jeudi 29 avril 2021

My rules de Anita Rigins

 

Éditions Addictives, 15 varil 2021, 369 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

 

 

 


Que la chasse commence ! 

 En intégrant les Pure Spirits, Rose Hoffman accepte les règles et le cadre strict établis par cette sororité. Mais lorsque Tayron « T-J » Price débarque dans sa vie en manquant de l'écraser, ce nouvel équilibre vole en éclats. Membre de la Meute, une fraternité qui ne jure que par la fête et les excès, Tayron représente tout ce que Rose déteste et un interdit qu'elle ne veut surtout pas transgresser. Avec lui, plus aucune règle, sinon les siennes... et ça, c'est bien trop dangereux pour la jeune femme. Mais pas de chance, Tayron est décidé à la prendre en chasse : il a vu le feu qui se cache derrière ses airs de fille sage, et il ne compte pas s'arrêter avant de voir Rose s'enflammer. Même si, pour cela, ils doivent brûler tous les deux...

 


Rose Hoffman est étudiante en 2ème année de biologie et a intégré la sororité « Pure Spirits », où les règles sont strictes : pas de fête, pas de débordement, du travail et du sérieux. 

Tout ce qui convient en somme à Rose qui est une jeune femme plutôt renfermée sur elle-même, qui se sent vide de l’intérieur après avoir vécu des drames l’année précédente.

Sa rencontre avec son parfait opposé, Taylor Junior Price (alias TJ) va un peu la chambouler : ce gars imbu de lui-même, meneur au sein de la fraternité « La Meute » où la règle principale est justement : « Pas de règle » et sans trop que Rose ne comprenne trop pourquoi, ce bad boy n’aura de cesse de la chercher, la provoquer, alors qu’elle, cherche à tout prix à l’éviter.

Le souci, c’est que parfois le destin peut jouer de sales tours et Rose va être obligée de supporter, et pire, de côtoyer régulièrement TJ. 

Difficile de voir son quotidien réglé à la minute complètement chamboulé par la tornade TJ !

 

Après « No Rules », cette fois-ci, Anita Rigins nous fait découvrir l’histoire de Rose et de TJ, 2 jeunes personnes complètement brisées qui semblent avant tout survivre dans une vie qu’ils n’ont pas choisie.

Ce roman est éblouissant dans les leçons de vie qu’il aborde et les personnages ont bien des choses à nous apprendre.

Rose est une jeune femme qui n’a pas connu une vie trop difficile jusqu’au jour où … elle n’a pas réussi à surmonter ses fantômes et tente, tant bien que mal, de ne pas trahir la promesse qu’elle a faite à son père : recommencer à vivre. Dans un monde de faux-semblants qu’elle s’est construit autour d’elle, elle patauge, tout en étant consciente que beaucoup de choses ne vont pas. Son amie Isaa essaie de l’aider, mais seule sa volonté personnelle lui permettra d’aller vers l’avant. Il lui faut juste le « déclic »

Tayron, bien que fort et rebelle dans son attitude, n’est pas moins fragile au final. Il traîne ses casseroles, il tente à sa façon de se forger une image, pensant que l’extravagance en tout point et les excès l’aideront. Ce n’est pas nécessairement la meilleure des solutions mais laissons-lui le bénéfice du doute.

 

La rencontre entre ces 2 personnages, diamétralement opposés, va nécessairement être explosive et créer de nombreuses étincelles. TJ ne peut s’empêcher de provoquer Rose, qui elle, malgré sa timidité, va sortir de sa réserve pour l’envoyer bouler à sa manière. Après, on ne peut pas lutter contre le courant électrique qui nous attire vers quelqu’un…et puis ne dit-on pas que les opposés s’attirent ?

L’histoire au début ne me semblait pas des plus originales, j’avais peur de tomber dans le cliché habituel : jeune fille timide qui rencontre et craque pour le bad boy de service. 

Mais j’avoue avoir été complètement chamboulée par les rebondissements en tout genre qui jalonnent l’histoire. Je ne pensais vraiment pas que le roman prendrait cette tournure. De plus, à aucun moment Anita Rigins nous inflige le côté « super mec qui est un héros et sauve la gentille nana », au final, on note une parfaite égalité dans les personnages, chacun est une sorte d’antidote pour l’autre, chacun avance à son rythme, les deux s’apprivoisent mutuellement, utilisant sa propre manière de faire.

Pas de chamboulement « gros ours devient petit doudou », autant Rose que TJ conserve sa personnalité propre jusqu’au bout.

La plume de l’auteure est entrainante, fluide, l’histoire coule doucement mais sûrement sous les yeux du lecteur.

Les problèmes abordés sont complètement contemporains, on peut parfaitement s’imaginer les vivre, ce qui rend les émotions encore plus présentes.

C’est une belle histoire, une histoire d’acceptation de soi, de l’autre, de son propre passé. C’est une jolie note d’optimisme aussi et une sorte de refus de la fatalité. C’est aussi une jolie leçon sur la violence en général, sans pour autant être un discours moralisateur.

La dédicace de l’auteure en début de roman m’a tordu le ventre… C’est si vrai et si bien dit !

Et je prends le temps de noter ici un passage du livre que j’ai trouvé particulièrement poignant 

« Je ne pense pas que ton âme soit détruite. Peut-être qu’elle est un peu cassée ? Mais je suis sûre qu’un jour, quelqu’un t’aidera à recoller les morceaux ensemble. Alors, tu seras de nouveau entière. »

 

Bref, voilà un roman à lire, à comprendre, à vivre. Une magnifique histoire qui part du sombre pour aller vers le meilleur.

 

 




 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire