lundi 25 février 2019

Alaska Wild de K.A Tucker

Hugo Roman, 7 février 2019 - Grand Format 478 pages
Disponible en eBook



À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog " Calla & Dee ". 
Lorsqu'elle apprend que son père, qu'elle ne connaît presque pas, est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Alors que Calla n'était encore qu'un bébé, sa mère a fui cette contrée loin de tout. 
Elle va alors découvrir la rudesse de la vie quotidienne locale, les allées et venues constantes des petits avions... et Jonah, ce pilote détestable. 
Ce pur produit du cru a clairement hâte de renvoyer cette fi lle d'où elle vient, mais Calla est bien décidée à lui montrer qu'elle aussi peut s'adapter à cette vie... Du moins pour un temps, car elle ne se voit vivre qu'à Toronto. 
Et Jonah ne quittera jamais l'Alaska. 
Le passé ressurgit et pose à nouveau le même dilemme : va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, envisager une histoire d'amour avec un pilote ?


 Je n'ai lu que des avis dithyrambiques sur ce roman, ce qui, forcément, m'a donné envie de le découvrir au plus vite. Pour ma part, ce n'est pas un coup de cœur, j'en suis même assez loin, même si je reconnais de nombreuses qualités à ce récit. 

K.A Tucker nous immerge aux confins du monde, direction l'Alaska et ses contrées sauvages et inhospitalières. Une destination qui, à priori, n'envoie pas du rêve.  D'ailleurs, notre héroïne, Calla, est du même avis. Si elle est née là-bas, elle est bien contente d'avoir grandi à Toronto, dans l'effervescence de cette grande ville. Tout comme sa mère, Calla est une citadine branchée qui vit dans l'air du temps.  Néanmoins quand son père tombe malade, Calla décide d'aller lui rendre visite. Elle ne lui a pas parlé depuis 12 ans ni revu depuis toute petite. Wren a beau être son père biologique, ils ne se connaissent pas pour autant. Alors, peut-être est-ce l'occasion d'apprendre à se découvrir ? Sur place, elle déchante rapidement. L'Alaska est encore pire que ce qu'elle imaginait. La relation avec son père est difficile, chargée de trop de non-dits. Jonah, le pilote le plus chevronné de l'entreprise de son père, se révèle être un rustre de première, qui semble décidé à faire de sa vie un enfer. Et dire que sa mère l'avait mise en garde, l'adjurant de ne jamais tomber amoureuse d'un de ces cow-boys célestes qui font perdre la tête aux jeunes filles - comme ce fût son cas des années plus tôt. Calla connaît l'histoire d'amour tragique de ses parents et, lorsqu'elle voit Jonah, elle sait que ça ne lui arrivera jamais. Impossible. À moins que le destin en décide autrement... 

Bien qu'original, du fait du cadre envoûtant de cette romance, j'ai eu pas mal de difficultés à rentrer dans le récit.  Le rythme est volontairement lent, et les longueurs du début  m'ont parue interminables. Une fois que Calla débarque en Alaska et que nous faisons la connaissance de Jonah et Wren, ma lecture a été bien plus agréable. Même si, là encore, j'ai été étonnée par la lenteur de la romance. Parfois, on râle quand les héros se sautent dessus dès les premières pages, je peux vous assurer qu'ici ce n'est pas le cas. Vous avez le temps de sentir la frustration monter jusqu'à son paroxysme, avant entrevoir seulement une étincelle de romance. C'est long à venir. Un peu trop pour moi. J'ai été un peu dépitée que celle-ci ne survienne que sur le tard.
Malgré cela, la dernière partie du récit est tellement exaltante et riche en émotions, qu'elle contrebalance nettement ce léger sentiment de déception du départ. J'ai fini ce roman en larmes. L'histoire de l'oie et la corneille m'a bouleversée, tant c'est frappant de vérité. Et lorsque j'ai refermé le livre, j'étais encore émue, sous le coup d'une émotion vive, à me dire que cette romance n'est décidément pas comme les autres.
Alors rien que pour cela, je vous conseille de la lire ! 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire