samedi 29 septembre 2018

Le rôle de la guêpe de Colin Winnette

Éditions Denoël, 13 septembre 2018, 208 pages, disponible au format papier et numérique

Traduit de l'anglais (États Unis) par Robinson Lebeaupin







Un nouvel élève vient d'arriver à l'orphelinat, un établissement isolé aux moeurs aussi inquiétantes qu'inhabituelles. Il entend des murmures effrayants la nuit, et ses camarades se révèlent violents et hostiles. Quant au directeur, il lui souffle des messages cryptiques et accusateurs. Seul et rejeté par ses pairs, le nouveau tente de survivre à l'intérieur de cette société inhospitalière. Une rumeur court parmi les pensionnaires, selon laquelle un fantôme hanterait les lieux et tuerait une personne par an. Tous les ans, les garçons se réunissent, sous l'impulsion de quelques anciens, pour démasquer celui d'entre eux qu'ils pensent être le fantôme... et l'éliminer ! Simple mascarade potache ou mise en scène sordide pour justifier les meurtres rituels ? Cette année, le prétendu fantôme a été clairement désigné : c'est le petit nouveau. Pour une simple et bonne raison, on ne l'a jamais vu saigner, et les guêpes, très nombreuses dans cette bâtisse, ne le piquent pas. La chasse aux sorcières peut commencer.  

 
L'intrigue se déroule au coeur d'une école-orphelinat bien particulière !
Un directeur étrange, des orphelins encore plus étranges et vouant une animosité incompréhensible au nouvel élève. 
Un nouvel élève tout aussi étrange, souffrant d'un sens de la paranoïa exacerbé. Voyant dans le moindre comportement, la plus petite réflexion, une menace, un complot.

Une ambiance lourde, malsaine, effrayante.
Des fantômes qui n'ont pas conscience de leur état.
Des cadavres qui ne cessent de s'accumuler.
Des personnes qui ne saignent pas.

Tout cela forme un récit qui risque bien de mal se terminer ! Et pas pour celui que l'on croit !

Il y a des lectures qui se laissent raconter et d'autres pour lesquels il est impossible de les décrire et de tenter d'expliquer leur contenu.
Le rôle de la guêpe fait partie de cette dernière catégorie !

J'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans cet univers glauque et malsain.

Le "héros" est un enfant qui semble tout aussi perturbé que ses camarades, ses pensées sont embrouillées - ou ce sont les miennes qui se sont embrouillées!

Il prête aux autres des intentions, des actes dont ils ne sont pas forcément responsables.
Il a la conviction que tout le monde complote contre lui alors que, à certains moments, ce serait plutôt l'inverse.
Je reconnais que je n'ai pas tout suivi de ses délires.
Ce qui est certain, c'est que nous nous trouvons au coeur d'une intrigue mêlant fantômes, assassins, cadavres et quelque chose d'inexplicable, dans un climat angoissant et flippant à plus d'un titre.
J'ai terminé ma lecture avec quelques questions et une conclusion qui n'est pas nécessairement la bonne.
Chacun interprétera la fin à sa manière.

En bref, une lecture qui m'a déroutée, perdue en cours de route, que j'ai fini plus par curiosité que par véritable intérêt et qui m'a laissée sur un sentiment de malaise car oui, malgré tout, l'horreur est bien présente dans l'histoire.
 


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire