mercredi 30 septembre 2020

Avis : Community de Luna Joice

 

Éditions Hugo Romans,3 septembre 2020, 337 pages, disponible
 au format papier et numérique
 
 
 
 
 
 
3006. La Terre a été pacifiée grâce à Community, une technologie révolutionnaire qui permet à l'homme de communiquer par télépathie. L'égoïsme mis de côté au profit de la collectivité, conflits et inégalités appartiennent désormais au passé.

Passionnée par les étoiles, Lyah est une jeune femme dotée d'une profonde soif de connaissances, qui la pousse à se poser beaucoup de questions sur le monde qui l'entoure. Bien plus que tous ceux qu'elle connaît... Pourquoi les humains ont-ils désormais interdiction de se toucher ? Pourquoi ne peut-elle pas choisir elle-même sa future Assignation ? Et pourquoi certaines bases de données lui sont-elles inaccessibles ?

Tandis qu'elle exhume secret après secret sur la société aseptisée dans laquelle elle vit, une interrogation grandit dans son esprit.

Pour Community, à quoi l'humanité a-t-elle renoncé ?
 
 

3006, quelque part sur Terre.
 
La population vit une vie formatée, où l'intimité n'existe plus, la parole non plus, les dialogues se font directement dans la tête par connexion que l'on peut ou pas accepter. 
 
Et tout cela grâce à grâce à Community, une technologie mise au point et utilisée pour la première fois en 2171.
Il n'y a plus de frontières à proprement parler, plus de pays mais des zones déterminées en fonction des fuseaux horaires.
Tous les habitants sont connectés et l'on peut, si on le désire s'adresser à un individu, à un groupe ou à la planète entière ! 
Il n'y a plus de lois différentes pour chaque zone mais 9 lois pour le monde entier. 
 
Tout se fait par l'esprit et on porte presque en permanence un genre de masque (voir photo cover), un Andi qui permet de visualiser des films ou autre, écouter de la musique... Le tout par l'esprit. 
 
Pas de gaspillage des ressources : plus d'instruments de musique, plus de livres, un seul et unique enfant et uniquement par insémination artificielle. 
 
Lyah vit dans ce monde avec ses parents. Elle est curieuse de tout, avide de tout connaitre et veut toujours savoir le pourquoi des choses et, par-dessus tout, a une vraie passion pour les étoiles et l'espace.
Ce qui fait d'elle un esprit à part et le fait qu'elle commence à s'interroger sur la légimité ou pas de Community n'arrange pas les choses.
 
Car, depuis des siècles, les contacts sont proscrits, l'amour a été banni et à force de n'utiliser que l'esprit pour communiquer, l'usage de la parole a tout bonnement disparu et l'ouïe, atrophiée.
 
Lyah, comme tous les jeunes qui atteignent l'âge de 21 ans, attend - pour sa part avec angoisse - son Assignation qui va déterminer où elle va travailler  et qui sera son assigné, celui auquel elle sera liée et avec qui elle va fonder une famille et élever un enfant.
 
Car on n'a pas le droit de choisir où l'on veut travailler ni avec qui on souhaite vivre, c'est l'Assignateur qui décide de tout !
 
Elle redoute surtout - elle qui aime le grand air - devoir travailler en sous-sol en tant que Distributeur, Chercheur ou Conctructeur. Elle espère être - tout comme sa mère - Cultivateur et vivre à la surface.
 
Tout ne se déroule pas selon ses voeux mais sa nouvelle fonction va lui permettre de découvrir de sombres secrets et se poser des questions sur le bien fondé de Community !
 
 
Ce récit est particulièrement original et nous fait réfléchir sur les dérives d'une société qui, pensant protéger les habitants, les prive du moindre choix !
 
Bien sûr, dans ce monde apparemment idyllique, qui prône le bien de tous, il n'y a plus de maladie, plus de guerre, la paix règne en maitre, tout le monde a une santé florissante, la nature est préservée ... 
 
 
Cela parait merveilleux mais à quel prix ?
 
Celui de la liberté individuelle, du libre arbitre, de l'amour, de la parole, de l'ouïe, de contacts physique, de l'amour, du désir et la perte des souvenirs.
 
Lyah va se révolter contre cette forme - quoiqu'on en pense - de dictature, qui oblige les gens à agir comme elle le veut, sans qu'ils cherchent à se poser des questions, à se rebeller, ce qui ne va pas être le cas de la jeune fille.
 
Son esprit brillant, obsessionnel, performant va lui permettre de découvrir les méandres d'une machine bien huilée !
 



 
En bref, ce récit nous démontre avec beaucoup de talent et de lucidité, un monde qui aurait pu être idéal mais à force de vouloir trop bien faire, de vouloir bannir toutes sortes de violences, de vouloir tout diriger, on risque d'obtenir l'effet inverse : une vie certes sans danger mais formatée, sans choix possible, sans contact, sans intimité comme le démontre si bien leur façon de se dire au revoir :

"- Mon esprit est le tien.
 - Et mes pensées sont les tiennes" 
 
 
 


 
 






 


mardi 29 septembre 2020

Avis : Les terres de l'Oubli de Jessica Lumbroso

  Snag éditions, 3 septembre 2020, 432 pages, disponible  au format papier

 

 

 

 

Lors d'une étrange nuit, Éva réchappe de justesse à la mort. Accompagnée de Bastien, un jeune homme mystérieux qui semble lui vouer sa vie, la voilà confrontée à sa nouvelle réalité : elle n'est autre que Maeve, une Fairie vouée à devenir puissante, née dans un autre monde : les Terres de l'Oubli.
Dès lors, le destin se met en branle. Et pour survivre, ils n'ont d'autres choix que de retourner dans ce monde qui les a vus naître.
Car dans l'ombre, les Damnés fomentent une rébellion : ils enlèvent et tuent au nom de la liberté. Mais Kay, un Métamorphe puissant, lève une armée pour les contrer.
Dans ce monde qui se scinde en deux, il faudra à Éva et Bastien choisir leur camp. Car la guerre menace d'éclater.
Mais la liberté n'a pas de prix.


Éva a perdu ses parents il y a deux ans et est partie vivre chez sa tante mais depuis quelques temps, elle fait un cauchemar récurrent où elle assiste à l'attaque et à la mort d'un homme et d'une femme.

Des cauchemars dont elle se réveille avec un sentiment d'angoisse et de danger.

Éveillée et incapable de se rendormir, elle décide de sortir prendre l'air et là, elle se fait attaquer par deux genre de molosses qui ne lui veulent pas que du bien.

Sauvée par un jeune homme qui semble la connaitre, le danger n'en est pas moins toujours présent sous la forme d'une mystérieuse femme qui semble, elle aussi, la connaitre.

Après un combat épique, les deux jeunes gens parviennent à s'enfuir et se réfugient chez la mère du jeune homme.

Éva découvre, ébahie, que sa tante et la mère de Bastien - c'est le prénom du jeune homme qui l'a sauvée - se connaissent mais là ne s'arrêtent pas les révélations qu'elle va faire !

Elle n'est pas originaire de la Terre mais de les Terres de l'Oubli et elle est une Fairie vouée à développer des dons immenses et à sauver le monde. (selon le Codex)

Et comme si ce n'était pas déjà suffisant, elle apprend que Bastien est son Gouarner, son protecteur qui est prêt à sacrifier sa propre vie pour la protéger.

Une mission dont le jeune homme ne peut ni surtout ne veut refuser !

Les attaques visant Éva tentent à prouver qu'elle est menacée par les Damnés, dirigés par Cyphen, un être redoutable qui cherche à posséder les pouvoirs, encore balbutiants, d'Éva pour soumettre les Terres de l'Oubli à son autorité.

Suite à un terrible drame dont, bien entendu, je ne vous dirai rien, va commencer pour Éva et Bastien un long chemin semé d'embûches et de dangers pour tenter de trouver un passage pour les Terres de l'Oubli.

Dans l'autre monde, il y a Kay, un métamorphe qui, pour des raisons que nous ignorons, décide de créer une armée pour tenter de combattre les Damnés et sauver son monde des atrocités commises.

Éva et lui parviendront-ils à se trouver pour mener ce combat à bien ?

Rien n'est moins sûr !!!!

Dès les premières pages, nous plongeons directement dans l'action au travers du combat d'Éva et de Bastien pour leur survie.

Mais par la suite, le récit à tendance à s'enliser et à devenir quelque peu répétitif jusqu'au moment où, à la fin de la première partie, tout s'emballe de nouveau pour rester captivant jusqu'à la fin.

Dans la première partie, nous faisons connaissance avec Éva et Bastien et les liens qui les unissent bien malgré eux, nous suivons leur fuite et l'évolution de leur relation car leur proximité permet de renforcer le lien entre Éva et son Gouarner.

La seconde partie nous permet de découvrir les Terres de l'Oubli qui ne sont pas si différents de notre monde ainsi que Kay et les différents membres de son équipe composée de Fairies aux talents divers comme des Minder qui peuvent soit avoir des visions, manipuler les esprits forcer les individus à agir contre leur gré, utiliser la télépathie, ... , un Electro, un Protecteur, un Pyro ...

Bien sûr, tout cela n'est qu'une description très succincte de tout ce qui se déroule dans le récit mais à quoi bon trop en dire sous peine de gâcher le plaisir de la découverte ? 





En bref, Les Terres de l'Oubli est une lecture qui démarre sur les chapeaux de roue pour connaitre ensuite, une certaine baisse de régime pour mieux rebondir par la suite et nous offrir une seconde partie époustouflante et qui nous laisse avec une seule envie : découvrir la suite de cette aventure et de ce qui attend nos amis.  

 Il ne me reste donc plus qu'à attendre !!!








 


lundi 28 septembre 2020

Avis : Visions T1 Les Ombres de Vincent Morrone

 

Éditions Juno Publishing, 1 août 2020, 300 pages, disponible
 au format papier et numérique 
 
 
 
 
 
 
Après la mort de ses parents, la vie de Bristol Blackburn est plongée dans le chaos et elle se voit contrainte de démanger à Spirit, une petite ville où les ombres rodent. 
Alors qu'elle apprend à naviguer dans sa nouvelle école et la manière de garder ses capacités psychiques secrètes, sans rien révéler à sa famille, Bristol se retrouve face à face avec un garçon qui apparaît régulièrement dans ses rêves : le magnifique, et potentiellement mortel, Payne McKnight.
 
Bientôt, elle découvrira si Payne est l'amour de sa vie, ou s'il y mettra un terme - et elle n'a aucune idée de ce qui la terrifie le plus. 
Et il y a pire. 
D'étranges ombres hantent ses rêves, et elles préparent quelque chose qui pourrait mettre en péril Bristol et tous ceux qu'elle aime. 
Bristol Blackburn est-elle sur le point de rencontrer l'amour de sa vie... ou son meurtrier ?


Bristol Blackburn est une jeune fille comme les autres ... enfin ... pas vraiment !

Elle a la capacité, depuis son plus jeune âge, de voir les fantômes et de leur parler.
 
Une particularité qui l'a contrainte à mener une vie plutôt solitaire car : comment ne pas passer pour une folle lorsque l'on vous voit parler toute seule !

Ses parents, pour une raison qu'elle ignore, ont quitté la ville de Spirit peu avant sa naissance, elle n'a donc  jamais eu de contact avec le reste de sa famille.
 
Aussi, lors du décès de ses parents, est-elle un peu angoissée à l'idée de partir vivre auprès de son oncle Mark et de ses 2 cousins : Simon et Zack.
 
Une chose est certaine : elle ne révélera à personne - comme elle l'a toujours fait - son talent particulier.
 
Mais la ville de Spirit est une ville particulière.
 
Une haine tenace existe depuis des décennies entre les 2 principales familles de la ville : les Blackburn et les McKnight.
Un conflit dans lequel la jeune fille va se trouver mêlée bien malgré elle !
 Mais là où elle pensait être différente, il semblerait qu'à Spirit, cela fasse partie de la norme.

Elle fait la connaissance de Payne McKnight, qu'il lui semble connaitre depuis toujours car il est l'inconnu qui peuple ses rêves depuis des années.
C'est donc tout naturellement qu'elle est attirée par lui mais là où le bât blesse, c'est que Payne est un McKnight.

Faisant fi de cette animosité ancestrale, les deux jeunes gens vont se lier d'amitié et s'unir pour lutter contre une menace qui pèse sur les deux familles et qui a déjà causé, au fil des années, son lot de morts.
 
 
J'ai A-D-O-R-É cette lecture !!!!
 
Dès les premières pages, nous sommes plongés dans une situation inattendue qui donne le ton du récit et ma foi, je n'ai pas lâché le livre avant la fin tant j'ai été subjuguée, charmée, conquise par l'intrigue et ses personnages !

Bristol a un don, c'est un fait, voir les fantômes n'est pas donné à tout le monde. Elle n'a nulle peur des fantômes, bien du contraire, et se lie même parfois d'amitié avec eux partageant leurs souvenirs, écoutant des anecdotes et elle se confie également à eux.
Car ce sont les seuls, avec son hamster Ricky, auxquels elle peut se confier. Car ses parents sont souvent aux abonnés absents et elle se sent négligée, inexistante à leurs yeux.
Cette relation qu'entretient Bristol avec les défunts, cette empathie qu'elle ressent pour eux font d'elle une personne à part. 
 
Une fois arrivée à Spirit et malgré qu'elle soit méfiante et réservée, elle va se prendre d'une vraie affection pour son oncle et ses deux cousins et même pour son grand-père, un peu bougon, mais fine mouche et le seul qui devine que la jeune fille leur cache quelque chose. 
 
Mark, policier de son état, aura fort à faire avec l'arrivée de sa nièce mais il lui voue beaucoup d'amour et le fait que Bristol ne se confie pas à lui le blesse.
 
Simon et Zack sont adorables et ont tôt fait de considérer Bristol plus comme une soeur qu'une cousine.

Quant à Payne qui cache lui aussi un secret, il découvre en Bristol une jeune fille ouverte, gentille, attentionnée et tombe sous son charme.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman aussi captivant, aussi addictif, aussi intriguant que pour mériter la note de 6/5.
 
Et l'intrigue monte en puissance au fil des pages, nous laissant abasourdis, bouleversés par les drames.
Le suspense devient haletant, nous poussant à vouloir découvrir au plus vite comment tout cela va se terminer !

En bref, Les Ombres est une lecture que je ne peux que vous recommander !
 
Prenez une intrigue captivante, des personnages charismatiques, un suspense haletant, de l'action, de l'amitié, de la romance, des fantômes, des histoires de vengeance, secouez bien et vous découvrirez un roman hautement addictif !
 

 

 




 


jeudi 24 septembre 2020

Avis : Be my last danse d'Avril Rose

 

HQN, 5 août 2020 - eBook 375 pages


Léonor n’a pas le choix. Elle a promis à sa mère qu’elle suivrait une thérapie de groupe, même si elle ne comprend toujours pas comment parler à des inconnus pourrait l’aider à surmonter le drame qu’elle a vécu. Et, pour faire de cette obligation un vrai calvaire, elle doit en plus le supporter, lui : Harvey. Ce jeune homme au regard envoûtant qui ne peut pas s’empêcher de la déstabiliser chaque fois qu’ils se voient. Pourtant, lorsqu’ils sont mis en binôme le temps d’un exercice pratique, Léonor découvre qu’il est peut-être plus sensible qu’il ne le laisse paraître, et que lui non plus n’a aucune envie d’être là. Alors qu’ils n’auraient jamais dû se rencontrer, ces réunions pourraient bien les rapprocher...


C'est l'histoire de 2 écorchés de la vie, de 2 âmes qui se sont perdues, de 2 êtres qui subissent la vie plus qu'ils ne l'apprécient...

C'est l'histoire de Léonor, une jeune fille qui n'arrive pas à surmonter ses épreuves passées, qui vit à des centaines de kilomètres de sa famille pour mener ses études en architecture et dont personne hormis ses 3 amis Axel, Ed et Angie ne connait les déboires. A Paris, Léonor peut se cacher derrière un sourire de façade et faire "comme si"... Mais tout ne va pas si bien et sa mère, inquiète, l'a convaincu de s'inscrire à un groupe de parole, pour qu'elle puisse enfin aller de l'avant.
C'est l'histoire de Harvey, un jeune homme qui avait une carrière prometteuse devant lui mais qui a tout perdu en peu de temps, un beau gosse qui se referme complètement sur lui-même et ne sait pas exprimer ses peines et colères. Lui aussi est inscrit au groupe de parole où chaque mercredi, des inconnus tentent de se délester de leurs soucis en discutant...
La rencontre entre Léonor et Harvey va faire des étincelles... Tout 2 n'arrivent pas à s'entendre, ni même
à communiquer. Alors quand François, l'animateur du groupe va leur imposer un travail en binôme, les 2 jeunes gens vont bien être obligés de coopérer... Mais ce ne sera pas si simple! Difficile d'arriver à parler de ses problèmes quand on ne les accepte pas soi-même...

Ce roman m'a marquée, m'a chamboulée, m'a minée... Quelle magnifique leçon de courage, d'humilité et de vie en général ! Entendons-nous bien, par "leçon", je ne parle pas ici de grands principes dogmatiques, mais bel et bien d'un formidable message que chacun peut interpréter à sa manière <3

Léonor est fragile. Même si elle tente de se cacher derrière un masque, on ressent ses faiblesses, parfois
dans son laisser-aller, souvent dans ses réactions excessives. C'est une héroïne attachante à tout point de
vue : elle n'est pas une jeune écervelée, ni un canon de beauté populaire à la fac. Juste une jeune étudiante discrète comme on peut en croiser des milliers sur nos campus, qui, une fois la porte de son studio refermée, est bien seule avec ses souvenirs et malheurs.
Harvey, sous ses allures de rebelle, n'en est pas moins vulnérable. Il a tant de combats à mener qu'il ne
sait plus où donner de la tête et on peut dire qu'il n'est pas vraiment aidé par ses parents... C'est un
solitaire que l'on veut connaître, si énigmatique alors qu'en fait, il suffit d'ouvrir les yeux sur sa personne pour le comprendre. Alors ok, il a parfois des réactions démesurées, il peut être trop tranchant, voir cruel... Mais avec son vécu, qui pourrait le lui reprocher? Harvey est et reste pour moi un jeune homme courageux, un battant, quelqu'un qui ne sait pas gérer ses émotions mais aussi une personne que l'on aimerait prendre dans nos bras et lui dire simplement "tu n'es pas seul".

L'histoire de "Be my last dance" est belle tout simplement. Sans se vouloir moralisatrice, la trame est passionnante de par les messages qu'elle véhicule, autant dans le caractère des personnages que dans une vision bien plus sociétale, comme la pression du regard des autres.
Moultes émotions m'ont animé tout au long de ma lecture : parfois de la colère contre l'injustice, de la joie lorsque l'espoir renaît, de la tristesse quand on a l'impression que plus rien ne va... Certains passages m'ont complètement serrés la gorge et mis les larmes aux yeux ... et que dire des derniers chapitres? j'en ai voulu à Avril Rose pour ces chamboulements émotionnels terribles qu'elle m'a fait vivre! Car il faut le souligner, la plume de l'auteure est pour beaucoup dans le fait que j'ai plus qu'adoré ce roman : elle a su m'emmener avec elle dans cette relation si spéciale qui se tisse entre Léonor et Harvey, elle m'a convaincue que ces 2 personnages méritaient mieux, elle m'a passionné par tous ces rebondissements qui ont empêché toute forme d'ennui au fil des lignes... Et je n'écris pas tout ça à cause de toutes les références ciné que j'adore ;-) Bref, c'est presque indécent d'écrire de cette manière, de pouvoir faire passer autant d'émotions!

Donc voilà, "Be my last Dance" est un véritable ascenseur émotionnel, une histoire magnifique que l'on ne doit pas rater tout simplement. Tout comme bébé, "on ne laisse pas ce roman dans un coin!" ;-)







Avis : Tiger - Entre ses griffes de Pauline Libersart

Editions Addictives-Luv// Broché 384 pages
24 septembre 2020//Disponible en eBook


Elle est leur captive, il sera son sauveur.

Seule, sur une route déserte, Christy tombe en panne au milieu des forêts de l’Arkansas.
La jeune femme est kidnappée par un groupe de miliciens aussi dangereux que cruels, et tout bascule. Elle devient leur esclave, sans valeur, sans identité.
Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, elle doit son salut à Tiger, le numéro 3 de l’organisation, aussi beau que dangereux, un homme violent et implacable.
Une situation étrange s'instaure entre eux. Vrais sentiments ou syndrome de Stockholm ?
Et si pour lui tout n’était qu’un jeu, et Christy une jolie proie à tourmenter avant de lui porter le coup de grâce ?




OMG !!!
OMG !!!
OMG !!!
Comment dire...
Il existe quelques
romans dont on ne peut sortir indemne et là, Tiger en fait clairement partie ! Pauline Libersart a tapé fort, très fort !


Reprenons... Christina Baumegartner (alias Christy) est une jeune doctorante en astronomie, métisse, à New-York. Bien dans ses baskets, elle est une fille sans histoire, entourée d'une sœur et de parents
aimants, un fiancé (Dylan) avec qui tout se passe bien... jusqu'au jour où, la veille de Thanksgiving, elle doit rejoindre sa famille ainsi que celle de Dylan afin d'annoncer officiellement leurs fiançailles. Une phobie de l'avion l'oblige à prendre la route, seule, et traverser l'Arkansas.

C'est ainsi qu'elle se retrouve en panne de voiture dans un coin perdu, sans réseau, dans cet Etat sudiste encore trop souvent aux prises du racisme ambiant. Arrivant à rejoindre une station service paumée, elle se retrouve traquée puis kidnappée par une bande de dégénérés sales au possible, lui promettant un avenir peu joyeux. Christy se retrouve donc être la proie d'une milice suprémaciste qui vit en autarcie, armée jusqu'aux dents, et réduit les femmes à des corvées tout à fait misogynes tels que : la cuisine, le ménage et bien sûr satisfaire les besoins charnels de ces messieurs peu évolués. Réduite à l'esclavage dans ce camp caché, Christy va devoir essayer de survivre, et ce n'est pas chose simple : elle, la belle métisse attire nécessairement le regard de tous ces hommes arriérés qui ne jurent que par la supériorité des hommes blancs mais en plus, elle est rejetée des autres femmes du camp de par notamment sa position de « privilégiée ». Car oui, dans son malheur, Christy a tout de même bénéficié d'un avantage, pourtant incompréhensible de par ses origines, par rapport aux autres : dés le soir de son enlèvement, un homme, Tiger Jones, l'a revendiquée comme prise de guerre, interdisant à toute la milice de s'approcher d'elle. Pas de chance pour elle, les autres esclaves l'envient car Tiger est de loin le plus beau mais aussi le moins violent avec les femmes de toute la milice, mais en plus, la soif de convoitise de ses partenaires de guerre ne va pas laisser la jeune femme tranquille une seule minute...

Christy va vite devoir trouver des solutions : sur qui compter dans cette enclave pour pouvoir s'en sortir ?
Peut-elle faire confiance à Tiger, son bourreau qui lui assure tout de même une certaine protection ?
Pourquoi a -t-elle été choisie par cet homme, peu enclin aux confidences ?

Quelle histoire !!! Et Quel roman !!!

Ce n'est plus un simple coup de cœur, j'avoue que « Tiger » mérite amplement sa place dans mon top cinq annuel des coups de cœur ❤ !

Si de prime abord, l'œuvre peut sembler se classer dans la catégorie « Dark Romance », en fait, il va bien au-delà de ça. Ce roman ne peut d'ailleurs pas, selon moi, être classé dans une catégorie...

Alors d'accord, les premiers chapitres donnent des suées d'effroi, m'ont littéralement donné la nausée
parfois, m'ont mise en colère, m'ont plombé le ventre... mais pas à cause d'une ou plusieurs scènes
précises, plutôt à cause de l'ambiance générale, des sujets qu'ils traitent... c'est tellement réaliste que
nécessairement, cela ne peut que nous toucher.

Donc ok, il y a des viols, de la souffrance physique et psychologique... mais attention, Pauline Libersart ne tombe absolument pas dans le glauque, et c'est aussi là que ce roman est des plus appréciables : pas de détails hard, pas besoin de descriptifs de douze pages pour faire passer le message et les émotions, l'auteure, avec sa plume si spéciale, arrive à transmettre l'ensemble aux lecteurs sans avoir besoin de tout cela.
Ensuite les personnages... rien ne différencie Christina de n'importe quelle jeune étudiante. Pas de passé horrible, pas de famille qui traîne des casseroles... Non, juste une femme « banale », au mauvais endroit, au mauvais moment. Et pourtant... on suit son évolution, elle devient une véritable guerrière en développant son instinct de survie, tout en essayant par la suite d'analyser ses réactions et ses émotions.
Elle n'espère même pas redevenir celle qu'elle était avant son kidnapping, elle grandit et gagne en
expérience et maturité. On ne peut que compatir et s'attacher à elle, qu'essayer de la comprendre...
Quant à Tiger... mon Dieu Tiger ! Comme on a envie de le détester, et pourtant c'est difficile ! Je n'arrive pas à me l'imaginer visuellement et pourtant j'aimerai... Est-il réellement un bourreau ? Est-il capable de ressentir des émotions ? Pourquoi a-t-il choisi Christy comme esclave ? Pourquoi d'un côté il lui fait autant de mal pour, par ailleurs, la protéger ? J'ai adoré ce personnage plein de mystère...
Et enfin l'histoire en soi... je ne peux pas aller très loin dans l'analyse de l'ensemble du roman (déjà car je pense que ma chronique ferait 12 pages ^^ ) car sinon, les spoils seraient nombreux... Or, l'un des points forts de cette histoire, c'est le suspense qu'a su conserver Pauline Libersart jusqu'aux dernières lignes. On pourrait croire que le dénouement arrive trop rapidement... et pourtant non ! 
On pourrait penser que l'on arrivera facilement à une romance basique du style « ils sont tombés amoureux aux premiers regards échangés » mais on en est loin... On pourrait imaginer des rebondissements assez tranquilles et logiques, mais ce n'est pas le cas. L'auteure ici nous malmène en nous faisant passer par toutes sortes d'émotions : de la colère, de la tristesse, de la peur, mais aussi et surtout de l'espoir... J'ai eu des frissons, de la rage, du dégoût, mais j'ai aussi souri, j'ai versé des larmes de soulagement... bref j'ai terminé ce roman avec une boule dans la gorge...

Les sujets abordés dans ce livre ne sont pas des plus simples, et pourtant ils existent. Pauline Libersart en a fait une histoire, belle et dure à la fois, sans tomber dans des clichés ni en faire une Dark Romance glauque. Bravo madame !

Vous l'aurez donc compris, c'est un méga énormissime coup de cœur pour moi !






mercredi 23 septembre 2020

Avis : Cursed, la rebelle de Thomas Wheeler (Illustrations de Frank Miller)

 

Éditions J'ai Lu, 9 septembre 2020, 567 pages, disponible
 au format papier et numérique 
 
 
 
 
 
 
Le destin de Nimue bascule le jour où les paladins rouges mettent son village à feu et à sang. 
Elle se voit confier par sa mère agonisante une bien étrange mission : réunir une épée ancestrale et un sorcier légendaire. 
Mais au contact de l'arme, la jeune femme sent croître en elle de sombres pouvoirs, attisés par son désir de vengeance. 
Aidée dans sa quête par Arthur, un mercenaire aussi menteur que séducteur, Nimue n'est qu'à l'aube d'une fantastique épopée...
 
 

Nimue est une jeune fille au don un peu spécial : elle est reliée aux Invisibles, des esprits de la nature, et sa connexion avec eux est très puissante.
 
Elle considère son état plus comme une possession qu'une connexion. 
Elle est victime de "crises" qu'elle ne peut contrôler et n'arrive pas à dominer sa colère, souvent justifiée, mais dangereuse.
Les habitants du village la considère comme une sorcière, un danger mais n'osent trop la menacer car elle est la fille de l'archidruidesse  Lénore. 
C'est une tête brûlée, irréfléchie, impulsive et c'est cette impulsivité, ce manque de contrôle qui va causer la perte de son village. 
 
Dans ce monde où la magie règne au sein du peuple faë, les Paladins Rouges - envoyés par l'Eglise - exterminent tous ceux qui ont une once de magie. 
 
Suite au drame qui a frappé son village, elle va retrouver Arthur - qu'elle avait rencontré avant l'attaque de son village - un jeune mercenaire vendant son épée au plus offrant.
 
Mourante, Lénore confie à sa fille un bien étrange paquet en lui enjoignant de le remettre à Merlin. 
 
Alors qu'elle est en fâcheuse posture, Nimue découvre que le mystérieux paquet est, en fait, une épée très ancienne, dont elle est obligée de se servir pour sauver sa vie.
Immédiatement, elle sent une étrange connexion se faire entre l'épée, les Invisibles et elle même.
 
Elle devient plus forte, plus rapide et une guerrière redoutable et meurtrière !
 
Carden dirige les Paladins Rouges et le Moine Larmoyant est son assassin.
 
Carden le charge d'une mission : retrouver la fille ET l'épée du pouvoir car celui qui détient cette épée devient le roi absolu !
 
Mais il n'est pas le seul à vouloir se l'approprier, les ennemis sont nombreux et Nimue n'est pas prête à renoncer au pouvoir de l'épée , à cette euphorie qui la saisit à son contact, à cette soif de sang qui chante dans ses veines lorsqu'elle tue ses ennemis, au plaisir qu'elle en retire !
 
Ce n'est pas Nimue qui manie l'épée mais cette dernière qui la manipule.
 
J'ai découvert cette histoire par hasard sur Netflix et je n'ai appris que plus tard qu'il s'agissait d'une série tirée  du roman du même nom.

Je n'avais pas du tout été convaincue par la série : héroïne têtue, impulsive, histoire un peu décousue et actrice pas convaincante (du moins pour moi), je n'ai d'ailleurs pas été plus loin que le troisième épisode.

Aussi ai-je commencé ma lecture avec un certain à priori.

Mais, heureusement, le roman est nettement plus captivant que son adaptation.
 

 
 Une adaptation d'ailleurs assez libre du récit ! 
 
Et c'est tant mieux car cela m'a permis d'avoir une agréable surprise !

Nous découvrons donc la légende arthurienne quelque peu revisitée !

Nous avons Arthur qui apparait sous les traits d'un mercenaire, Merlin qui a perdu sa magie et a sombré dans l'alcool, Morgane, demi-soeur d'Arthur qui gère une taverne, Lancelot sous les traits de  ... 
 
Oups, je ne peux pas le dire ! ...
 
 
Et bien sûr, l'Épée !!

Mais ici, pas question d'une épée plantée dans un rocher et ce n'est pas Arthur qui s'en sert mais Nimue, une jeune fille qui va devenir le symbole de la rébellion du peuple faë contre les Paladins Rouges sous le nom de Sorcière sang-de-loup !
 
Nimue va s'avérer butée, impulsive et en proie à une rage sanglante décuplée par les pouvoirs de l'épée, ce qui va faire d'elle une terrible guerrière qui, une fois possédée par l'ivresse du combat, devient hors de contrôle.
Arthur, lui, hésite entre rester auprès de la jeune fille ou partir se mettre à l'abri, pas vraiment le preux chevalier !
Quant à Merlin, alcoolique, roublard, manipulateur, il cache de nombreux secrets et s'est créé beaucoup d'ennemis.
Ayant lui-même goûté au pouvoir de l'épée, il est à craindre qu'il cherche, lui aussi, à se l'approprier.

En bref, un récit trépidant, une épée dangereuse pour ceux qui la manipulent, une rébellion menée dans la violence et le sang, une jeune héroïne un peu dépassée par le rôle qu'elle doit endosser, des conseillers pas toujours avisés, des trahisons et j'en passe !

Alors, si l'idée de découvrir la légende d'Arthur revisitée vous tente, ce livre est fait pour vous !
 
 A noter que le roman est émaillé de nombreuses illustrations réalisées par Frank Miller, auteur américain de bandes dessinées. 
 








 
Bande annonce de la série

 


lundi 21 septembre 2020

Avis : Le prisonnier d'Ithak de Anne Plichota et Cendrine Wolf

 

 Éditions Hachette Romans, 120août 2020, 304 pages, disponible 
au format papier et numérique
 
 
 
 
 
 
Homer était sur le point de revoir son père, et Télémaque, sur le point de revoir sa mère. Seulement voilà, ils sont de retour dans la réalité. Car tant qu’Ulysse n’aura pas rejoint le monde du film, les portes du cirque Ithak resteront fermées. Et les retrouvailles compromises.

Homer, Ninon, leurs amis et Bibi Two, la petite gerbille qui parle, partent donc sur les routes, à la recherche du voyageur. Sur les traces d’Ulysse, le père de Télémaque, ils s’aventurent sur des territoires toujours nouveaux, parfois étranges ou dangereux, et avancent de rencontre en rencontre  : un borgne pas très commode qui leur rappelle le Cyclope, une sulfureuse sirène…

Mais ils doivent se dépêcher  ! Télégonos, le demi-frère de Télémaque, a déjà un temps d’avance, et ses intentions pourraient être bien plus sombres…
 



David Pym, cinéaste, a disparu il y a 5 ans, lors du tournage d'un de ces films : L'Odyssée.
 
Homer Pym, son fils, vit très mal cette disparition et sa mère, Isabelle, encore plus. 
Heureusement, il a sa jeune tante, Ninon qui s'occupe de lui et il peut compter sur ses amis Lylou et Sacha pour le soutenir. 
Mais également sur Bibi Two, son adorable gerbille pas tout à fait comme les autres : elle est dotée de la parole et s'exprime en rimes. 
Surpris et croyant avoir perdu la tête, Homer est bien forcé de croire à l'impossible. : sa gerbille parle !
 
C'est grâce à elle qu'il va faire une terrible découverte : si son père a disparu, ce n'est pas de son plein gré ! 
 
Non, non, non ! C'est encore pire !!!
 
 Il est piégé dans le monde fictif qu'il a créé. 
 
Un état de fait qu'il a découvert en étant projeté dans le monde d'Ithak créé par son père. 
 
Et certains des personnages fictifs se sont retrouvés dans notre monde.
 
Homer va tenter de découvrir comment faire revenir son père. 
 
Voici, en quelques mots, ce qui s'est déroulé dans le premier tome. 
 
Dans cette suite, nous retrouvons Homer après son retour, plutôt brutal, lors de son second voyage à Ithak, en compagnie de Télémaque et de Télégonos, le méchant de service, dont il n'a découvert l'existence que récemment bien que Bibi Two ait essayé de le prévenir à plusieurs reprises. 
 
Bien sûr, je ne rentrerai pas dans les détails de qui est qui, de pourquoi et comment ils sont là car cela gâcherait totalement l'intrigue du T1. 
 
Mais Télégonos rôde dans l'ombre, surveille Homer dans ses tentatives pour retrouver Ulysse, le seul qui détienne le billet de retour pour son père. 
 
C'est donc en compagnie de ses amis Lylou et Sacha ainsi que de sa tante Ninon et Télémaque - sans oublier Bibi Two - qu'Homer va mener l'enquête.

Une enquête semée d'embûches, de cochons et d'obstacles dressés par Télégonose.
 
 
J'avoue que j'avais choisi ce roman car le résumé m'avait semblé intéressant et que j'aime beaucoup le thème de la mythologie. 
Ce que j'ignorais, c'était qu'il s'agissait du T2 aussi me suis-je empressée de lire le T1 pour savoir de quoi il retournait.
 
J'ai découvert une histoire au thème particulièrement original.
 
Beaucoup d'action, de rebondissements en cascade, de révélations plus inattendues les unes que les autres font de cette lecture, un chouette divertissement.
Et une mention spéciale pour la façon dont les auteures intègrent la mythologie et plus précisément  l'histoire d'Ulysse, au récit, ce qui m'a permis de me remémorer certains détails que j'avais oubliés.
 
Et une bonne occasion d'intéresser les plus jeunes à la mythologie.