirabelle est d'empêcher les membres de la famille de dévorer leurs invités. 

Petit à petit, Jem va apprendre à vivre avec ces êtres si différents qui l'intriguent tant et découvrir qui ils sont vraiment derrière leur apparence monstrueuse.

Mais le pacte conclu des siècles plus tôt et qui avait instauré une forme de paix entre les habitants de Rookhaven et le village va être mis un mal lorsqu'une entité effrayante fait son apparition au village.

Mais de cet être, je ne vous en dirai pas plus, je vous en  laisse la - mauvaise - surprise !

Les monstres que nous découvrons dans ce livre sont tour à tour effrayants, attendrissants, méchants, espiègles. 

À force de les côtoyer, on se prend d'affection pour eux et au final, les monstres ne sont pas ceux qu'on croit.

Et je dois dire que j'ai ressenti une tendresse particulière pour Goret.


 

Les pages sont émaillées d'illustrations en noir et blanc qui nous montrent le monde de Rookhaven et je ne résiste pas au plaisir de vous en mettre quelques unes. 






En bref, ce récit nous apprend à voir au-delà des apparences, à ne pas juger trop vite les gens différents comme notre société le fait bien trop souvent. Une très belle histoire que j'ai lue avec plaisir.





 

mardi 11 janvier 2022

Anya T3 Acceptation de Stéphanie Piccilo

 

Auto éditions, 2 octobre 2021, 315 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

 

 

 

Anya se remet difficilement de la perte qu’elle a subie et se renferme sur elle-même, refusant désormais d’utiliser ses pouvoirs.
Elle était convaincue que ses actes, lors de ce tragique événement, signeraient son arrêt de mort, mais les Archanges en ont décidé autrement. Conscients de son potentiel et de ce qu’elle pourrait leur apporter en cas de guerre ouverte avec les démons, ils l’accueillent comme l’une des leurs.

 

Alors que l'auteure nous avait laissés sur des charbons ardents à la fin du tome précédent, nous retrouvons Anya qui, suite au combat et au drame auxquels elle a été confrontée précédemment et dont, bien évidemment, je ne vous dirai rien, plonge dans une forme de dépression pendant un long mois, se coupant de ses amis et ressentant un terrible sentiment de culpabilité. 

Mais sa fête d'intronisation arrive à grands pas et après la visite de l'enchanteresse Aurora, la jeune femme décide de se reprendre en main.

Après avoir voulu tenir Aédan à distance pour sa sécurité, Anya retourne vers lui et leur histoire reprend de plus belle.

Ce qu'il peut être possessif et jaloux ce bel ange... Il est trop craquant !


 

 

mais parfois, un peu trop au goût d'Anya.

Elle retrouve également ses amis Malone, Liam, Annie,Sofia, Ptoléus...

Tous ensemble, ils vont tenter de retrouver le démon renégat Balameth et son complice angélique qui n'est nul autre que ....

Vous pensiez vraiment que j'allais vous le dire ?


 

Pour ce faire, ils vont recevoir l'aide totalement inattendue du seigneur des enfers : Lucifer en personne !

Un Lucifer qui ressemble à ça !

 Aucune description disponible.

Anya est troublée plus que de raison par le jeune homme (et on peut la comprendre). 

Elle aime à 1000 %  Aédan mais il y a un petit quelque chose chez le démon qui l'attire.

Et sa petite voix intérieure ne fait pas grand chose pour calmer le jeu !

Ce qui ne va pas arranger la jalousie de Aédan !

Pour pouvoir arrêter Balameth, d'abord faut-il le retrouver car à chaque fois qu'ils pensent le débusquer, le démon a déjà pris la tangente. 

Il y a donc probablement un ou plusieurs traîtres chez les anges mais qui et surtout pourquoi ?

 

Ce dernier tome est tout aussi addictif que les précédents.

Il commence sur une note de tristesse et de drame mais va se conclure tout autrement !

Dire que j'ai aimé cette série est un doux euphémisme !

J'ai été emportée dans cet univers avec bonheur et passion.

J'ai adoré chaque personnage ( les gentils) et détesté à fond les méchants.

Anya et Aédan sont mon couple chouchou. Et malgré leur hésitation, leurs mauvaises raisons de ne pas être ensemble, leur caractère parfois emporté et extrême, c'est mignon de voir leur couple, enfin, formé pour le meilleur et pour le pire !

Et le pire, ils vont devoir l'affronter au cours de leur combat.

Ils devront faire face à la perte d'êtres chers et n'auront de repos qu'après les avoir vengés.



En bref, Anya a tout pour nous plaire :  des aventures palpitantes, des rebondissements en tout genre, de la romance, de l'amitié et de l'humour ( une mention spéciale pour la voix intérieure d'Anya )

Tant de choses qui font de cette lecture un moment incroyable !




 

 Découvrez les chroniques précédentes en cliquant sur les covers

 


lundi 10 janvier 2022

Le fou et l'assassin Intégrale 3 de Robin Hobb

 

Éditions J'ai Lu, 5 janvier 2022, 960 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

En vente sur le site J'ai Lu 
 
 
 
 
 
 
 
Le Fou avait juré de ne jamais remettre les pieds sur l'île où vivent les Serviteurs, une secte de la pire espèce. Mais Abeille, la fille de Fitz, est tombée entre leurs mains, et quoique les deux hommes ne nourrissent plus aucun espoir à son sujet, ils sont bien décidés à passer par le fil de l'épée tout Serviteur qui se dresserait sur leur chemin. Pourtant, la jeune femme est bel et bien en vie, et elle ne manque ni de ressource ni de volonté. 
 

Pour rappel et pour tous ceux qui, tout comme moi, ne connaissaient pas encore cette série, Le Fou et l'Assassin est la troisième partie du cycle l'Assassin Royal et se compose de six tomes.

Cette troisième et dernière intégrale se compose du T5 Sur les rives de l'Art et du T6 Le destin de l'assassin.

Voici les résumés détaillés de chaque tome. 

Sur les rives de l'Art

Le Fou avait juré de ne jamais remettre les pieds sur l'île où vivent les Serviteurs, une secte de la pire espèce. Mais Abeille, la fille de Fitz, est tombée entre leurs mains, et quoique les deux hommes ne nourrissent plus aucun espoir à son sujet, ils sont bien décidés à passer par le fil de l'épée tout Serviteur qui se dresserait sur leur chemin. Pourtant, la jeune femme est bel et bien en vie, et elle ne manque ni de ressource ni de volonté. 

 

Le destin de l'assassin 

Lorsque les Quatre se sont attaqués à Flétribois, ils ignoraient ce qu'il en coûtait de s'en prendre aux Loinvoyant. Croyant Abeille perdue pour toujours, Fitz, accompagné du Fou, s'est lancé dans une vengeance sanglante que rien n'arrêtera. Sa fille est pourtant bien vivante, mais le sort qui l'attend est peut-être pire que la mort. La jeune femme est cependant bien décidée à anéantir ses ravisseurs jusqu'au dernier, même si elle doit pour cela y laisser la vie... 


Dans cette dernière intégrale, nous suivons Fitz dans sa quête de vengeance vis à vis de ceux qui - pense-t-il - ont tué sa fille et animé par le désir de les exterminer, le Fou qui, malgré la promesse qu'il s'était faite de ne jamais retourner sur l'île des Serviteurs où il avait été torturé, va surmonter sa peur pour, lui aussi, venger la 'mort' de celle qu'il considère aussi comme sa fille quant à  Abeille, qui est loin d'être morte, elle n'aura de cesse de lutter contre ses ravisseurs et tenter de s'échapper !

Un combat qui semble vain au premier abord mais la jeune fille est forte, déterminée et malgré des moments de profond désespoir et les sévices subis, elle ne cessera jamais de se battre pour sa liberté. 

Et tout comme son père, elle va être habitée par une soif de vengeance contre ses tortionnaires que seule leur mort parviendra à satisfaire. 

Elle devra en affronter des épreuves : la mer déchaînée, une Dwalia qui lui voue une haine tenace et n'hésite pas à la battre, prisonnière d'un tombeau,.... 

Et je peux vous dire que la malheureuse va en baver. 

À plusieurs reprises, elle pense avoir échapper à ses ravisseurs mais Dwalia, par je ne sais quel moyen, arrive toujours à la retrouver et lui fait chèrement payer ses tentatives d'évasion.

Dwalia est méchante, sournoise et surtout, increvable et Vindeliar, le complice de Dwalia, ne lui est d'aucun secours tant il est faible et lâche.

Fitz, pour sa part, rencontre beaucoup de problèmes avec une vivenef (comprenez par là un bateau avec une conscience et l'âme d'un dragon de par la façon et le matériau avec lequel il a été construit: du bois sorcier) et qui n'en fait qu'à sa tête. 

Inexorablement, leurs chemins se rapprochent, le père et la fille finiront par se retrouver mais beaucoup de choses ont changé en trois ans. 

Ils ne sont plus les mêmes, ont connu bien des drames qui les a changés profondément et marqués à tout jamais.

Cette dernière intégrale conclu avec brio une série qui m'aura captivée du début à la fin !

Malgré son nombre de pages assez conséquent et une police d'écriture plus petite, j'ai été scotchée de bout en bout par le récit ! 


 

Impossible de ne pas prendre fait et cause pour cette gamine qui pendant trois longues années va subir des mauvais traitements, sera battue, humiliée.

Mais Abeille est forte, très forte. Elle ne se laissera jamais abattre et gardera toujours espoir.

Le Fou va se révéler plein de ressources que ce soit sous l'identité du Fou ou de Dame Ambre.

Fitz n'aura de cesse de rejoindre l'île des Serviteurs pour leur faire payer la disparition de sa fille et sa mort car il ignore toujours que cette dernière est bien en vie.

Et puis, il y a ces personnages qui gravitent autour d'eux : Persévérance, Lant, Blaise, Ortie... qui auront tous un rôle à jouer dans cette quête.

En bref, si vous aimez les récits de fantasy épique, sans temps-morts, avec nombre de rebondissements, de suspense, des personnages charismatiques, des aventures qui vous feront vibrer tout du long, cette série est faite pour vous !!!!!



Découvrez les chroniques des tomes précédents en cliquant sur les covers
 

 
 

vendredi 7 janvier 2022

Nos amours contraires d'Erin Graham

 

Editions Addictives Poche//540 pages//11 novembre 2021
Disponible en eBook




Leur point commun ? La peinture. Leurs différences ? Tout le reste. Mystérieux et insaisissable, Gabriel n'a ni Dieu ni maître. Après un début de vie difficile et des choix pas toujours judicieux mais assumés, il sait ce qu'il veut : être libre. Et la recette de la liberté est simple : peu d'amis et pas d'amour. Aussi joyeuse et lumineuse que Gabriel est secret et solitaire, Anouchka est son contraire : elle ne se sent vivre qu'auprès de sa famille et de sa bande de copains. Pourtant, une attraction très forte naît rapidement entre ces deux êtres que tout ou presque oppose. Gabriel est persuadé que personne, pas même Anouchka, ne pourra le ramener vers la lumière. Mais Anouchka cache plus de ressources qu'il ne le croit, et la confrontation s'annonce tellement explosive que même Gabriel ne saurait rester indifférent...




Anouchka ISSAÏEV, (dite « Noush »), 26 ans, est une passionnée d’art et plus particulièrement de peinture. Professeure dans cette discipline, elle doit bientôt fournir une série d’œuvres qu’elle aura créé afin de promouvoir une association lors d’une exposition. Mais gros soucis, Noush a perdu son inspiration depuis sa récente rupture… Non pas qu’elle était folle amoureuse de son ex, mais tout simplement elle a perdu sa « muse ». En panique, elle essaie de se confier à ses trois amis, Rebecca l’artiste un peu fofolle, Pierre le médecin et Baptiste le marchand d’art, mais rien n’y fait, elle se met la pression.

Alors que Rebecca, enceinte, doit arrêter son activité de professeur de dessin bénévole dans une association pour laisser-pour-comptes, Noush va la remplacer… et retrouver de l’inspiration en croisant le beau Gabriel. Seulement Gabriel n’est pas un élève comme les autres et Noush ne s’attend pas à devoir batailler sévère pour convaincre le jeune homme à l’aider…


Erin Graham nous livre là une histoire originale, qui pointe du doigt des sujets que je n’ai pas très souvent eu l’occasion de lire en romance.

En effet, pour une fois, nous n’avons pas affaire à un riche et beau jeune homme (enfin si, il est beau, mais pour la richesse…), la situation de ce Gabriel Novac, cette liberté choisie à l’extrême, n’est pas très commune. Et pourtant, elle est parfaitement crédible car cela existe bel et bien dans notre société.

On entend aussi souvent parler de la « panne » de l’écrivain, mais beaucoup plus rarement du syndrome de « la toile blanche » pour les peintres 😉

Ainsi, le point de départ, de par sa singularité, est parfait !

L’histoire suit ensuite son cours avec une sorte de jeu du chat et de la souris entre Gabriel et Noush, parfois un peu long à mon goût mais avec des rebondissements qui entrainent un bon rythme de lecture et attisent la curiosité. Les révélations ne sont peut-être pas assez nombreuses et il m’a manqué un peu de précision sur le passé de Gabriel, ne serait-ce que pour l’amener aux choix de vie qu’il a fait mais bon, cela ne reste que mon ressenti.

Erin Graham, avec ce roman, m’a semblé jouer de poésie. Elle décrit avec une telle délicatesse l’art des deux personnages qu’on en vient assez facilement à se représenter leurs œuvres.

Autant Noush que Gabriel sont touchants, radicalement opposés, ils sont par contre en tout point semblables dans leur passion commune. C’est d’ailleurs très certainement à cause de cela qu’ils ont autant de mal aussi à s’entendre et s’accorder 😉

Les personnages secondaires ont aussi leur importance dans l’histoire, chacun ayant son chemin de vie à tracer, superposant ainsi les différentes intrigues, et rendant plus vivant l’ensemble du roman.

Mon plus gros souci reste tout de même que, malgré les explications en fin de livre, je ne pipe toujours pas un mot au tarot 😉


Voilà, en bref, une histoire agréable, à lire et savourer comme si on contemplait une œuvre d’art.