jeudi 17 décembre 2020

Avis : Suprêmes T2 de Elle Séveno

 

Cyplog éditions, 17 décembre 2020, 354 pages, disponible 

au format papier et numérique

 

 

 

 

Après sa capture par les leskans, ses ennemis, Vine a été reconditionnée. Elle est maintenant une des leurs et ne se souvient ni de ses origines ni de son pouvoir. En elle, pourtant, grandit le besoin de protéger les faibles. Pourquoi ne supporte-t-elle pas de voir souffrir les esclaves alors que tous les autres les traitent avec mépris ?

Qui est-elle vraiment ?

Et surtout... qui est le Frère ? Cet être en marge de son peuple, un soldat indomptable pour une grande majorité d’entre eux, indigne de confiance. Il est toutefois le seul à la traiter avec respect – et peut-être l’unique détenteur des réponses à ses questions.

Quant aux sentiments qu’il éveille en elle, ils pourraient bien être la clé de son passé. Et de sa destinée...

 

Suite à ce qu'elle considère comme une trahison mais qui n'en était pas vraiment une (vous comprendrez à la lecture), Vine se retrouve aux mains des leskans et va être "reconditionnée"

C'est donc une Vine qui n'a aucun souvenirs de son passé et de ses capacités que nous retrouvons au début du récit.

Tout ce qu'elle sait, c'est qu'elle est convoitée par Alkan, leur dirigeant qui la veut dans son lit.

Une perspective qu'elle refuse de voir s'accomplir car, là où d'autres auraient été ravies, elle, n'en éprouve que répulsion.

Pourquoi ?

Elle l'ignore mais son subconscient, lui, le sait très bien ! 

Tout comme sa propension à vouloir défendre les plus faibles, une attitude réprouvée par les leskans et qu'elle tente de dissimuler en agissant dans l'ombre.

Et puis, il y a le Frère, Allen, un homme mystérieux, frère d'Alkan mais qui semble vouer à ce dernier une haine tenace.

Instinctivement, elle lui fait confiance et pour cause !

Là aussi, son subconscient lui envoie des informations, des sensations car elle le connaissait très bien avant son reconditionnement, mais lui tait (pour l'instant) le souvenir de sa trahison car c'est lui qui l'a livrée à Alkan !

Petit à petit, les souvenirs vont émerger et Vine va se souvenir qu'elle est une arme redoutable !

La seule capable de détruire Alkan et de libérer les autres mondes de sa tyrannie, de sa violence, de son avidité insatiable, de son plaisir à faire du mal et à tuer !

Car Alkan est un monstre redoutable que même Allen, pourtant puissant, n'est pas apte à vaincre.

Tout repose donc, en grande partie, sur les épaules de la jeune femme !

Heureusement, elle pourra compter sur le soutien de nombreux alliés, prêts à se sacrifier pour une noble cause !

Ce deuxième et dernier tome clôture le combat de Vine pour la liberté et met un point final à sa relation avec Allen.

J'ai trouvé ce second tome un peu moins abouti que le premier, beaucoup de situations qui se répètent : affrontements répétés avec Alken qui ne tournent jamais à leur avantage, sauvetages manqués, duels entre frères où Alken est majoritairement le vainqueur.

Mais bon, cela mis à part, nous ne pouvons nous empêcher de prendre fait et cause pour le but que cherche à atteindre Vine et Allen : à savoir : anéantir Alken pour l'empêcher de continuer à faire le mal.

Allen regrette cette situation qui l'oblige à combattre son propre frère qu'il a toujours chercher à protéger et se sent coupable de l'avoir délaissé.

Mais le passé l'a poussé à poursuivre d'autres projets qui ont laissé le jeune Alkan de l'époque, tomber entre les griffes de leur mère - une vraie s..... celle-là, je l'aurais bien atomisée ! 


 et de devenir cet être abject capable du pire et ... du pire ! 


En bref, Suprêmes est une duologie qui m'a fait vibrer, trembler, vivre une série de rebondissements hallucinants et ressentir une palette d'émotions comme la joie, l'angoisse, la colère, la tristesse, l'espoir,...


Et cette fin qui m'a laissée .... Mais chuuuut, je n'en dirai pas plus !


 





 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire