jeudi 6 août 2020

Avis : Le bonheur n'attend pas de Jojo Moyes

Editions Hauteville//Broché 576 pages
3 juin 2020//Disponible en eBook




Pur produit des années soixante, Athene Forster n'est pas pressée de se marier. Cette jolie fille trop gâtée est devenue une jeune femme aussi capricieuse qu'imprévisible, et elle multiplie les écarts de conduite. Aussi ses parents accueillent-ils avec soulagement la nouvelle de son mariage avec Douglas Fairley-Hulme, héritier de bonne famille. Mais à peine deux ans plus tard, la rumeur court qu'elle a une liaison, et le scandale la rattrape.

Trente-cinq ans plus tard, Suzanna Peacock s'efforce de vivre une vie aussi paisible que celle de sa mère a été tumultueuse. Elle s'installe à la campagne avec son mari, Neill, qui espère fonder une famille avec elle, et ouvre un café où elle vend des objets vintage. Les rencontres inattendues qu'elle va faire dans cette petite ville vont apporter bien des réponses aux questions qui la hantent...






Le bonheur n’attend pas est une histoire de vies.

À travers tout le texte, nous accédons aux points de vue de plusieurs personnalités qui composent le roman ce qui, en plus de nous montrer l’histoire sous plusieurs angles, enrichit considérablement l’intrigue. En effet, à mesure que nous avançons dans notre lecture, nous nous forgeons nos opinions, tirons nos conclusions « d’après notre vision des faits », puis, alors que nous plongeons dans la tête d’un autre personnage, nous revoyons notre opinion. Cela a été pour moi un incroyable tour de force de la part de l’auteure. J’ignore si c’était voulu ou non, mais en construisant son intrigue de cette manière, indirectement, Jojo Moyes m’a rappelé qu’une histoire avait toujours plusieurs versions et qu’il est facile de juger sans connaître, de tirer des conclusions hâtives. Je pense notamment à Athene. 

Ce personnage, même s’il apparaît peu et demeure par moments antipathique, m’a beaucoup touchée.

J’ai apprécié aussi le fait que l’auteur distille lentement les réponses à nos questions, nous permettant de faire fonctionner notre imagination et quelque part « d’enquêter » un peu. Les nombreuses personnalités qui nous sont offertes ici ont toutes leur identité, leurs secrets, leur vécu et leurs lots de problèmes.

Des sujets forts y sont traités, la vision de la femme dans la Société de manière générale avec la fameuse pression de faire des enfants, la violence conjugale, l’héritage, la filiation, la recherche de soi, les bébés volés de la dictature en Argentine, la séparation etc. 
Les thèmes sont vastes et variés, apportant de la diversité, plusieurs intrigues et surtout, matière à réflexion. 

Jojo Moyes signe là un très bon roman, loin cependant de l’univers de Avant toi, qui aurait néanmoins gagné à être affranchi de quelques longueurs. En effet, certaines réflexions et certains développements ont par moments alourdi un texte déjà très dense et m’ont parfois poussée à sauter des lignes pour ne pas décrocher. 
Malgré ce petit point négatif, je ressors très conquise de cette longue lecture de plusieurs semaines qui m’a tenue éveillée parfois jusqu’à tard le soir.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire