vendredi 22 novembre 2019

L'art de courir sous la pluie de Garth Stein

Éditions L'Archipel, 6 novembre 2019, 304 pages, disponible au format papier 










« Je me suis toujours senti presque humain. J’ai toujours su qu’il y avait quelque chose en moi de différent des autres chiens. Bien sûr, je suis coincé dans le corps d’un chien, mais ce n’est que l’enveloppe extérieure. C’est ce qu’il y a à l’intérieur qui compte : l’esprit. Et mon esprit est tout ce qu’il y a de plus humain. »

Enzo est tout sauf un chien ordinaire. Il est persuadé qu’il sera un jour réincarné en homme.
Cette certitude, il l’a acquise en regardant un documentaire sur la Mongolie. Ce qu’il a vu de mieux à la télé – sa passion – après un grand prix de Formule 1 où un champion brésilien a laissé éclater son génie sur une piste détrempée.

Enzo, qui porte sur son maître Denny un regard attendri, en a tiré une philosophie : vivre n’est pas qu’une question de vitesse. Il faut aussi savoir passer entre les gouttes.

Et, heureusement pour Denny, Enzo veille au grain.

Enzo n'est vraiment pas un chien comme les autres. 

Véritable philosophe et persuadé - après le visionnage d'un reportage sur la Mongolie - qu'une fois sa vie de chien terminée, il se réincarnera en homme, il aime s'instruire devant la télévision.

Ses émissions préférées ?
Les documentaires et surtout les courses de formule 1 que son maitre, Denny, lui a fait découvrir dès son plus jeune âge !

Enzo voue une admiration et un amour sans borne à son maitre, un sentiment partagé par Denny.

Aujourd'hui, Enzo a vieilli et nous fait découvrir, au fil des pages, tout ce qu'il a vécu :
sa première rencontre avec Denny, les moments privilégiés passés avec lui devant la télé, les jeux partagés, la rencontre avec Eve, future femme de Denny, l'arrivée de Zoé, les drames, les joies et les épreuves qui ont jalonné son existence et qu'il a partagées avec son maitre au cours des années.

Comment ne pas s'émouvoir en lisant ce roman !

Enzo est, comme on l'a dit plus haut, un chien particulier, doué de réflexion et pensant par lui-même.

L'expression tant utilisée : il ne lui manque que la parole prend, ici tout son sens !



C'est d'ailleurs ce que regrette le plus Enzo : son incapacité à communiquer verbalement.
Car il en aurait des choses à dire, des conseils - avisés - à donner.

On ne peut que s'attacher à cet animal si particulier, qui a un recul sur les choses de la vie que nombre d'entre nous lui envierait !
Son sens de l'humour, son attachement à sa famille ne font que renforcer notre affection pour Enzo.

La fin est - comme l'on peut s'y attendre - triste et terriblement émouvant.




En bref, une lecture bouleversante, une belle leçon de vie, avec une note d'espoir et un sourire tremblant à la fin de la lecture !   






 Et je ne peux résister à l'envie de vous faire découvrir la bande annonce du film (en espérant qu'il soit à la hauteur du roman)






http://www.editionsarchipel.com/livre/lart-de-courir-sous-la-pluie/







https://amzn.to/2qo8pVg










Aucun commentaire:

Publier un commentaire