mercredi 4 mars 2020

Avis : Élite, au fond de la classe d'Abril Zamora

Hachette Romans, 22 janvier 2020 - Grand Format 297 pages
Disponible en eBook

Attention, ce n’est pas parce que Paula n’était pas populaire qu’elle n’avait pas d’amis, non, pas du tout. Quand on jette un coup d’oeil à une photo dans l’album de fin d’année, c’est normal de ne s’intéresser qu’aux gens qui se démarquent. Tes yeux
s’attardent d’abord sur Carla, Lu, Guzmán, Polo, Ander... Mais si tu regardes de plus près, à côté d’eux ou une rangée derrière, tu repéreras les autres élèves et ils ne sont pas moins beaux. Ça n’a rien à voir avec leur physique. C’est juste que leur charisme a été éclipsé par les élèves alpha qui sautent aux yeux.

Qui ne connaît pas Élite, la série à succès sur Netflix ? Personne... À moins de vivre dans une grotte, vous en avez au moins entendu parler, à défaut de la visionner. Cette série a été un presque coup de cœur, j'ai adoré. L'ambiance, l'intrigue, les personnages, la sensualité omniprésente également (il ne faut pas se mentir, Elite, c'est chaud bouillant ! 💥). Bref, c'est donc avec une certaine euphorie que j'ai débuté la lecture de ce livre - qui, je le rappelle, est dérivé de la série.)
Bien évidemment, je n'ai pas lu le résumé... d'où mon premier choc ! 
Exit : Guzman, Paulo, Ander, Nadia et compagnie, et welcome : Paula, Gorka, Janine, Mario et Méléna. 

Mécékiiiiii eux ? 

 J'ai été dans un premier temps désabusée de ne pas retrouver mes chouchous. Surtout que tous ces nouveaux personnages sont balancés dès le premier chapitre, et cela fait un trop plein d'informations d'un coup. En gros : j'étais paumée. 
Heureusement, j'ai rapidement pris mes marques et ma lecture a été de ce fait beaucoup plus fluide. 

Nous sommes bien évidemment dans l'univers d'Elite, au sein de Las Encinas, ce lycée réservé à un certain standing social. 
Nos héros sont en fait les outsiders, ceux qu'on ne remarque pas au premier abord, car ils n'ont pas la popularité ou le charisme de Guzman et sa bande d'amis. 
Néanmoins, eux aussi ont été impactés, voire suspectés, par le drame de Marina. Cependant, l'enquête n'est pas du tout au cœur de cette histoire, elle est vraiment au plan secondaire. (Et tant mieux, puisque nous connaissons déjà le coupable - enfin pour ceux qui ont visionné la série ^^)

Même si on garde une certaine ambiance d'Elite, le ton est beaucoup plus "immature". C'est un récit écrit pour un public adolescents ou jeunes adultes. Le livre aborde bien les mêmes thèmes : cette jeunesse dorée, parfois trop insouciante, mais confrontée aux mêmes angoisses que les autres. Les difficultés d'insertion, le harcèlement, la drogue, l'argent, les peines de cœur, le sexe etc... Seulement, pour moi, rien n'est vraiment approfondi. 
Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages. Mise à part Méléna qui m'a fait beaucoup de peine. Les autres sont trop superficiels à mon goût. La palme des connards revenant à Mario ! 

Bien que le récit soit narré à la troisième personne, le langage est très familier, à la limite du vulgaire. Je le conçois lorsque c'est à la première personne, c'est même logique d'avoir un vocabulaire en adéquation avec le personnage qui narre l'histoire. (D'ailleurs tous les passages en italique où l'on est dans la tête de tel ou tel héros ne m'ont pas dérangée du tout.) En revanche, pour une narration externe, cela dénote. Je m'attendais à un langage un peu plus soutenu. 

Bref, ce roman se lit facilement. Le vocabulaire est simple, l'écriture fluide, l'histoire plutôt entraînante, néanmoins je la conseillerais à un public bien plus jeune que je le suis ^^ (16/25 ans)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire