lundi 11 janvier 2021

Avis : Roi de carreau de Renee Rose

 

Auto-édition//Broché 236 pages//10 novembre 2020
Disponible en eBook





JE L’AVAIS PRÉVENUE.
Je lui avais dit de ne plus remettre les pieds dans mon casino. Je lui avais dit de garder ses distances. Parce que si je la retrouve à proximité de ma suite, je la ferai mienne.
Et une fois qu’elle sera à moi, je ne la libérerai plus jamais.
Je suis le roi de la mafia de Las Vegas et je prends ce que je veux.
Alors, elle a intérêt à fuir, à ne plus s’approcher de mon casino. Sinon, elle n’en partira plus jamais.

Roi de carreau est une romance indépendante dans le milieu de la mafia, premier tome de la série Les Nuits de Vegas. Ce roman ne se termine pas sur un suspense et n’aborde pas le thème de l’infidélité.




C’est un abandon pur et simple !

Impossible de m’immerger dans cette histoire. De plus, ce n’est pas une Dark Romance comme on pourrait le penser même si cela se passe dans le milieu mafieux. 

J’ai lâché l’affaire vers le milieu et je peux vous dire que je me suis vraiment forcée avant d’abandonner. En fait, je n’ai rien aimé dans cette histoire. Ni l’écriture (ou la traduction), ni les personnages, ni l’histoire en elle-même…

J’avais trouvé le résumé intéressant, c'est pourquoi j’avais envie de le lire mais je ne m’y suis pas du tout retrouvée. Pourtant, je n’ai eu aucun mal à commencer ma lecture et à rentrer dedans. Mais au fur et à mesure, des choses m’ont dérangé et d’autres que je n’ai pas trouvé crédibles. Mon plus gros problème reste cependant les personnages principaux auxquels je n’ai pas réussi à m’identifier et que je n’ai pas apprécié…


Parlons déjà de Sondra Simonson, qui se retrouve à travailler dans l’hôtel casino où sa cousine lui a trouvé un poste de femme de chambre en attendant qu’une place de croupière se libère. Sondra a tout abandonné derrière elle quand elle a retrouvé son fiancé dans une situation plus que compromettante et sans aucune ambiguïté. Et la voilà à Las Vegas à travailler dans cet hôtel casino dirigé par un homme mafieux. Ce milieu est une véritable fascination pour la jeune femme, qui curieuse comme tout, cherche à savoir qui est ce fameux mafieux. Elle aurait mieux fait de ne pas proposer son aide à sa supérieure pour nettoyer l’étage du directeur car elle n’a aucun droit de se trouver à ce niveau… Mais bref, elle est là à nettoyer quand sa supérieure doit s’en aller subitement pour une urgence et là elle va vivre un moment traumatisant comme jamais.

Nico Tacone, le directeur de l’hôtel casino Bellissimo est un homme qui est submergé par ses responsabilités, si bien qu’il en devient insomniaque et parano. En effet, en voyant la jeune femme dans sa salle de bains, il pète carrément un câble, persuadé qu’il a en face de lui une espionne. Il va lui faire passer un sale quart d’heure à tel point que Sondra se fera sur elle, tellement terrorisée et persuadée de mourir.

Voilà leur première rencontre qui franchement ne donne pas envie de sympathiser avec son patron. Et pourtant, passée sa première frayeur elle va éprouver une attirance profonde et malsaine envers son boss. Alors moi je veux bien, mais au vu de cette rencontre plus que violente et agressive, jamais je ne serai revenue travailler. Bref, il est obsédé par Sondra et réciproquement et vont entamer une relation basée sur le sexe…


Et je me suis arrêtée, impossible pour moi de poursuivre tellement j’ai trouvé ma lecture fade et sans intérêt. Leur relation, si je peux nommer cela ainsi n’est pour ma part que du sexe, ni plus ni moins. Cette attirance malsaine fait que Sondra n’est pas au fait du monde mafieux dans lequel gravite Nico. Elle a parfois peur de ses réactions ce qui est compréhensible mais cela n’empêche pas la jeune femme d’y retourner à chaque fois… Et alors Nico, mais pardon, le mec j’avais envie de l’emplâtrer tellement il m’énervait avec son langage et ses réactions. Ok il paraît que c’est une Dark et j’ai lu bien pire mais ici, je ne sais pas... cela ne passe pas. Je pense que ce sont les dialogues pauvres et répétitifs qui m’ont eu fatalement. 


Alors peut-être que ce n’était pas le bon moment pour moi de lire ce roman mais je n’ai finalement pas accroché et abandonné malheureusement.

Si vous êtes tentés de vous faire votre propre avis :







Aucun commentaire:

Publier un commentaire