lundi 17 août 2020

Avis : Hybrides, T10 : Lune de Laurann Dohner

Editions Milady//Poche 360 pages//17 juin 2020
Disponible en eBook





Ils ont été crées. Emprisonnés. Mais jamais brisés.

Joyce n'a jamais rencontré personne d'aussi irrésistible que 466. Leurs séances de thérapie se font de plus en plus insoutenables tandis son agressivité augmente et qu'il refuse de parler d'autre chose que de son désir de la déshabiller. Joyce sait cependant qu'il lui est interdit de céder à la tentation, et s'oblige à mettre un terme à leur relation. Deux ans plus tard, Lune, drogué et amnésique, a désespérément besoin d'aide. Ses compagnons font alors appel à la seule femme qu'il ait jamais aimée. Il n'est plus celui qu'elle a connu autrefois. Mais si céder à ses avances l'aide à retrouver la mémoire et la lucidité, Joyce est prête à lui abandonner son corps, son âme... et jusqu'à sa vie, s'il le faut.




Je ne suis pas ce qu’on appelle une grande spécialiste ni une super fan de la Bit-lit, pourtant il y a comme ça quelques sagas que j’ai découvert grâce à des personnes qui ont su me convaincre de tenter l’aventure des loups-garous ou vampires. La première Bit-lit que j’ai adoré et que je prends plaisir à relire est « La meute du Phénix » ou bien Slaves qui est une de mes références dans le genre. Ici c’est un peu différent mais j’étais curieuse de découvrir ce que cela pouvait donner et je dois dire que j’ai adoré chaque tome jusqu’ici.

Je ne vais pas revenir sur les origines des hybrides, celles qui suivent cette saga savent bien pourquoi ces êtres ont été créés et génétiquement modifiés. Chaque tome nous fait découvrir un personnage différent mais avec toujours plus ou moins la même trame. Les hybrides mâles sont très dominants, ultra-possessifs et je dois dire que ce sont ces traits de caractères qui m’ont fait apprécier cette série. Cela m’a fait penser aux loups-garous qui ont la dominance dans le sang, enfin bref je m’égare. 

Ici, nous faisons la connaissance de Joyce, une psychologue qui a été engagée au tout début des sauvetages des hybrides. Elle est là pour les aider à s’intégrer dans un monde auquel ils ne connaissent rien, à les écouter parler de leurs tortures aussi bien psychologiques que physiques. Son patient 466 n’est pas là par plaisir, il aimerait être ailleurs que dans le cabinet de la psy. Mais au fur et à mesure, une confiance et une certaine attirance les rapproche, et Joyce prend peur. Non pas pour elle, mais pour son patient qui est encore fragile psychologiquement. Elle ne veut pas profiter de son état émotionnel et des éventuelles retombées que cela pourraient engendrer. Donc, sans prévenir personne, elle s’en va au seuil d’une possible relation qu’elle aimerait mais qu’elle sait impossible entre eux.

Deux ans plus tard, elle est appelée d’urgence à Homeland pour aider Lune, qui n’est autre que 466. Il a reçu une fléchette apparemment empoisonnée qui lui a fait perdre la mémoire, il a oublié qui il était et c’est sa personnalité animale qui prime au-delà de sa part humaine. Il est donc dangereux, mais Joyce a bien connu Lune, elle sait qu’elle peut l’aider et fera TOUT pour y arriver, quitte à se mettre en danger. 

Vous imaginez la confrontation entre une humaine et un animal sauvage ? Parce qu’à ce moment, son animalité est au summum, et donc il réagit comme une bête sauvage acculée.

En ce qui concerne Lune, il a bien changé en l’espace de deux années. Il s’est fait des amis dont un en particulier, Harley, qui est comme son frère. Il n’est plus l’hybride solitaire et renfrogné qu’il était quand Joyce l’a rencontré. Mais à cause de cette fléchette, nous naviguons entre son présent et son passé. Et l’on constate qu’il a énormément souffert quand Joyce est partie, comme ça sans prévenir. Pourtant, même quand il n’est pas lucide, une part de lui la reconnaît. Mais lorsqu’il recouvrera totalement sa lucidité, il aura du mal à la croire et à lui pardonner son rejet passé. 


Encore une fois, un tome que j’ai beaucoup aimé. Ici, nos deux personnages principaux se connaissaient déjà, ce qui rajoute un plus à cette histoire, ainsi que les flash-back qui nous font vraiment connaître Lune. C’est un peu répétitif, certes, mais c’est tout aussi addictif et prenant. 
Je n’ai pas encore toutes les réponses à mes questions, tous les méchants de l’histoire ne sont pas encore démasqués, ce qui promet encore de belles histoires avec des hybrides passionnés et dominants. 




Donc à suivre !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire