mercredi 28 octobre 2020

Avis : Lost soldier de Romy Cole

 

Addictives éditions, 11 août 2020, 422 pages, disponible 

uniquement au format numérique

 

 

 

 


Il n’a rien à offrir. Elle le veut quand même.

Ex-militaire, blessé, dangereux : Deacon n’a plus confiance en rien ni personne.
Les femmes, c’est comme l’alcool : un moyen de passer le temps et d’oublier pendant quelques heures.
Et quand il est obligé de bosser comme bénévole dans un refuge pour pitbulls, il voit rouge. Laver des cages et promener des bestioles, très peu pour lui !
Sauf que Sawyer, sa patronne, refuse de le laisser se défiler. Elle est têtue, lumineuse, aussi grande gueule que lui…
Et elle pourrait bien lui redonner goût à la vie.

 


Deacon St John est un ancien militaire qui a tout donné pour la marine, jusqu'à son âme. 

Le rêve de sa vie s'est cependant écroulé lors d'une mission qui a mal tourné. 

Gravement blessé, souffrant psychologiquement d'être un survivant, il ne sait plus où trouver la force de continuer à vivre. Sa psy l'encourage à reprendre au moins un emploi ou de quoi occuper ses journées, afin qu'il mette de côté l'alcool qui est devenu sa seule compagne... enfin à côté de ses nombreuses conquêtes d'une nuit, qui lui permettent de se vider l'esprit!

C'est ainsi qu'il se retrouve aux portes de "Wolf Rain" , un refuge pour pitbulls détenu par Sawyer Arcane, une jeune mère célibataire de 25 ans. Si les débuts entre ces 2 personnages sont difficiles, chacun ayant un caractère très affirmé, rapidement, ils vont devenir complémentaires dans leur vie respective. 

Car Sawyer, sous sa carapace de femme forte, cache des blessures profondes et un gros manque de confiance en elle.

Alors, certes, il m'a manqué quelques petits éléments pour être complètement addict à cette histoire, mais cependant, celle ci a été très agréable et j'ai beaucoup aimé suivre l'évolution de la relation entre Sawyer et Deacon.

En effet, certains passages m'ont semblé longs… Et pourtant j'aurais souhaité un peu plus de développement sur Deacon notamment et sur ce qu'il va advenir de sa vie, ainsi que les motivations de Sawyer à monter Wolf Rain…

Bref, ceci dit, je me suis attachée aux personnages principaux, Deacon est le mufle par excellence, le baroudeur brut de décoffrage. On pourrait croire que c'est son expérience de l'armée qui l'a rendu ainsi, et pourtant on apprend vite qu'il a toujours eu ce côté un peu "rebelle". 

C'est un homme brisé, cherchant une rédemption qui n'a pas lieu d'être, il a vu son monde s'écrouler et a dû se faire à l'idée qu'il devait réapprendre à vivre. 

Il est touchant de par bien des aspects, même s'il n'a pas toujours une grande considération pour la gente féminine. Certaines de ses réflexions m'ont bien fait rire :

" je préférerai encore boire un smoothie de mon propre sperme que de me passer la corde au cou!"

Sa description physique laisse songeuse :

 " C'est un mélange entre Brad Pitt et Levi Stocke, le tout avec les abdos de Ryan Gosling et les gros bras musclés et tatoués de Jason Momoa dans Aquaman" 

De son côté, Sawyer est tout aussi intéressante : une femme qui a dû se débrouiller seule du jour au lendemain, qui sait mener de front sa vie de dirigeante d'un refuge tout en étant une maman formidable, une personnalité qui sait se faire respecter, même par les plus durs. 

Elle aussi a un caractère qui peut faire peur, même si elle sait se montrer drôle (peut-être sans même s'en rendre compte  ), comme par exemple quand elle décrit les rapports intimes :

 " Puis, le sexe, c'est comme le vélo non? ça ne s'oublie pas. Quelques minutes de préliminaires, puis... ça rentre, ça sort, ça rentre, ça sort, et ça jusqu'à ce que tu touches les étoiles. Enfin, si l'enfoiré en question est assez doué, sinon, le seul truc que tu touches à ce moment-là, c'est le fond"

 

Du coup, les 2 réunis donnent quelque chose d'assez explosif !


 

Chacun sur la défensive, ils vont devoir apprendre à lâcher du lest, et surtout à s'apprivoiser. 

Pas simple de refaire confiance quand on se pose déjà des milliers de questions sur soi-même.

Alors leur histoire va se construire, petit à petit, un peu bancalement parfois, trop hâtivement souvent, pour donner un ensemble peu harmonieux d'un point de vue extérieur mais beau quand même. 

Et puis j'en retiens cette magnifique phrase de Deacon, lui, le gars qui semble doté d'un cœur de pierre :

  "J'sais pas si elle est douée ou si j'suis prêt à rendre parfait tout ce qu'elle fait"

Si ça c'est pas la définition même de l'amour !

 

En bref, une histoire que j'ai aimé lire, même si selon moi, certains point auraient mérité d'être un peu plus aboutis. Un belle histoire entre 2 êtres détruits qui vont réapprendre à sourire à la vie.

 




 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire