jeudi 20 septembre 2018

La tête sous l'eau d'Olivier Adam

Collection R, 23 août 2018 - Grand Format 217 pages
Disponible en eBook

Par l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas.
Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l'air perdu. Il m'a pris dans ses bras et s'est mis à pleurer. Un court instant j'ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s'est écarté et j'ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : " On l'a retrouvée. Merde alors. On l'a retrouvée. C'en est fini de ce cauchemar. "
Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n'en avions pas terminé.


Ne connaissant pas l'auteur, je n'avais pas d'attente particulière concernant ce roman. Je ne peux donc pas dire que c'est une déception, mais cette lecture ne m'a pas spécialement emballée. 

Par une plume aiguisée et sans fioritures, Adam Oliver nous livre le récit d'une famille parisienne au destin brisé. Leur déménagement en Bretagne devait être placé sous le signe du renouveau, or c'est une tragédie qui les attend. 
Léa, la fille, disparaît lors d'un concert. 
Où est-elle ? Que lui est-il arrivé ? Est-elle en vie ? Séquestrée quelque part par un psychopathe ? 
Tant de questions et aucune réponse. Ainsi affaiblie, la famille se brise. Le père se réfugie dans l'alcool, la mère préfère quitter le lit conjugal pour un autre, et le frère, Antoine, (le narrateur du récit) se retrouve seul au milieu de ce marasme. 
Puis, la nouvelle tombe : Léa a été retrouvée. 
Seulement la joie des retrouvailles est bien vite entachée par les révélations de ce qu'il lui est  arrivé... 


Ce roman est très court, à peine plus de 200 pages, néanmoins il m'a fallu 3 jours pour le lire, car je ne suis jamais réellement rentrée dedans. L'histoire n'a pas su piquer mon intérêt. Pourtant c'est un récit ancré dans la réalité, on ne peut plus vrai. Un fait divers comme il y en a malheureusement beaucoup. 
Peut-être est-ce parce qu'habituellement, je ne lis pas ce genre, mais cela ne m'a fait ni chaud ni froid. 
La seule chose qui m'a vraiment plu, c'est le cadre où se situe l'action : la Bretagne. En chauvine que je suis, je ne peux qu'apprécier les descriptions de l'auteur qui nous projette parfaitement dans le décor. 

En bref ? Ce n'est pas un roman que j'aurais lu par moi-même, donc je suis assez mal placée pour le juger objectivement.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire