mercredi 28 avril 2021

Ce soir de Karen Stivali

 

Juno Publishing éditions, 8 avril 2021, 62 pages, disponible

 au format numérique

 

 

 

 


David aime le meilleur ami de son frère aîné Derek, Wiley, depuis le jour où il l’a rencontré, cinq ans auparavant. Mais, comme Derek n’hésite jamais à lui faire remarquer, Wiley est hétéro.

Quand Wiley se dispute avec son colocataire et finit par squatter le canapé de David et Derek pendant un mois, il lui rappelle 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ce que David veut, mais craint de ne jamais avoir. Jusqu’à ce qu’un après-midi, David ait un grand projet artistique à terminer et que la personne qui devait poser pour lui ne se présente pas. Wiley lui propose de le faire – et il semblerait que leur attirance soit réciproque.

Derek aurait-il pu se tromper sur son meilleur ami pendant toutes ces années ? Les rêves de David au sujet de Wiley se réaliseraient-ils enfin ? La seule chose dont David est certain, c’est que d’une manière ou d’une autre, il le découvrira à coup sûr... ce soir.

 


Derek et David sont frères et habitent ensemble le temps de leurs études. 

Un jour, Wiley, le meilleur ami de Derek, leur apprend qu’il y a eu un souci avec son colocataire et qu’il se retrouve à la rue. Sans hésitation, les 2 frères lui proposent le gîte et le couvert. La cohabitation devrait être simple : ils se connaissent depuis 5 ans et Wiley a pratiquement été adopté par leur famille… 

Sauf que David risque de souffrir de cette nouvelle colocation : depuis toujours, il est fou amoureux de Wiley, et comme aime le lui répéter Derek quasi quotidiennement, Wiley est hétéro ! 

Une histoire entre eux serait donc impossible… Enfin, c’est ce dont David essaie de se persuader.

 

Je me retrouve un peu ennuyée pour rédiger cette chronique !

 

Pourquoi ? 

Déjà je ne m’attendais pas à une histoire aussi courte…vraiment courte ! 

Mais ensuite, tout simplement parce que le résumé dit déjà tout de l’histoire. En gros il n’y a pas vraiment de surprises, pas de temps pour des rebondissements, pas de place pour laisser l’imagination jouer durant la lecture.

L’histoire est sympathique, mais simple, un peu plate à mon goût, trop facile.

J’ai surtout été intéressée par la fascination, à la limite de l’obsession, qu’a développée David à l’égard de Wiley. La description répétitive de ses fantasmes multiples, sur chaque moment du quotidien frôle la psychopathologie !

Donc même si j’ai apprécié l’écriture, je n’ai absolument pas eu le temps de m’accrocher aux personnages, ni de me laisser embarquer par l’histoire  J’en ai même été frustrée au final.

 

Bref, à réserver à un lectorat appréciant les courtes nouvelles …








 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire