mercredi 27 novembre 2019

C'était pas censé se passer comme ça de Eve Borelli

Harlequin éditions, 16 octobre 2019, 256 pages, disponible au format papier et numérique







Il n’y a pas de famille parfaite… mais il y en a des plus cinglées que d’autres.

Les vacances en famille, c’est toujours un grand moment d’angoisse. L’heure du bilan, des crises de foie, des vexations et des sourires forcés. Cette année, chez les Stradavine, la fête de Pâques est pimentée par la venue de deux invitées. Il y a d’abord Léo, 25 ans, ravie de fuir ses parents qui la persécutent pour qu’elle trouve un «  vrai travail  » (depuis quand se déguiser en Simba n’est pas un vrai travail  ?) et un «  gentil garçon  ». Et il y a Renata, la belle-fille psy allergique à la famille, aussi névrosée qu’attachante. Deux invitées dont la venue n’était pas prévue, et va tout changer : entre coups de foudre, virée impromptue en boîte, liaisons secrètes et crises de rire, la famille Stradavine va en voir de toutes les couleurs… pour le pire, mais surtout pour le meilleur  !





Nous faisons la connaissance de Léonore dite Léo, une nana un peu barrée qui bosse au The Child King, une aire de jeux spécialisée dans l’organisation des anniversaires pour enfants à thème Disney.

Moi qui ne suis pas une particulièrement attirée par les dessins animés (la faute à mes enfants, oui, vous avez bien lu, je n’ai pas honte de le dire lol), j’ai été servie si je puis dire avec toutes les citations dont Léo fait le précepte dans sa vie quotidienne. 
Malgré ça, c’est une nana super attachante et drôle, et je dois dire qu’elle m’a fait bien souvent mourir de rire. Elle a des rapports compliqués avec ses parents, et quand sa colocataire lui propose de venir passer Pâques dans sa famille, elle accepte.



Ensuite, il y a Renata, une psychologue névrosée qui aurait bien besoin de consulter elle-même. Sa phobie sur la famille est bien fondée et ancrée en elle, et depuis que son fiancé lui a proposé de faire un bébé, c’est le bordel dans sa tête. 
Et quand Henry lui demande de l’accompagner pour diagnostiquer sa grand-mère, qui tombe pendant les fêtes de Pâques, c’est la totale ! 
Elle qui avait toujours réussi à esquiver les réunions de famille des Stravadine depuis 3 ans, ne peut pas refuser cette fois-ci devant la détresse de son homme.



Donc voilà les deux jeunes femmes qui débarquent chez la grand-mère Stravadine. Cette mamie est une fofolle dans le bon sens du terme, j’aurais adoré en avoir une comme ça moi aussi.
  
Chaleureuse et aimante, avec un petit grain de folie, elle va recevoir ses invitées avec grand plaisir. C’est une famille unie que l’on va découvrir, la grand-mère a élevé ses petits enfants suite au décès de leurs parents et ils se portent un amour inconditionnel.



Entre la famille Stravadine, Léo et Renata, vous allez assister à une réunion familiale des plus épiques. 

Ce roman est rafraîchissant, il fait la part belle aux sentiments et a beaucoup d’humour. 

Entre situations cocasses et personnages hauts en couleurs, j’ai passé un super moment de détente.



Eve Borelli dont je ne connaissais pas les écrits, m’a ravie avec sa plume fluide et drôle. Il est vrai que je ne lis pas beaucoup de feel-good, mais je ne suis pas déçue du tout de ma lecture. C’est ce genre de romance qui ne prend pas la tête, que l’on lit sans attente particulière si ce n’est de rire à gorge déployée.



En bref, un feel-good qui mêle diverses émotions, des personnages barrés et attachants et qui fait du bien tout simplement !
 



https://www.harlequin.fr/livre/11698/eth/c-etait-pas-cense-se-passer-comme-ca



https://amzn.to/2Oh1c2g

Aucun commentaire:

Publier un commentaire