vendredi 26 avril 2019

Ne crois pas que tu m'aimes d'Alfreda Enwy

 
Collection &H New Adult//Broché  522 pages//
3 avril 2019//Disponible en eBook
 

 

Il l’a toujours protégée… mais parviendra-t-il à la sauver de lui-même ?
 Il s'appelle Mao, elle s'appelle Autumn. Depuis qu'ils se sont rencontrés, enfants, dans ce parc, ils sont inséparables.
Pour Mao, cette  amitié est plus importante que tout. Pour Mao, Autumn est la fille la plus précieuse qui soit. Et il doit à tout prix la protéger de la dureté du monde ; ce monde contre lequel il se bat plusieurs soirs par semaine, sur un ring qui n’attend que de voir couler son sang. Car Mao est étudiant le jour, expert des combats clandestins la nuit, et un enfoiré de première… tout le temps. Alcool, filles,  fêtes, il voit la vie comme un jeu dans lequel tout est permis… ou presque. Car, quand il prend conscience qu’Autumn est une jeune femme séduisante avant d’être l’amie drôle et attachante qu’il a toujours connue, il comprend que, pour une fois, il va devoir respecter certaines limites. Pour préserver leur amitié, mais aussi et surtout pour protéger Autumn de lui-même… 


 

Ce qui m’a avant tout donné envie de lire ce roman, c’est la superbe couverture. Je la trouve vraiment très réussie, l’image est belle, les couleurs choisies rendent l’ensemble harmonieux et intrigant.
Le résumé, quant à lui, promettait une romance assez classique, mais j’avais néanmoins très envie de découvrir l’ensemble.
Pour la petite info, le texte est séparé en deux parties distinctes pour le numérique, dont la seconde sort courant mai, mais est en un seul et unique volume pour le papier (bien que le texte comprenne un livre 1 et livre 2).

La partie qui m’a le plus plu est la première, malgré son schéma très commun. 

Deux amis d’enfance qui s’aiment sans se l’avouer, on l’a tous déjà lu quelque part. Toutefois, nous apprenons en même temps à découvrir nos héros, qui n’ont pas une vie facile, et nous nous familiarisons rapidement avec eux.
Autumn m’a beaucoup plu dans la première partie. C’est une héroïne forte, qui a dû renoncer à ses études pour travailler afin de s’occuper de son frère Dustin et de sa sœur Avery. Ils vivent seuls avec une mère qui n’est presque jamais présente et doivent se débrouiller pour manger, payer les factures et cetera, le tout sans attirer l’attention des services sociaux, sans quoi, ils seraient séparés. 

Leur mère, quant à elle, est droguée, alcoolique et il lui arrive de ramener des mecs louches à la maison. Mais la plupart du temps, elle est tout simplement absente, pour le plus grand soulagement de ses enfants. J’ai énormément pensé à la série Shameless en lisant ces thématiques très poignantes.

Mao, lui, est un jeune homme d’origine Japonaise qui est venu vivre en Amérique avec son père quand il était enfant. Sa mère, elle, est décédée. Juste après le prologue (qui n’est autre que la rencontre de Mao & Autumn enfants), nous retrouvons les personnages, alors âgés de dix-huit ans. Mao ne vit dès lors plus avec son père, lequel se montrait violent avec lui.
Et cette violence, Mao la porte en lui. Il fait des combats clandestins d’où il sort toujours vainqueur, se saoule, enchaîne les filles d’un soir et se montre d’ailleurs cruel et irrespectueux avec elles.
La seule qu’il épargne c’est Autumn.

L’intrigue est pleine de rebondissements, ce qui rend le tout très addictif et les événements s’enchaînent logiquement. J’ai beaucoup aimé.

La seconde partie, un peu plus courte, a néanmoins été plus longue à lire pour moi. Le premier livre nous laisse avec beaucoup de questions pour la suite et lorsque nous débutons la lecture de ce volet, de nouvelles intrigues se greffent à la trame. Si l’ensemble est là encore tout à fait cohérent, je dois avouer que mon intérêt s’est malheureusement essoufflé, de part les personnages, leur choix et leurs réactions, mais également de part l’intrigue. J’ai compris les décisions d’Autumn et de Mao, leur détresse, mais j’y suis restée assez hermétique. Il y avait trop de drames pour moi et d’obstacles dans leur relation dans une intrigue déjà bien riche et j’ai fini par décrocher. J’ai également été lassée des nombreuses références à l’automne qui, si elles sont poétiques, deviennent néanmoins très vite redondantes.

En conclusion, Ne crois pas que tu m’aimes est un joli roman qui saura plaire aux fans d’histoires d’amour dramatique et de relations compliquées.



https://amzn.to/2ZAHu5b


Aucun commentaire:

Publier un commentaire