jeudi 28 mars 2019

Et tu entendras le bruit de l'eau de Sophie Jomain

 
Collection &H//Broché 378 pages//6 mars 2019
Disponible en eBook



 
  
Elle est partie pour fuir celle qu’elle était devenue… Là-bas, elle va trouver celle qu’elle est vraiment.

Marion Verrier est Fendie Miller. Ou plutôt Fendie Miller est Marion Verrier. Elle ne sait plus trop… Est-elle vraiment devenue cette journaliste assoiffée de scoops que plus rien n’émerveille  ? Poussée à bout, Marion craque et décide de s’échapper en baie de Somme. Un bungalow cosy perdu dans la nature pour se retrouver et réfléchir à ce qu’elle va faire de sa vie, voilà tout ce à quoi elle aspire. Mais, au «  Bruit de l’eau  », Marion découvre qu’elle n’est pas aussi seule qu’elle le pensait  ; quelqu’un d’autre a choisi l’écolodge pour s’isoler du monde. Un homme, mystérieux et solitaire, que le destin n’aura de cesse de remettre sur sa route.



 


Et tu entendras le bruit de l’eau est un roman, très court, incisif et que j’ai pris un véritable plaisir à lire.

Le personnage principal, Marion, est une jeune femme de trente-cinq ans qui consacre toute son existence à son travail, au point d’avoir mis de côté sa vie personnelle. Célibataire et sans enfant, Marion Verrier, ou plutôt Fendie Miller de son nom de plume, est une acharnée. Elle bosse sans relâche depuis des années à la recherche des meilleurs scoops, ne compte plus ses heures et brille dans son domaine.
Jusqu’au moment où, alors qu’elle bosse sur un article depuis des semaines, elle se fait doubler par un journaliste d’un magazine concurrent qui publie le même article un jour avant elle.
Sabine, sa supérieur, lui reproche alors d’avoir fait perdre beaucoup d’argent au journal et pour Marion, c’est la goutte de trop.
Lors d’une réunion entre elle, sa supérieur et son directeur, la jeune femme rappelle brutalement qu’elle n’a pas eu de vacances depuis deux ans. Le calcul est rapidement fait : elle a droit à trois mois de congés que son directeur lui donne sur-le-champ.
La première semaine, Marion se repose, dort beaucoup, regarde des séries, fait un peu le point sur sa vie. Elle se rend compte qu’elle s’est lassée de son travail et qu’elle n’est pas épanouie. Elle décide alors de partir pour plusieurs semaines dans la baie de Somme afin de se ressourcer. Elle loue un bungalow au Bruit de l’eau, chez un couple très aimable avec qui elle va immédiatement sympathiser.
Sur place, Marion passe ses journées à se promener dans la baie, se ressource, profite de la nature… Vit comme elle ne le faisait plus depuis des années. Elle se remet à faire de la photo, une passion qu’elle avait délaissée, puis décide de tenir un journal de bord de ses vacances, ayant le besoin de faire quelque chose de constructif.
Enfin, elle va faire la rencontre de Ben, un homme solitaire, passionné par son métier. Un personnage qui m’a beaucoup plu et qui m’a énormément touchée. À travers lui, Sophie Jomain nous sensibilise sur le sort des phoques et sur la préservation des milieux naturels.

 Une réussite.
D’ailleurs, avec ce court roman, Sophie Jomain parvient à nous véhiculer de nombreux messages. En plus de ceux que je viens de citer, il y a aussi le sort des enfants migrants. Si ces thématiques sont très altruistes, l’auteure nous rappelle néanmoins, de façon plus égocentrée, l’importance de suivre sa voie et indirectement de trouver le bonheur, notamment par les choix des deux personnages centraux du livre.

Et tu entendras le bruit de l’eau est un roman féminin très réussi dont les messages ont su me toucher. Il m’a fait un peu le même effet que Quand la nuit devient jour, sans que je sache très bien l’expliquer. Sans doute à cause des sujets abordés, des sujets graves qui méritent qu’on s’y arrête. À travers ces deux romans, j’ai découvert une facette de l’auteure plus profonde qui démontre sa polyvalence et son grand talent. Une facette qui me séduit même davantage, je dois l’admettre.
Autant dire que j’ai hâte de tenir entre mes mains, mon prochain Sophie Jomain.




https://amzn.to/2FEhjCG


Aucun commentaire:

Publier un commentaire