lundi 22 février 2021

Avis : Personne ne sort d'ici vivant d'Adam Nevill

 

Editions Bragelonne//Broché 504 pages
8 juillet 2020//Disponible en eBook



Stéphanie est seule, sans argent, et elle peine à trouver un logement. Aussi croit-elle que la chance lui sourit quand elle finit par dénicher une chambre au loyer abordable dans une vaste demeure de Birmingham. Mais au 82, Edgehill Road, on aurait tort de se fier aux apparences. L'atmosphère inquiétante qui règne dans cette maison délabrée inspire à Stéphanie un profond malaise. Mais c'est sans compter les murmures dans la cheminée, les bruits de pas dans le couloir, les pleurs de femmes qui s'élèvent derrière les murs et les accès de violence du propriétaire des lieux. Pourtant, le cauchemar ne fait que commencer. Stéphanie parviendra-t-elle à s'enfuir de ce lieu maudit d'où personne ne peut l'entendre crier ?




Stéphanie Booth est une jeune femme un peu perdue. Orpheline de père, ne supportant plus sa belle-mère atteinte de troubles psychiatriques, complètement fauchée et fraîchement célibataire, elle se retrouve à la rue du jour au lendemain avec seulement quelques missions d’interim irrégulières pour survivre financièrement. Ayant enfin trouvé une chambre en location au 82, Edgehill Road à Birmingham, elle a bon espoir de pouvoir rebondir et se préparer un avenir décent. Certes, la chambre louée se situe dans une vieille bâtisse délabrée, certes son propriétaire, Knacker Mc Guire est bizarre, mais elle devra s’en contenter : c’est la seule chose qu’elle peut s’offrir pour le moment… Et puis cette solution n’est que temporaire !

Seulement, la première nuit de Stéphanie dans cette chambre sale et chichement meublée va vite la convaincre qu’elle doit fuir cet endroit au plus vite ! Seulement, on ne s’échappe pas aussi facilement du 82, Edgehill Road, et encore moins des griffes de ses propriétaires…



Dans l’ensemble, ce roman est délicieusement terrifiant. Mêlant plusieurs genres à la fois, l’histoire est captivante et on ne peut en lâcher la lecture, tant on a envie de comprendre ce qu’il se passe dans cette maison si spéciale.

J’ai toutefois eu un peu de mal à accrocher au début : il m’a semblé que le roman peinait à démarrer, beaucoup de descriptions et les introspections de Stéphanie étaient un peu répétitives… Cependant, il fallait planter le décor pour mieux appréhender la suite.

Une fois prise dans l’histoire, je voulais absolument en connaître le dénouement. N’étant pas dans une période propice à une lecture très suivie et assidue, j’avoue avoir eu un peu de mal parfois à suivre : l’histoire de fond est tout de même parfois un peu compliquée à bien comprendre si on lâche un peu trop longtemps le roman. Heureusement, les chapitres (nombreux) sont relativement courts, ce qui facilite les « pauses ». 

Je me suis surprise parfois à me dire que cette histoire pourrait être réelle, ou au moins inspirée de la réalité. Pourquoi ? Parce que les détails décrits sont tellement terrifiants, détaillés, les sensations qu’éprouve Stéphanie sont si terriblement narrées que l’on en arrive à les ressentir aussi. L’ambiance est parfaitement angoissante, on ne sait jamais si l’on se situe dans un thriller, dans de l’horrifique, du simple roman surnaturel… Ou un peu les trois à la fois !

Oui, clairement, le roman est complet. Il remplit son rôle : donner des sueurs froides, faire peur, s’interroger… Car bien entendu, le suspense reste entier jusque très loin dans l’histoire et on ne peut vraiment comprendre ou deviner l’issue. 

Si j’ai noté certaines longueurs, je pense aussi que la difficulté parfois à bien cerner l’histoire de fond provient peut-être de la traduction du roman, l’écriture, et le style d’Adam Nevill, doit certainement « mieux passer » en version originale. Toutefois, le contrat est rempli : on arrive à s’attacher à Stéphanie, à compatir aux horreurs qu’elle vit, à être captivé et à la fois terrorisé par l’histoire. Je me suis laisser prendre au jeu et lire ce roman la nuit m’a bien angoissé ^^


Bref, un roman horrifique qui ravira les adeptes du genre, une histoire ensorcelante dans tous les sens du terme, juste à noter qu’il faut un rythme de lecture soutenu pour pouvoir décrypter tous les secrets que renferme la maison du 82, Edgehill Road !












Aucun commentaire:

Publier un commentaire