vendredi 12 avril 2019

Midnight Blue de L.J Shen

Hugo Roman, 4 avril 2019 - Grand Format 425 pages
Disponible en eBook


Accompagner une rockstar lors de sa tournée mondiale a tout du travail de rêve, n'est-ce pas ?
Lorsqu'on propose à Indigo d'accompagner Alex Winslow, le rocker britannique, lors de sa série de concerts à travers le monde, elle n'hésite pas très longtemps, elle a trop besoin d'argent. 
Sa mission est à la fois simple et compliquée : elle devra le suivre de très près et le surveiller. 
Alex est beau comme un dieu et mondialement connu. Mais pas simplement pour son talent. Il a une très mauvaise réputation d'amateur de substances illégales et il s'est retrouvé au coeur de trop de scandales médiatiques. 
Après l'échec commercial de son dernier album, il n'a guère le choix : il doit réussir sa tournée, afficher un comportement exemplaire et composer très vite de nouvelles chansons. 
Indigo va devenir l'ombre d'Alex pendant trois mois, d'hôtels en salles de concert. Il déteste cette idée et est résolu à la faire fuir au plus vite pour qu'elle ne soit plus en travers de son chemin. Mais Indigo est tout aussi déterminée. 
Au fil des jours, elle pourrait bien jouer un autre rôle dans la vie d'Alex et trouver le chemin de son coeur.



Un nouveau roman de L.J Shen ? Je ne pouvais décemment pas passer à côté ! 
Et encore une fois, je suis tombée sous le charme de la plume de l’auteure et de ses personnages hauts en couleur. Pourtant, tout n'est pas parfait. Mais avant de voir ce qui m'a déplu, parlons d'abord de ce que j'ai aimé. 

L’ambiance du récit. Les concerts, la musique,  les excès. La face cachée du show biz, où les paillettes se sont envolées laissant place aux lignes de coke. À travers le personnage d'Alex, l'auteure nous dévoile un pan plus sinistre de cet univers : la solitude, l’absence de liberté, et l'argent qui salit, détruit tout sur son passage, jusqu'aux plus belles amitiés. 
Les personnages. À commencer par l’héroïne, Indigo. Sa gentillesse pourrait paraître une faiblesse dans ce monde de requins, fait d’apparats, de mensonges, et pourtant c'est sa plus grande force. Gentille, oui, mais loin d'être une nunuche enamourée. 
Alex, c'est le connard dans toute sa splendeur. Il est odieux avec tout son entourage. Amis ou ennemis, il ne fait pas la différence et se comporte en gros con. Son mal-être est tel que seul ce qu’il ressent revêt de l’importance à ses yeux. Il est incapable de voir au-delà. Et étrangement, on ne lui en veut pas. Ses démons sont trop nombreux pour qu'on l'enfonce encore plus. Je l'ai aimé en connard. Et j'aurais aimé qu'il le reste. 

C'est là que vient le négatif. 
La dernière partie du récit est décevante. Les réactions des protagonistes changent du tout au tout. Exit le connard et bonjour le mec entiché prêt à tout pour reconquérir le cœur de celle qu'il aime. Tous ses défauts qui le caractérisaient ont été gommés, d'un coup de baguette magique. Un peu de poussières d'amour dans les yeux, et hop, le voilà devenu le gendre idéal. Dommage. Vraiment dommage. Cette version de lui n'est pas crédible, trop soudaine et passablement énervante. 
La fin est digne d'un conte de fées. Un vrai beau happy end qui ne m'a absolument pas convaincue. J'ai trouvé cette approche trop facile et pas en accord avec nos personnages. 

Autant les ¾ du récit m'ont totalement conquise, autant la fin me laisse un petit goût de déception.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire