jeudi 17 septembre 2020

Avis : Le seul et unique Bob de Katherine Applegate

Seuil Jeunesse éditions, 27 août 2020, 288 pages, disponible au format papier
 
 
 
 
 
 
Moi, c'est Bob. Je suis un peu chihuahua sur les bords, mais ça ne veut pas dire que je suis un gentil toutou de salon.

Aujourd'hui, j'ai la belle vie, un lit douillet et des croquettes à volonté. Mais autrefois, j'étais un chien errant, un vrai dur.

Alors quand un ouragan menace ma famille d'adoption et mes amis du zoo, Ivan et Ruby, ni une ni deux, je pars à leur rescousse !

Pas question de laisser de la pluie et du vent détruire mon bonheur !

Seulement, je n'avais pas prévu que l'orage serait assez puissant pour tout emporter... 
 
 
 
Nous retrouvons Bob, le chien issu du mélange improbable entre un chihuahua et un épagneul nain, un peu roublard, débrouillard, particulièrement glouton et meilleur ami d'Ivan, le gorille  dont nous avons fait connaissance il y a peu.
 
Bob a été abandonné quelques temps après sa naissance avec ses frères et sœurs qu'il n'a jamais revus.
 
Il nous raconte donc son parcours : de son abandon à sa rencontre avec Ivan. 
 
Une amitié de plus de deux ans qui continue même si Ivan est aujourd'hui dans un zoo et plus dans le centre commercial. 
Bob a été recueilli par Julia dont le père travaillait comme homme à tout faire dans le centre.
 
Il a l'occasion de rendre visite régulièrement à Ivan et à Ruby, l'éléphanteau sauvée en même temps qu'Ivan.
 
Mais aujourd'hui, Bob se sent nerveux, un ouragan se prépare.
 
Alors qu'il rend visite à ses amis, l'ouragan s'abat sur le zoo : dévastateur, détruisant les enclos, les abris. 
Ses amis sont en danger et il n'hésitera pas à affronter les bourrasques et les pluies violentes pour leur venir en aide. 
Au cours de cette terrible journée, il va se retrouver confronter à son passé.
 
Pourra-t-il y faire face ?
 
Au fil des pages, Bob nous  parle de ce qu'est la vie d'un chien lorsqu'il a la chance de tomber dans une bonne famille, car hélas, tous n'ont pas cette chance.
L'utilité de son odorat qui lui permet d'apprendre des milliers de choses à partir d'une odeur, de leur flair super développé : tout a une odeur pour lui, aussi bien les objets, la nourriture que les sentiments.
 
Lors de ses descriptions, il en devient même poétique et nous plaint d'être aussi  limités par le nôtre.
 
Certains chiens ont une ligne de conduite vis à vis des humains que Bob ne partage pas : rester fidèle, les aimer, leur pardonner même quand ils font du mal. 
 
Cette phrase m'a particulièrement touchée car tellement vraie !
 
Combien de chiens maltraités ne continuent pas à aimer leur maitre, à rechercher leurs caresses bien qu'ils sachent qu'ils ne récolteront que des coups !
 
Bob est quelque peu philosophe, il apprécie son confort, sa vie bien plus agréable que lorsqu'il avait été abandonné et livré à lui même mais il n'en demeure pas moins anxieux, persuadé que ce ne sera pas éternel. 
 
Nous découvrons encore une fois des animaux qui sont presque humains de par leur réaction, leur comportement, leur sentiment d'amour et d'amitié, leur joie, leur peine.
Et un flot d'émotions m'a envahie à cette lecture.

Et un Bob pas si cabot que ça !!!!




 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire