jeudi 11 février 2021

Avis : Murder by magic T1 La boutique des artefacts magiques de Thomas Andrew

 

Juno Publishing, 11 février 2021, disponible au 

format papier et numérique


Jim Pollock et Dylan McCormak ont dû fuir Boston à la suite d’effroyables événements lors de la fête nationale. Terrés à Deskbrook, ils tentent de retrouver une vie normale. Le premier, un sorcier qui manie aussi bien le sarcasme que les sorts, a rangé sa plaque de flic pour devenir libraire. Le second, un loup-garou goinfre et truffé de TOC, a troqué son costume de militaire pour celui de brocanteur.

Un jour, Jim voit débarquer sa mère, Gloria. Elle lui annonce qu’il est l’unique héritier de sa tante Ursula, parente qu’il n’a jamais rencontrée. Piqué par sa curiosité, il décide avec Dylan de se rendre à New Avallon pour voir de quoi il en retourne. Or, cette petite bourgade du Minnesota est le paradis des créatures surnaturelles. Toute la population semble connaître les exploits de Jim dans la police de Boston, colportés par la Mairesse de la ville, la fameuse Tante Ursula.

Alors qu’ils s’apprêtent à rejoindre Maître LaRosée, l’avocat chargé du testament, un homme se fait foudroyer dans le Diner dans lequel les deux hommes se trouvent. Ils vont aller de surprises inquiétantes en découvertes étranges et rencontrer des habitants haut-en-couleurs. Il n’en faut pas plus à Jim pour que sa curiosité soit piquée au vif et que son flair de flic ne resurgisse, au grand dam de Dylan qui ne veut pas revivre le cauchemar de Boston.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé la plume pleine de magie et d'humour de l'auteur !

Vous en dire plus sur l'intrigue est inutile au vu du résumé plus que détaillé !

Nous avons donc d'une part Jim un ancien flic, devenu libraire et son compagnon, Dylan, ancien militaire devenu brocanteur.

Nous savons qu'un terrible événement survenu un 4 juillet à Boston - et qui aurait causé la mort de plusieurs personnes - les a contraints à fuir la ville . 

Nous n'en saurons pas plus !

A peine installés à Deskbrook, la mère de Jim, que les 2 hommes surnomment affectueusement : La Gorgone - c'est vous dire ... - 

 

les retrouve pour annoncer à Jim qu'il est l'unique héritier de Ursula, sa tante dont il ne sait rien sauf que sa mère ne la porte pas dans son coeur !

Ce qui ne veut rien dire vu qu'elle ne porte PERSONNE dans son coeur !

C'est une femme que l'on ne peut que détester : raciste, emmerdeuse, râleuse, mesquine, langue de vipère, une vraie plaie qui fait passer celles d'Égypte pour de la gnognotte.

Poussés par la curiosité, les deux hommes vont se rendre à New Avalon, une ville où la magie est la norme et où tout le monde semble connaître Jim, le neveu adoré de tante Ursula, mairesse de la ville. Elle a donc tout légué à son neveu "adoré" qui ne l'a jamais connue. 

Trop empressé de finir les formalités, Jim signe les documents sans lire la condition écrite en tout petit dans le bas, vous savez : ces petites lignes qu'on oublie souvent de lire... 

Le voilà donc contraint de respecter une triple exigence dont je ne vous révélerai pas la teneur. 

Je vous en laisse la surprise. 


Je peux seulement vous dire que là où Jim est atterré, Dylan est ravi.

Mais alors que les morts commencent à s'accumuler autour d'eux, l'instinct de flic de Jim va reprendre le dessus et les entrainer dans une enquête  qui, s'ils n'y prennent pas garde, risque de devenir un Boston 2.0

Jim est un sorcier de talent, divorcé, il file le parfait amour avec Dylan, un métamorphe perpétuellement affamé et maladroit !

Jim manie le sarcasme avec talent et a souvent des répliques savoureuses - mais toujours affectueuses - pour Dylan.

Dylan me fait penser à un gros nounours ... pardon ... loup, un peu pataud, mais gentil comme tout, une vraie crème !

Quant à Jim, il est ... Comment dire ?...  Manipulateur mais pas méchamment, plutôt pour taquiner Dylan !

Il n'hésite pas à se servir de ses pouvoirs lorsqu'il veut faire oublier quelque chose à Dylan ou lui faire croire à quelque chose et Dylan, tout naïf, ne se rend compte de rien.

Mais c'est une dynamique qui leur convient très bien et cela nous permet d'assister à des scènes épiques.

 

J'ai passé un excellent moment de lecture !

Impossible de lâcher le roman avant la fin tant il est captivant.

 

Que ce soit par l'intrigue, l'humour omniprésent, les rebondissements et la galerie de personnages haut en couleur :  par leur bêtise, leur curiosité, leur sale caractère, leur façon de colporter les ragots, ... que nous offre Thomas, cette nouvelle série s'annonce bien prometteuse !

 

Et une mention spéciale pour  le portrait savoureux de Trump auquel j'adhère à 1000 %






 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire