mardi 9 juillet 2019

Escalier B. Paris 12 de Pierre Lunaire

 
Éditions  HarperCollins//Broché 400 pages//9 mai 2019
Disponible en eBook



 

 Voyance secours...

Le quotidien de Pierre se partage entre son immeuble (il est gardien), son tarot (il est aussi voyant), sa colocataire et son pékinois albinos. Il n'aspire qu'à une chose : qu'on lui foute la paix.
C'est compter sans Marion-Lara, nouvelle voisine et authentique cagole débarquée de son Marseille natal pour faire vibrer la capitale.
Quand cette jeune flic comprend la nature des dons de Pierre, elle se dit qu'un coup de pouce surnaturel ne sera pas de trop dans son boulot.

Des prostituées chinoises sous la coupe d'un sosie de la Première dame,
des kidnappings peu professionnels,
des allergies aux cacahuètes qui sentent le meurtre.
Quoi de mieux qu'un peu de voyance pour aider à résoudre les enquêtes  ?



 
Escalier B, Paris 12 est la première comédie policière que je lis. J’ai passé un sympathique moment de lecture en compagnie de ce roman, surtout grâce à ses personnages complètement loufoques et au fait qu’il n’y a jamais de temps en mort.
Dès le début du roman, nous sommes plongés dans l’univers de Pierre, concierge de son immeuble et également voyant, qui vit avec sa chienne Twiggy et une colocataire. Le personnage principal m’a beaucoup fait sourire de par son humour cynique, son côté grincheux et son attitude un peu « vieux con ». Pourtant, malgré ses défauts, Pierre est toujours présent pour venir en aide aux habitants de l’immeuble et par la même occasion, à Marion-Lara, une jeune flic originaire de Marseille qui vient d’emménager sur Paris et dans l’immeuble.
Pierre va aider une première fois la jeune femme dans une enquête et le duo va très vite se lier d’amitié, ce qui amène les deux personnages à « travailler » sur plusieurs affaires différentes. En effet, on va suivre plusieurs enquêtes, ce qui ne laisse pas de temps mort à l’histoire. En revanche, je me suis parfois un peu perdue, la construction de l’intrigue étant, selon moi, par moments un peu brouillonne.
J’ai beaucoup aimé être plongée dans le quotidien de Pierre et dans sa vie de concierge. Non seulement l’auteur nous offre un panaché de personnages haut en couleur bien qu’un chouïa caricaturaux (l’actrice imbue d’elle-même en quête de célébrité, la flic déjantée, la voisine un peu folle et j’en passe) mais en plus nous avons droit à tout un tas de situations burlesques qui, j’en suis certaines, sont familières aux concierges. D’ailleurs, je ne serais même pas étonnée que l’auteur se soit parfois inspiré de sa propre vie.
L’autre aspect sympathique du roman est le thème de la voyance et des cartes. Voir le personnage se servir de ce don est très intéressant, car cela nous permet d’appréhender cette capacité des plus mystérieuse de l’intérieur et de comprendre un peu comment les voyants interprètent les cartes. Dans le roman, Pierre est également guidé par « La voix » qui est en fait une voix intérieure qui s’exprime dans plusieurs situations.
Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment de lecture, ce roman est très léger et distrayant, parfait pour l’été.
Seuls deux points m’ont un peu chagrinée.
Le premier, je l’ai déjà évoqué plus haut, je trouve que par moments l’intrigue est un peu brouillonne, et le côté trop loufoque de certaines situations fait parfois perdre sa crédibilité à l’histoire. Pour la crédibilité cela ne m’a pas trop gênée dans le sens où nous sommes dans une comédie, par contre pour le côté brouillon, c’était un peu plus dérangeant car je me suis parfois perdue en chemin.
Le second point est tout à fait personnel et peut-être un peu « rabat-joie » mais cela concerne la chienne de Pierre. Au début du roman, elle a eu un chiot que Pierre veut donner. À la fin du roman, elle à nouveau des chiots (deux) que Pierre a donnés. À l’heure où les refuges débordent, où des milliers d’animaux sont abandonnés chaque année et où on tente par tous les moyens de sensibiliser les gens à la stérilisation, contre l’abandon etc, j’ai trouvé que la façon dont le personnage réagissait à la situation était décevante. Il est irresponsable et il ne renvoie pas un bon message. Du coup, j’ai été un peu déçue sur ce point.

Pour conclure, Escalier B, Paris 12 est un roman léger et divertissant avec un éventail de personnalités et peu de temps mort. En somme, une lecture sympathique pour l’été.


https://amzn.to/2JAWZTQ

https://www.facebook.com/HarperCollinsFrance/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire