mercredi 18 novembre 2020

Avis : The Magpie Society de Zoe Sugg et Amy McCulloch

 

 

Éditions La Martinière fiction, 29 octobre 2020, 416 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

 

 

 

Quand une des élèves de la prestigieuse Illumen Hall boarding school est retrouvée morte, une mystérieuse pie tatouée dans le dos, Audrey et Ivy, deux pensionnaires que tout oppose, découvrent un secret terrifiant caché au cœur de leur école à l'apparence si... parfaite.

 

Audrey, américaine d'origine, a quitté son pays, ses amis pour venir se perdre au collège d'Illumen Hall en Angleterre.

Nous savons - par de subtiles allusions - qu'il s'est passé quelque chose qui l'a contrainte à quitter son école mais nous n'en saurons pas plus.

Il faudra attendre les derniers chapitres pour connaitre le fin mot de son histoire.

Décidée à s'intégrer, elle tente de se lier d'amitié avec Ivy, la jeune fille qui partage sa chambre mais le moins que l'on puisse dire est que cette dernière n'est pas des plus sympathique et lui réserve un accueil froid et même glacial.

Ivy se rend compte qu'elle se conduit de manière détestable avec Audrey mais c'est plus fort qu'elle.

La présence d'Audrey lui rappelle que cette nouvelle année scolaire qui commence ne sera pas du tout comme elle l'espérait et lui fait payer cette situation.

Audrey qui pensait pouvoir passer à autre chose, découvre que, juste avant l'été, une des étudiantes la plus populaire : Lola, a été retrouvée morte sur la plage avec un tatouage de pie dans le dos.

Sa mort a été classée comme une mort accidentelle voire un suicide bien que l'on n'ait retrouvé aucune lettre allant dans ce sens.

Mais lorsqu'une personne anonyme commence à diffuser des podcasts en affirmant pouvoir prouver que Lola n'est pas morte accidentellement mais qu'elle a été tuée, un climat de suspicion et d'angoisse s'installe au sein de l'établissement car Lola a été la première mais ne sera pas la dernière !

Audrey et Ivy vont mettre leurs différents de côté pour tenter de démasquer celui qui produit les podcasts et surtout tenter d'empêcher un nouveau crime en élucidant le mystère qui entoure la mort de Lola. 

L'intrigue se déroule au sein d'un internat avec tous les problèmes qu'une telle promiscuité peuvent entrainer. 

Les rivalités sont bien présentes bien qu'elles soient cachées sous des sourires de façade.


Mais les vraies amitiés existent aussi : comme celle qui unit Ivy à Clover, à Harriet et plus tard à Audrey.

L'atmosphère angoissante est renforcée par le collège en lui-même : ancien, avec un lourd passé, de nombreux recoins sombres, des passages secrets et des secrets tout court. Pas si parfait que cela !

Audrey a un peu de mal à s'intégrer car la vie d'un un collège anglais est tout à fait différente de celle en Amérique : moins de liberté, règles plus strictes ...

Sa première rencontre avec Ivy laisse présager une cohabitation plutôt délicate mais un événement inattendu va rapprocher les 2 jeunes filles aussi opposées par leur caractère que le jour et la nuit.

Ivy est une jeune fille qui s'est battue pour arriver là où elle est aujourd'hui, elle est intelligente, un vrai bourreau de travail mais la mort de Lola est, non seulement dramatique, mais risque bien d'anéantir tous les efforts fournis.

L'intrigue est somme toute classique : une école, un pensionnat, un drame, des faux semblants mais le tout est amené avec beaucoup de talent.

Nous suivons avec beaucoup d'intérêt l'évolution de la situation, les révélations sur Lola, les découvertes inattendues que vont faire Ivy et Audrey, le filet qui se resserre autour de la mystérieuse voix qui commente les podcasts et le danger qui se rapproche.

Et puis, ces pies : que sont-elles exactement ? Quel est leur rapport avec le drame qui s'est déroulé ?

En bref, The Magpie Society est le premier tome d'une trilogie qui s'annonce captivante et j'avoue que la façon dont se termine le récit m'a laissé une furieuse envie de découvrir la suite. 


 






 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire