vendredi 15 mars 2019

Black Wings T1, Blackwings de Christina Henry

Milady, 20 mars 2019 - poche 379 pages
Disponible en eBook



Rien de tel qu’être agente de la mort pour vous pourrir la vie.
Pour Madeline Black, escorter les défunts dans l’au-delà est un travail à toute heure et très mal payé. Certes, on y gagne des pouvoirs magiques et une paire d’ailes impressionnantes, mais aussi un patron exaspérant, une gargouille grincheuse à supporter, et bien des factures impayées. Les choses semblent s’améliorer lorsque le séduisant Gabriel Angeloscuro s’installe dans l’appartement au-dessus du sien... jusqu’à ce qu’un monstre terrifiant ravage les rues de Chicago, et que Maddy se découvre des pouvoirs inconnus, liés à un héritage dont elle ignore tout et qui fera d’elle la cible de tous les feux de l’enfer et du paradis.

 Lorsque j'ai lu le résumé de cette nouvelle série Bit-Lit publiée chez Milady, je suis tombée sous le charme. De l'humour, de la romance paranormale et une bonne dose d'action. Tous les ingrédients pour me plaire. 
Hélas, j'ai très vite déchanté.

Là où je m'attendais à un humour caustique et mordant, dans le style de Charley Davidson, nous avons le droit à quelques réparties gentillets qui, sincèrement, ne m'ont même pas tiré un sourire. 
Concernant l'intrigue : même déception. J'ai eu l'impression dérangeante de lire 10 tomes en un seul. C'est tellement précipité ! Les rebondissements et les révélations s'enchaînent à tout va. Aucun suspense n'a le temps de s'installer que nous avons déjà toutes les réponses. Et puis, l'héroïne qui hérite d'un milliard de pouvoirs sans qu'elle sache pourquoi alors que le beau gosse sur qui elle flashe, lui, détient les réponses... Comment dire ? C'est du vu, revu et re-revu.
D'ailleurs, mon principal reproche est ce manque d'originalité. On reprend tous les clichés du genre, et on les balance tel quel, sans même les revisiter un peu. Cela donne pour ma part un récit peu engageant et arrivé à la moitié du roman, je me suis rendue compte que je n'avais aucune envie de lire la suite. C'est tellement couru et prévisible, donc pourquoi la lire ? 
De plus les personnages sont caricaturés. Avec l'héroïne vierge (ça faisait longtemps !) de plus de trente ans  😶 le héros canon, mystérieux et énigmatique... Sauf qu'il  dévoile entièrement sa vie au bout de cent pages  à peine 😂. Ça n'a clairement pas fonctionné pour moi, je ne me suis pas attachée aux personnages - même Beezle, la gargouille, n'a pas su me charmer. Peut-être n'étais-je pas dans le bon état de d'esprit, toujours est-il que je ne lirai pas la suite. Malgré cela, je suis convaincue que cette série trouvera son public, et tant mieux. 

En bref ? Un flop pour ce premier tome. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire