mercredi 4 mars 2020

Zeus et moi de Mady Flynn

BMR édiitons, 14 février2020, 383 pages, disponible au format numérique






L’un est un criminologue idéaliste, l’autre un serial killer redoutable.
L’un a besoin d’aide pour traquer un tueur, l’autre s’amuse à brouiller les pistes et à embrouiller les cœurs.
Et quand l’attirance entre dans la danse, il n’y a plus aucune chance de rédemption.
De l’amour ou la mort, qui aura le dernier mot  ? 







Quand on m’a proposé la lecture de Zeus et moi, je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

Le résumé me laissait entrevoir un mélange de thriller et de dark romance. J’ai décidé de me laisser tenter avec une certaine crainte (je n’ai jamais réussi à apprécier la dark) et malheureusement, je n’ai pas su adhérer à cette lecture. 
Et pour le coup, ça n’a absolument rien avoir avec le genre, car finalement, à mon sens, il n’y a pas de dark romance. 

En fait, je classerais plutôt le roman en « thriller érotique ».

Tout d’abord,on suit Tomas, le serial killer en question, qui se présente comme le « plus grand théologien de ce siècle », reconnu donc dans le monde entier, et qui donne des conférences à l’université. 
Le premier point qui m’a faite tiquer est tout l’aspect des conférences justement. 

Dans un premier temps, j’ai trouvé que ces « leçons » étaient très (trop) nombreuses et que Tomas nous racontait des anecdotes que la plupart des personnes qui sont allées jusqu’au bac connaissent (le sphinx, la guerre de Troie, l’Odyssée…) bref, en gros, Tomas nous parle de l’Illiade et de l’Odyssée pendant tous ses nombreux cours.

J’avoue que, d’un côté, la mythologie était plaisante à se rappeler et de l’autre, par moments, je décrochais, car je connaissais les bases (même si Tomas m’aura appris des choses).

Un point intéressant concernant la mythologie, c’est le fait que Tomas « côtoie » les Dieux de l’Olympe. 
Cet aspect-ci du roman est bien pensé et bien construit, j’ai aimé que la psychologie de Tomas soit développée à travers cette thématique. 
Cependant, malgré tout, là encore, j’ai été dérangée. 
Si j’ai apprécié qu’on se « familiarise » avec Dieux, nymphes et autres créatures divines, j’ai été profondément lassée des trop nombreuses scènes de sexe qui - à - mon sens n’auraient pas toutes méritées d’être développées (afin d’alléger un peu le tout). 

En effet, le héros couche avec toutes les divinités, tout le temps, « tout le monde » lui saute dessus et à chaque fois nous avons les détails des ébats. 
J’aime bien lire deux ou trois scènes de sexe dans une romance car ça apporte une certaine dimension à l’histoire, mais je ne suis pas LE bon public pour lire du sexe tous les deux chapitres, malheureusement, d’autant plus quand elles ne sont pas focalisées sur les deux principaux protagonistes et n’ont donc pas d’intérêt à être toutes développées pour la construction de l’intrigue.

De ce fait, au bout d’un moment, j’ai lu ces passages en diagonale et j’ai perdu de l’intérêt pour le livre.

En revanche, j’ai bien aimé les passages des meurtres de Tomas, la manière dont il construit ses scènes de crime etc. 
J’ai également adhéré à sa façon de penser sur notre monde, nos dérives et la plupart du temps, j’ai trouvé qu’à travers Tomas, l’auteur faisait passer de très bons messages sur notre monde actuel et la prise de conscience que nous devrions tous avoir.

L’autre personnage important que nous promet le résumé est Lucas, le fameux criminologue. 
Le personnage est assez touchant de par sa naïveté, en revanche je l’ai trouvé très effacé finalement. Il se perd au milieu de toutes les conquêtes de Tomas (sauf vers la fin, on va dire) et du coup je ne me suis pas attachée à lui. 
En fait, je ne me suis attachée à aucun personnage, d’où le fait aussi que je sois passée à côté de l’histoire et j’en suis la première désolée.

Cependant, la plume de l’auteur étant agréable et le sujet original, je suis certaine que les personnes aimant l’érotisme sauront trouver leur bonheur en découvrant ce livre.
 







https://www.editionsbmr.com/livre/zeus-et-moi




https://amzn.to/2Tz6oju
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire