vendredi 12 avril 2019

Leonora Kean T1, Chasseuse d'âmes de Cassandra O'Donnell

Pygmalion, 27 mars 2019 - Semi Poche 400 pages
Disponible en eBook



Vivre, quand on a seize ans, au sein d'un clan de sorcières sociopathes n'est pas facile tous les jours, moi, je vous le dis.
Entre les cours de sortilèges, de potions et de magie élémentaire des Vikaris, je suis au bout du rouleau.
Alors, si en plus, on commence à ramasser les cadavres dans tous les coins, je sens que je ne vais pas tarder à provoquer un massacre.
Parce qu'on peut dire ce qu'on veut : la patience, chez nous, n'est décidément pas un trait de famille...



Pour ceux/celles qui vivent sur la planète Mars et ne sont  pas au courant, Leonora Kean est la fille de Rebecca Kean. Nous restons donc dans le même univers. Pour autant, ce livre peut se lire indépendamment de la série originale. Toutefois, ce serait bête (méga bête) de ne pas savourer Rebecca Kean avant, car c'est un petit  bijou ! 

Leo n'a rien à envier à sa maman. Cette gamine possède un charisme indéniable qui fait que l'on s'attache très vite à elle. Elle est également doté d'un caractère fort (l'inverse aurait été étonnant) et son humour n'est pas sans rappeler celui de sa mère. Du haut de ses seize ans, elle ne s'en laisse pas compter et possède un sacré mordant, ainsi qu'un sens inné de la répartie. Et, tout comme sa mère, là encore : elle  détient énormément de pouvoirs.  À la différence, cependant, que Leo est sensible. 
Alors, lorsqu'elle part en séjour dans le village de chez son arrière-grand-mère, une Vakaris redoutable, ses nerfs vont être mis à rude épreuve. Heureusement, elle peut compter sur le soutien indéfectible d'Ariel, son meilleur (et canonissime) ami. Quand une série de meurtres s'abat sur la communauté des Vakari, Leonora sait que les emmerdes ne font que commencer. 

C'est ainsi qu'elle transporte dans une intrigue palpitante. On ne voit pas les pages défiler - ou plutôt si, on les voit ! Et on pleure justement parce qu'on voudrait que ça ne finisse jamais, or on ne peut s'empêcher et lire et lire encore. Vous voyez la contradiction ?
En fait, je crois bien qu'il manque, à peu près, 1000 pages à cet opus pour que l'on soit pleinement rassasiés.  
Encore une fois, la plume de Cassandra O'Donnell m'a conquise. Je suis méga (méga) fan des personnages (Ariel 💓 ) de l'univers dans lequel ils évoluent et j'adore également les dialogues, souvent cocasses et plein d'humour. 

En bref ? Encore une réussite ! Vivement le prochain tome !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire