mardi 26 novembre 2019

Festival du livre romantique Interview de Lil Evans



Lil Evans s'est prêtée avec gentillesse à notre petit questionnaire.




      1. Pour vous présenter de façon originale, pourriez-vous nous donner 5 anecdotes sur vous qui vous caractérisent bien ?

Bonjour 😊 Je vois que vous commencez par les questions difficiles ! Je suis en stress pour la suite, là ! *rires*
Alors *fouille sa mémoire de poisson rouge* :
-       J’ai commencé à écrire par hasard il y a quelques années, pour coucher une histoire que j’avais en tête depuis longtemps. Je dois avouer que je n’avais jamais vraiment pensé à me lancer dans cette aventure jusqu’à ce qu’un jour, ça devienne une évidence. Et l’évidence s’est transformée en passion.
-       J’ai failli abandonner ce monde du livre avant même d’être publiée pour la première fois. 
J    J'avais envoyé un manuscrit (celui de Cet Autre Monde, un Urban Fantasy qui n’est plus imprimé à ce jour) à une maison qui éditait ce genre, et j’ai reçu une réponse très sèche et méchante sur la nullité des quelques phrases lues au hasard. Ça m’a dévastée. Je suis quelqu’un de très sensible et ça m’a beaucoup fait réfléchir sur mon futur dans ce milieu. Mais bon, j’ai essayé de prendre sur moi et de continuer à tenter ma chance pour vivre ce petit rêve fou d’avoir un jour l’un de mes livres entre mes mains 😊
-        J’aime tellement le chocolat que je me suis installée en Belgique. (Non je rigole, j’y suis à cause du chéri qui est Belge mais ça reste entre nous *rires*). Et il se pourrait en plus que j’habite à quelques kilomètres seulement du meilleur chocolatier d’Europe. Devinez qui peaufine son regard de Chat Potté pour aller y faire un tour de temps en temps ?
-        Ayant fait des études supérieures, j’ai passé une grosse partie de ma vie à ne lire que pour les cours. J’ai enchaîné des tas de classiques, de livres imposés et pas toujours passionnants jusqu’à ce que je découvre un jour le monde magique de la romance fantastique *yeux en forme de cœur*. Depuis, c’est devenu mon genre littéraire préféré.
-      Je suis quelqu’un de très stressée. Quand j’ai fait Livre Paris avec les éditions Addictives, j’étais tellement angoissée que toutes les premières dédicaces que j’ai signées sont d’une mocheté absolue. J’avais les mains tremblantes et les yeux tous globuleux *rires*.

      2. Si vous pouviez voyager dans le temps et donner un conseil à votre vous du passé qui sort de l’adolescence, quel serait-il ?


Je lui dirais de profiter un maximum de ce que la vie a à offrir, parce que l’adolescence devrait toujours rimer avec insouciance. Et que la maxime selon laquelle manger du chocolat aide à déstresser est complètement fausse ! *rires*

          3. Quel est le roman qui a fait tilt dans votre tête et vous a donné envie d’écrire ?

Ce n’est pas la lecture d’un roman qui m’a donné l’envie d’écrire, c’est vraiment venu d’un seul coup, comme un coup de tonnerre dans ma vie.
Mais si je devais citer un roman qui m’a fait « tilt » et entrer dans le monde du plaisir de lire, ce serait Twilight, qu’une amie m’avait prêté à l’époque de sa sortie. Elle voulait m’entraîner avec elle pour voir le deuxième film qui arrivait sur les écrans, et je voulais lire le premier livre pour ne pas être perdue dans l’histoire. J’ai vraiment adoré et j’ai enchaîné tous les volumes les uns après les autres. Et c’est aussi ce livre qui m’a fait découvrir la romance fantastique alors il aura toujours une petite place spéciale dans mon cœur.

         4. Si vous pouviez diner avec un personnage réel ou fictif, quel serait-il et pourquoi ?

Franchement, peu importe tant qu’il y a du chocolat pour le dessert ! *rires*
Mais sinon, si je devais vraiment mettre de côté mon obsession pour la nourriture, je dirais qu’un petit resto avec Ivy Wilde (la sorcière un peu fainéante créée par Helen Harper – et éditée chez MXM, Collection Infinity) serait trop drôle. On a trop de points communs, on s’entendrait à merveille. Et puis je pourrais la secouer un peu pour qu’elle fasse davantage les yeux doux à Winter.
Quoi ? Je fais trop fangirl, c’est ça ? Mince… 


      5. Quels sont vos genres de lecture de prédilection ? Vos auteurs favoris, ceux que vous ne pourriez lire et relire sans jamais vous lasser ?

Je vais me répéter, mais mon péché mignon, c’est la romance fantastique.
J’adore plus globalement l’urban fantasy parce que de m’imaginer toutes ces créatures surnaturelles dans notre monde, ça me fait rêver. Oui oui, je sais, c’est un peu bizarre ! Mais bon, des loups garous c’est quand même vachement plus palpitant que des voisins bruyants qui jardinent en maillot de bain ! *rires*

J’ai aussi une tendance à me jeter sur les Young Adults dans la catégorie fantasy. Les couvertures (surtout américaines) me font craquer à tous les coups comme pour The Last Namsara (Iskari en vf), The Remnant Chronicles, Ash Princess, The Sin Eater’s Daughter…

Tout à fait personnellement, je ne relis jamais mes livres, surtout quand ce sont des coups de cœur. Je tiens trop à garder cette petite étincelle qui m’a fait adorer un ouvrage, et j’ai trop peur de la perdre en me plongeant une nouvelle fois dans une histoire.
Par contre, quand j’aime un auteur, j’achète avec plaisir tous ses autres livres. Dans mes achats les yeux fermés, il y a notamment Suzanne Wright, Kerstin Gier, Patricia Briggs, Stephenie Meyer.

       6. Quelles sont vos sources d’inspiration ? Une anecdote à ce sujet ?

Je m’inspire surtout de lieux visités, ou que j’aimerais visiter. De petites choses du quotidien qui me marquent ou m’agacent et que je peux rectifier grâce à des personnages.

Pour écrire Savage Rider, Crash & Burn et Boss Affair (aux éditions Addictives) par exemple, je me suis beaucoup inspirée de mes voyages aux Etats-Unis et de cette ambiance typique de villes qui côtoient le désert. Le décalage entre la civilisation et le néant me fascine beaucoup.
Je ne suis jamais allée au Texas (l’état où se déroule ces trois livres) mais j’adorerais le découvrir.

En attendant, je dois me contenter de recherches Google. En général j’essaye de noyer un « Quel poison utiliser pour tuer rapidement quelqu’un » sous une avalanche de « petites rues charmantes à Boston » ou « meilleure pâtisserie d’Odessa ».

      7. Quel est parmi tous vos personnages, celui qui vous a donné le plus de mal ? A l’inverse celui qui a été étonnamment très simple à écrire et à développer ?

Le plus compliqué à écrire a été Ax (Savage Rider, Crash & Burn), mon motard tatoué, leader de gang et tiraillé entre sa vie et ses rêves. C’est un personnage que j’ai détesté pour son égoïsme et je pensais m’être débarrassée de lui après Savage Rider, mais les lectrices l’ont tellement aimé qu’elles m’ont réclamé son tome. Et là, ça a été le drame !
Comment écrire un tome sur un personnage qui nous agace ? J’ai remonté mes manches, soupiré un grand coup et je me suis lancée. Et c’est vraiment dans Crash & Burn qui j’ai commencé à l’apprécier. Je me suis davantage plongée dans ses tourments, dans ses espoirs et il m’a touchée, au final.

Le personnage le plus simple à écrire a été Ebony je pense (Savage Rider) parce que c’est une héroïne douce, attachante, d’une gentillesse sans limite et c’est le genre de personne que j’aimerais être, et que j’aimerais croiser tous les jours dans les rues.

      8. Préférez-vous écrire des standalones ou des sagas ? Pourquoi ?

J’aime les deux.
Les one-shot pour le plaisir de donner vie à un nouveau monde et de nouvelles recherches qui seront éphémères dans ma vie d’auteure, un peu comme une danse avec un inconnu.
Et les sagas pour le plaisir de plonger corps et âmes dans un univers qui me prendra une petite part de mon cœur. 

       9. Pouvez-vous nous parler de votre dernier roman qui sera à l’honneur au Festival ?

Alors le petit dernier sera Crash & Burn à l’occasion de sa sortie papier chez Addictives.
Il se concentre donc sur Ax, le leader des Ley Absoluta. Dans Savage Rider, le gang a investi une petite banlieue tranquille pour bousculer la vie des voisins. Dans Crash & Burn, rien n’a changé ! *rires* Ax embête toujours ses voisines, lance toujours des fêtes palpitantes, mais il va aussi au-delà de gros ennuis à cause de la dissidence au sein du gang.
Qui cherche à l’éliminer ? Qui va le trahir en premier ? Et comment protéger la femme de ses rêves alors qu’il côtoie le danger chaque heure de chaque journée ?
À vous de le découvrir 😊

      10. Question traditionnelle que nous sommes obligées de poser : Le héros ou l’héroïne :

-          Parfait à épouser ? Ebony pour sa douceur.
-        Parfait pour passer du bon temps au lit ? (chéri, ne lis pas cette réponse *sifflote*) Indy pour… tout lui !
-          Qui vous a donné tout de suite envie de l’étriper dans d’atroces souffrances ? Ax hahaha !

.        11. Et pour finir, un portrait chinois. Si vous étiez (et n’hésitez pas à commenter vos choix ^^) :

        Une couleur : Le mauve
        De la nourriture : Du chocolat
        Une destination : Les Etats-Unis
     Un animal : Un lamentin *rires* paisible et dodu.
       Un Disney : Nan mais Ratatouille, c’est sûr ! (J’avoue j’ai dû chercher sur Google la liste des Disney parce que ce n’est pas trop mon truc, oups !)
       Un héros Marvel ou DC Comic : Je ne connais pas du tout, désolée ! Mais si je devais nommer un super-héros, ce serait Ian Malcolm. Si si, il compte !
       Une chanson : Can’t stop the feeling – Justin Timberlake (parce que comme un troll, j’ai les cheveux qui défient les lois de la gravité)
     Un des 7 péchés capitaux : La gourmandise (ça vous étonne ? 😊)
     Un vêtement : Un sombrero. Ne me demandez pas pourquoi *rires*
    Une citation : « Il est toujours l’heure pour aimer, quelque part dans le monde » (Ebony, Savage Rider )

Merci infiniment et rendez-vous au Festival du Livre Romantique !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire