mercredi 26 février 2020

Propagation de Lindsay Lorrens

 
Éditions Elixyria//Broché 244 pages//3 janvier 2020


 

Sarah, 16 ans, se terre chez elle, seule, depuis des semaines. Le monde a plongé dans le chaos après qu'une épidémie a décimé la quasi-totalité de la population mondiale. L'adolescente est sur le point de sombrer dans la folie, lorsqu'elle aperçoit à la fenêtre de sa chambre son voisin de 17 ans, Mike. Lui et Sarah se détestent cordialement depuis plusieurs années. Malgré leurs divergences, ils partent à la recherche de l'oncle de Mike, ranger au Rocky Mountain National Park, au cœur des montagnes Rocheuses, dans l'espoir qu'il soit toujours en vie. Mais les survivants rôdent, le danger est partout. Dans un monde redevenu sauvage, où l'instinct de vivre règne en maître, deux adolescents inexpérimentés ont-ils la moindre chance de s'en sortir ? 
 

 


Une fois n’est pas coutume, me voici face à un roman dystopique. Alors ok, on pourrait vite croire que ça colle parfaitement à l’actualité, mais non, Propagation n’a rien à voir avec l’épidémie de coronavirus 😉
Mais sincèrement, j’ai complètement craqué sur la couverture dans un premier temps, qui est tout simplement magnifique, et puis, il faut le dire, j’étais curieuse de ce que nous réservait Lindsay Lorrens, ne connaissant sa plume que dans le genre « romance »…

L’auteure nous embarque donc à Denver, en 2025. L’humanité est quasi dévastée par une épidémie de leptospirose pulmonaire. Sarah Stevens, 16 ans, se retrouve orpheline, ses parents ayant succombé à la maladie. Sans trop comprendre pourquoi, elle en a réchappé. 
Alors que ses réserves alimentaires s’amenuisent et qu’elle n’ose sortir de chez elle, elle croise le regard de son voisin de 17 ans, par la fenêtre : Mike Patterson. Lui aussi est un rescapé, et lui aussi a perdu sa famille. Il essaie donc de survivre, avec son chien Bailey, mais tout comme sa voisine, il ne lui restera bientôt plus rien pour se nourrir… Les deux adolescents, qui pourtant se détestent, vont devoir faire équipe, s’accorder, se supporter, se soutenir s’ils veulent s’en sortir… Leur seul espoir réside dans les Rocheuses où l’oncle de Mike, Jack, pourrait avoir survécu. Ni une, ni deux, ils embarquent quelques denrées, quelques souvenirs et prennent la route avec la voiture des parents de Sarah. Mais leur périple ne va pas être simple, le monde n’est plus celui qu’ils ont connu. La leptospirose n’est pas le seul danger qu’ils devront affronter…

Alors… par où commencer…

Peut-être par l’essentiel… => ce roman est une tuerie !!! (bon ok « tuerie » n’est peut-être pas le mot adéquat pour parler d’une histoire où tout le monde meurt ^^ mais bon, vous aurez compris quoi…). Juste énorme !
Dans cette sorte de huis clos entre deux personnages, Lindsay Lorrens a fait en sorte que les chapitres soient courts, mais intenses, avec une alternance de point de vue pertinente, donnant un peu l’impression d’être en train de visionner un film plutôt qu’en pleine lecture. Le lecteur est réellement spectateur des scènes écrites. La plume de l’auteure va loin : elle arrive à rendre l’ambiance oppressante, angoissante, au point de sursauter au moindre bruit quand j’étais plongée dans mon livre ^^ (oui oui, traitez moi de flipparde ! ;-) )

Ainsi, on suit l’aventure macabre de ces deux jeunes gens à qui rien n’est épargné, sans pour autant avoir des détails dérangeants, car il s’agit bien d’un roman dystopique et non horrifique. Tout est dans l’ambiance posée, dans les émotions que l’auteure arrive à nous faire passer… J’en suis venue à trembler avec les personnages, à avoir une boule à l’estomac sur certaines scènes, à avoir les larmes aux yeux parfois (oui bon ben dés qu’il y a un animal qui souffre, je ne peux pas m’en empêcher…).

Tout est si dingue et pour autant si réaliste ! Autant dans les réactions et le comportement de Sarah et Mike que dans le monde qui les entoure : on imagine assez facilement en effet, l’égoïsme et la folie qui pourraient gagner l’esprit des survivants… Heureusement, il reste un peu de candeur avec nos deux personnages…

« Propagation » est en outre plein de paradoxes… Je m’explique : l’histoire est sombre… et pourtant, je l’ai trouvé pleine d’espoir et d’optimisme ! Le décor est horrible… et pourtant j’ai trouvé le roman « frais » ! Le sujet abordé est lourd… et pourtant j’ai trouvé la narration fluide… en gros, il s’agit tout de même d’une « belle histoire » ☺

Alors par contre, à chaud, les dernières lignes m’ont laissé pantoise… J’ai failli envoyer un message à l’auteure pour lui dire « Ah oui mais non, ça ce n’est juste pas possible !!! » Et puis, quelques heures après, en y repensant, j’ai complètement changé d’avis : c’est au final, je pense, la meilleure fin qu’il pouvait y avoir à ce roman… vous comprendrez quand vous le lirez ;-)

Donc voilà… je ne suis peut-être pas une grande spécialiste des dystopies, mais j’en ai déjà lu un paquet, et clairement, « Propagation » se classe sur le podium… Lindsay Lorrens m’a comblé à tout point de vue avec ce roman et je pense qu’il va me marquer pour un sacré bout de temps. Merci Linsay Lorrens de m’avoir fait sortir de ma zone de confort 💗

C’est donc bien évidemment un gros



https://amzn.to/2VkWfJR

https://www.facebook.com/Editions.Elixyria/


Aucun commentaire:

Publier un commentaire