mardi 19 février 2019

Company of killers T3, À la recherche de Seraphina de J.A Redmerski

Milady, 20 février 2019 - Semi poche 410 pages
Disponible en eBook



Fredrik Gustavsson a follement aimé la démoniaque Seraphina, une femme qui partageait sa passion pour le meurtre et le vice. Mais cela fait des années qu’elle l’a abandonné et que Fredrik la cherche. Il espère la retrouver avec l’aide de Cassia, une jeune femme aux airs angéliques. Malheureusement, Cassia souffre d’amnésie et ne peut pas l’aider. En attendant que la mémoire lui revienne, il la garde prisonnière chez lui. Peu à peu, la jeune femme devient pour lui une lumière dans les ténèbres et il se sent vite déchiré entre les sentiments qu’elle lui inspire et son amour pour Seraphina. Car il sait que pour aimer l’une, il faut que l’autre meure…

 J'attendais ce tome avec tant d'impatience que j'ai fait une entorse à mon programme et j'ai stoppé ma lecture en cours pour me jeter sur ce roman dès sa réception. 

Nous laissons un peu Victor et Izabel de côté pour nous centrer sur Frédérik Gustavsson. Ce personnage, rencontré dans l'opus précédent, ne peut laisser indifférent. Il fait partie de l'équipe de Victor, mais ce n'est pas qu'un simple tueur à gages. Il a une fonction bien particulière à laquelle il prend un plaisir coupable : faire parler les gens en les saignant. Certains aiment le chocolat, lui, c'est la torture. Il est évident qu'avec ce genre de penchant, nous ne pouvons rester insensibles. D'ailleurs, on devrait le détester, sauf que ce n'est pas le cas. Ça ne l'était déjà pas dans l'opus précédent et ça l'est encore moins avec ce tome qui lui est consacré.
Ainsi, ce volet nous plonge dans les noirceurs de son âme. C'est glauque, moche, souvent malaisant, et en même derrière cette violence omniprésente, il y a une fragilité qui nous touche. Plus encore : qui nous bouleverse sincèrement. 

Frédérik est un homme à une seule femme : son épouse, Seraphina. Elle est toute sa vie. La seule personne qu'il aime, et ce, de façon inquantifiable. Cet amour a été sa rédemption pendant des années, il l'a sauvé de ses ténèbres. Sauf que depuis six ans maintenant, cet amour est également devenu son enfer personnel. 
Seraphina a toujours partagé son goût pour le sang et la violence. Ils se pensaient complémentaires, vouant une même passion pour la torture, avec toujours des cibles choisies avec soin. Jamais d'innocents. 
Et puis, un jour Seraphina a dérapé. C'était il y a 6 ans. Elle l'a trahi. Anéantissant tout sur son passage. Depuis ce jour, Frédérik la recherche sans relâche, quitte à commettre l'irréparable et s'en prendre à une innocente. Ainsi, il séquestre dans son sous-sol une jeune femme (Cassia) depuis plus d'un an maintenant. Elle est douce, fragile, innocente, mais possède dans les méandres de son cerveau amnésique des informations capitales qui lui permettraient de mettre la main sur Seraphina. 

Ce roman va vous retourner le cerveau. Je vous promets qu'il n'y aura pas que celui de Cassia qui sera malmené. 
J.A Redmerski a fait un travail grandiose dans ce tome, notamment concernant la psychologie de ses personnages. J'ai été scotchée à mon siège tout du long de cette lecture. L'intensité qui s'était un peu effacée dans le tome 2 est revenue puissance mille. On s'en prend plein la gueule, pour parler crûment. 
J'ai bien du mal à expliquer mon ressenti, car deux sentiments totalement contradictoires m'ont animée. Un certain dégoût pour les activités de Frédérik. C'est malsain, sombre, glauque au possible,  etc. Et pourtant ! Non seulement on comprend sa barbarie, mais on en vient à être profondément émus par ce personnage si complexe. Derrière toutes ces horreurs, on entrevoit une beauté si pure, qu'elle fait mal au cœur. Aussi incroyable que ça puisse être, l'histoire d'amour qui se tisse au fil des pages, aussi dérangeante soit-elle, est l'une des plus belles que j'ai pu lire. Un amour ravageur, destructeur, qui m'a complètement retournée. J'ai eu mal. J'ai souffert. Et je souffre encore. 

Rien que pour cette raison, je vous dirai de lire ce récit, mais il y a en plein d'autres. À commencer par l'intrigue. L'auteure nous mène par le bout du nez avec une facilité déconcertante, n'hésitant pas à lâcher des bombes au moment où l'on s'y attend le moins. Vous voilà prévenus, vous n'en sortirez pas indemnes. 

En bref ? Retenez votre souffle, car vous n'avez pas fini d'être surpris !  


Cliquez sur l'image pour accéder aux chroniques précédentes : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire