vendredi 15 mars 2019

Chaussures à son pied de Marianne Levy

Pygmalion éditions, 30 janvier 2019, 384 pages, disponible au format papier et numérique






Ressembler à Hugh Grant ? Sur le papier, c'est un peu le fantasme de tous les célibataires... dans la réalité, c'est, disons, compliqué à assumer. Surtout quand on s'appelle Samuel, qu'on vit à Londres, que sa colocataire a décidé que l'une de ses missions sur Terre était de vous caser pour démontrer que Cendrillon est plus qu'un conte de fées. Et qu'on désire devenir le nouveau Shakespeare.
Il ne pouvait pas prévoir que pour réaliser son rêve, il serait obligé de jouer les princes charmants.
Soit son pire cauchemar... 


Je ne vais pas m'étendre - une fois n'est pas coutume - sur le récit en lui-même car le principal est dit dans le résumé.

Nous avons donc droit à un roman qui essaie de définir si le prince charmant existe encore ou s'il ne vit que dans les contes de fées.

Vous l'aurez compris, tout tourne autour de l'amouuuuuur !

Au départ, nous avons l'auteur d'un roman, Sam, qui n'est pas l'auteur de ce roman mais d'un autre :  Le syndrome Cendrillon dont on raconte l'histoire dans ce livre - vous me suivez jusqu'ici ? - et qui nous présente sa bande de colocataires/amis.
Nous avons Filo(mena), Gus et Paolo.
Sam nous dépeint les joies de la colocation et l'entêtement de Filo a vouloir lui faire trouver l'amour, avec un grand A.
Samuel a écrit un roman - celui dont je vous parlais -  qui tente à prouver que le prince charmant est un mythe et que l'histoire de Cendrillon est ce qu'il est : un conte et rien d'autre !

Mais, bien sûr, la vie et plus précisément  Juliet, vont tenter de lui prouver qu'il a tort !

Tout va s'enchainer dans sa vie suite à un concours auquel il participe et qui pourrait - s'il le remporte - permettre à son oeuvre :  Happy Ending d'être adaptée au théâtre.  



J'ai été déstabilisée par la façon dont est écrit ce roman.

Au début, tout est pour le mieux, et puis, on trouve des Emails envoyés par ses amis contenant des remarques au sujet de son roman ou de fait qui se sont produits. 

Par la suite, je ne savais plus très bien si on parlait de la vie de Sam ou du contenu de son roman.
J'ai été larguée et perdue entre ce qui faisait partie du réel et ce qui se trouvait dans son roman.

D'ailleurs, si j'ai bien tout compris - ce qui n'est pas sûr : Sam a écrit Le Syndrome de Cendrillon dans lequel il nous raconte  ce qui lui est arrivé, de sa participation au sus mentionné concours, de sa rencontre avec Juliet et de l'histoire qui en a suivi. 
Les mails qui se glissent dans le texte n'étant pas présent dans son roman mais un simple ajout dans sa vie personnelle !

Enfin, .... Je crois ! 



Malgré tout, j'ai compris - heureusement - l'idée générale et j'ai apprécié la cocasserie de certaines situations et l'amitié indéfectible de Gus, Filo et Paolo mais déstabilisée, je n'ai pas su apprécier le roman a sa juste valeur.

À mon avis, je me suis fourvoyée et suis partie sur une mauvaise compréhension.

Et j'en suis la première désolée !


En bref, le conte de Cendrillon sert plutôt ici de prétexte pour parler de l'existence  - ou pas - du prince charmant. Des situations amusantes, des personnages haut en couleur, à l'humour parfois corrosif mais à l'amitié inébranlable font de ce roman - bien que je me sois quelque peu perdue - un agréable moment de lecture !

 
https://www.editions-pygmalion.fr/Catalogue/il-est-une-fois/chaussures-a-son-pied



https://amzn.to/2HtZB6d

Aucun commentaire:

Publier un commentaire