mercredi 3 février 2021

Avis : Les soeurs Carmines T1 Le complot des corbeaux de Ariel Holzl

 

Éditions Le Livre de Poche Jeunesse, 20 janvier 2021, 272 pages, disponible 

au format papier 

 

 

 

 

 

Merryvère Carmine est une cambrioleuse qui court les toits et pille les manoirs pour gagner sa vie. Ses soeurs, Tristabelle et Dolorine, l'assistent lors de ses méfaits. Orphelines sans le sou, les trois jeunes filles tentent de survivre dans la sinistre cité de Grisaille. On s'y trucide allègrement, surtout à l'heure du thé, pendant que huit familles d'aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône. Après un vol désastreux, Merry se retrouvent mêlée à l'un de leurs complots. Désormais traquées par des nécromants, des vampires, des savants fous et bien d'autres calamités, les Carmines vont devoir redoubler d'efforts pour s'en tirer vivantes.

Bienvenue à la cité Grisaille !

Sa devise ?

Qui non occiderem occidisti primum ce qui pourrait se traduire par : ce qui ne vous tue pas est ce que vous avez tué le premier. 

Tout un programme !   

Grisaille est donc peuplée d'assassins, de voleurs et le meurtre est la norme ! 

C'est une ville où la brume est présente non stop et envahit le moindre recoin. Une ville triste, déprimante où le taux de suicide a explosé. 

C'est là que vivent les sœurs Carmines : Merryvère, Tristabelle et Dolorine, filles d'une courtisane tragiquement disparue.

On ne peut imaginer de sœurs plus différentes : Tristabelle, l'aînée, est frivole, dépensière, vénale et imbue de sa petite personne, avec un caractère buté.

Merry, plus aventureuse, n'accorde aucune importance au paraître. Pour elle, c'est une perte de temps, elle ne se sent jamais aussi bien que vêtue de ses vieilles nippes.

Quant à Dolorine, la benjamine, elle peut voir les fantômes et son doudou-ami imaginaire Mr Nyx -  qu'elle emporte partout avec elle - lui suggère, souvent, de biens mauvaises idées : envoyer quelqu'un au paradis plus vite que prévu, mettre le feu aux robes de Tristabelle, empoisonner Merryvère ou lui couper un doigt .... Mais heureusement, l'enfant ne suit jamais ces étranges directives.

L'entente entre Tristabelle et Merryvère est loin d'être bonne mais lorsque l'une des deux a des ennuis, l'autre n'hésite pas une seconde à l'aider malgré leur mésentente. 

Leur mère, décédée il y a 3 ans de cela, les a laissées seules dans leur vaste demeure, sans domestiques, sans jardiniers mais surtout, sans argent. Leur maison se vide peu à peu pour payer les impôts. Ce qui contraint Merry  à devenir une voleuse, une monte-en-l'air qui parcourt chaque nuit les toits de la ville pour trouver de quoi survivre. 

C'est d'ailleurs au cours d'une de ses expéditions nocturnes que Merry va, malencontreusement, causer la mort du patriarche de la Maison Sépulcre 

Car il faut savoir que la ville est dirigée par Les Huit, les plus hautes familles de la noblesse.

Nous avons la Maison Vermeil (les vampires), la Maison Sépulcre (les nécromants), la Maison Marbre (les gorgones), la Maison Tourmente (des savants fous), la Maison Terne, la Maison Forge-Rage (des artisans), la Maison Gemini (les artistes) et la Maison  Du Lys (d'où est issue la Reine)

Alors qu'elle doit une coquette somme à un malandrin qu'elle ne peut malheureusement pas payer, les événements vont se précipiter.

Elle va se retrouver, bien malgré elle, au coeur d'une lutte de pouvoir et de trahison !

Ce roman est le premier d'une trilogie qui va mettre en avant dans chaque tome, une des soeurs Carmines.

Et le bal s'ouvre donc avec Merryvère !

Merryvère est la plus intrépide des trois. Elle se met bien souvent dans des situations périlleuses dont elle parvient à s'échapper de justesse.

Mais cette fois, cela va s'avérer plus compliqué.

J'ai apprécié son sens de l'aventure, sa tendresse pour sa petite soeur mais un peu moins son impulsivité.

Tristabelle est - pour ma part - LA tête à claques par excellence : 


 

arrogante, désagréable, hautaine, méprisante ...

Quant à Dolorine, on ne peut s'empêcher de craquer. Elle est adorable et la lecture de son journal est particulièrement savoureuse.

Et  ce premier volume se termine sur un double fin ahurissante ! 

En bref, après avoir vécu de palpitantes aventures rocambolesques avec Merry, je me demande bien ce que va donner le tome avec Tristabelle.

Sera-t-elle aussi détestable qu'elle semble l'être ?

A découvrir dans la suite des soeurs Carmines !






 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire