mardi 10 novembre 2020

Avis : Arkane T1 La désolation de Pierre Bordage

 

Bragelonne éditions, 14 octobre 2020, 528 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

 

 

 

Arkane : une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes-puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu.

C'est dans ce monde dominé par les intrigues incessantes, les meurtres et la magie noire que vit Oziel, fille de la maison du Drac.

Lorsque son clan est massacré, Oziel s'enfuit des Hauts de la ville, espérant gagner les Fonds afin de rejoindre son frère condamné et de lever une armée parmi les prisonniers du terrible bagne, dans les profondeurs de la cité.

Mais tandis qu'elle cherche à s'évader des rets d'Arkane, d'autres tentent de rallier celle-ci à tout prix. Renn, un apprenti enchanteur de pierre et Orik, guerrier venu d'une lointaine contrée, portent avec eux l'annonce d'une menace qui, s'ils arrivent trop tard, pourrait bien plonger Arkane dans le chaos...

 

Oziel a été élevée dans l'opulence et la richesse tout en recevant une éducation stricte et une formation au combat.

C'est grâce à l'une de ses sorties secrètes en ville qu'elle aura la vie sauve car elle trouve, à son retour tout son clan massacré !

Elle est la seule survivante !

La seule ? Pas vraiment !

Elle se doit de retrouver son frère, Matteo, injustement condamné au bannissement dans les Fonds pour un acte qu'il n'a pas commis.

Mais elle n'ira pas très loin car elle se fait arrêter par Sylver, l'un des héritiers de la maison de l'Aigle.

Un homme cruel, violent et qui ne lui veut pas que du bien !

Va commencer alors pour la jeune femme une longue descente aux enfers !

Elle va devoir fuir, se cacher, risquer sa propre vie pour survivre et échapper à ses poursuivants.

Il ne sera pas facile pour elle de faire confiance car les traîtres sont partout.

Mais elle rencontrera néanmoins en chemin, de vrais alliés qui n'hésiteront pas à risquer et à perdre, parfois,  la vie pour l'aider.

Renn, fils de paysan, a été placé en apprentissage chez un enchanteur de pierre car il présente - d'après sa chère grand-mère - un don d'enchanteur.

Alors qu'il essaie de réaliser ce que son maitre lui a demandé, un guerrier, Orik, fait irruption dans l'atelier.

Orik vient d'une lointaine contrée et a déserté l'armée. 

Pas par lâcheté car s'il y a bien une chose qu'il n'est pas, c'est lâche mais, voyant le combat perdu et l'extermination des siens, il a préféré prendre la route pour prévenir Arkane de l'arrivée d'une terrible armée qui dévaste tout sur son passage.

Le guerrier demande à Renn  de lui servir de guide car il ne connait absolument pas la région.

Ce dernier, après quelques hésitations, finit par accepter et voilà notre duo improbable sur les routes.

Ils rencontreront en chemin un groupe de mécrosés : des personnes atteintes d'une terrible maladie qui les couvre de pustules, de bubons, de kystes purulents partout sur le corps et le visage, les défigurant petit à petit et dont l'issue est toujours fatale.

 

Des malades bannis de la société, chassés de partout, battus parfois à mort !

Ils seront rejoints par un groupe de paysans.

Drôle de troupe pour combattre de redoutables combattants mais ils ne manqueront pas de courage ni d'ingéniosité.

Une amitié va se créer peu à peu entre le chétif Renn, peu habitué à combattre et le redoutable guerrier qu'est Orik.

Au fil des pages, nous suivons tour à tour Oziel et Renn qui poursuivent tout deux le même but : révéler les dangers qui menacent Arkane.

Oziel va subir de nombreuses épreuves, prendra des risques inconsidérés, animée par la rage et un puissant besoin de venger la mort de sa famille.

Elle va en ramasser des coups, je peux vous le dire, mais si par moment elle perd espoir, elle a tôt fait de se reprendre en main et de repartir de plus belle.

Elle pourra aussi compter sur un allié inattendu, lié à sa maison mais de lui, je ne peux rien vous dire.

Renn quant à lui, va s'aguerrir au fil de son voyage, il découvrira l'horreur, la violence, il va côtoyer la mort, la désolation mais tout comme Oziel, il trouvera toujours en lui, la force de continuer.

Arkane est un récit de fantasy particulièrement bien amené. Nous prenons fait et cause dès le départ pour la quête de nos héros bien que, parfois, Oziel m'a quelque peu tapé sur les nerfs par certains de ses actes impulsifs.

Les personnages ont tous des traits de caractères bien marqués : les "gentils" ne manquent ni de courage ni de pugnacité quant aux "méchants", ils sont très, très méchants, violents, détestables en tout point !

 

En bref, nous découvrons dans ce premier tome, un monde où trahison, avidité, cruauté et violence sont les maîtres mots et je n'ai qu'une hâte : découvrir la suite et assister à la rencontre entre Oziel et Renn.




 





 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire