mardi 8 octobre 2019

Le droit d'être heureux de Lindsay Lorrens

City éditions, collection Eden, 13 mars 2019, 256 pages, disponible au format papier






 À 21 ans, Marion est une jeune étudiante effacée et timide. Quelques années plus tôt, elle a vécu un traumatisme qui lui a donné une peur panique des relations amoureuses. Jusqu'au jour où, à l'université, elle rencontre Maxime pour qui elle ressent une merveilleuse attirance. Beau, extraverti, amusant, le jeune homme n'est pas insensible aux charmes de la jeune femme. Mais le passé de Marion ne cesse de la hanter, lui interdisant de laisser libre cours à ses émotions naissantes... L'insouciance, la légèreté, l'abandon sont des sentiments que la jeune femme ne s'autorise plus à éprouver. Pour avoir une chance de percer les murailles que Marion érige autour d'elle, Maxime va devoir découvrir les sombres événements qui la hantent. Alors, peut-être, auront-ils enfin le droit d'être heureux...






Si l'histoire en soi semble simple, au final, Lindsay Lorrens a parfaitement su attirer mon attention et me captiver tout au long de son roman :-)

Marion Fabiani est une jeune étudiante en licence de langues étrangères appliquées à la faculté Jean Cocteau de Rennes. 
À 21 ans, son quotidien est rythmé par ses études qu'elle mène avec sérieux, son job comme serveuse dans un petit restaurant 4 soirs par semaine et sa meilleure amie qui suit le même cursus universitaire, Anna. 
Trop consciencieuse ? Peut-être...il faut dire que Marion n'aime pas trop se laisser aller. Réservée, ses temps libres la mènent souvent à la bibliothèque universitaire où elle flâne et se perd notamment dans les polars qu'elle adore.
Anna, mais aussi ses parents et ses grands-parents, l'encouragent souvent à lâcher un peu de leste, à vivre un peu comme une jeune de son âge et surtout, à accepter de se trouver un petit ami… Mais pour se faire, il faudrait que Marion consente à tirer un trait sur son passé, ou plutôt sur un événement qui lui gâche l'existence depuis la fin de sa terminale. 

Pourtant, les beaux garçons ne manquent pas autour d'elle et son charme agit bien malgré elle sur nombre d'entre eux ! Mais rien n'y fait, Marion n'arrive pas à avancer...jusqu'au jour où, par hasard, elle croise le beau regard de Maxime Lafarge à la BU. Il se pourrait que le bel étudiant en master d'histoire commence lui aussi à hanter les pensées de la jolie Marion …



Comme je le disais plus haut, on pourrait croire que cette histoire est « banale ». Et pourtant, l'auteure a su tirer son épingle du jeu plutôt brillamment ;-)




Marion n'est pas une étudiante comme les autres, elle a un passé qui l'empêche de vivre normalement. L'insouciance n'a pas de place dans sa vie. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle en est ennuyeuse : on comprend bien son combat intérieur et sa volonté d'aller de l'avant. Sauf qu'il lui manque le petit déclic, l'impulsion qui la fera remonter à la surface et enfin prendre conscience qu'elle ne peut continuer ainsi.
Cette impulsion, c'est un jeune homme qui va la lui donner : Maxime. J'imagine assez facilement à quoi il peut ressembler : le beau parleur de la fac, le mec plutôt populaire sans trop en faire, le beau gosse au regard qui tue tout sur son passage...Sauf qu'il n'est pas « que » ça, il est avant tout un homme qui saura faire preuve de patience et d'humanité… Bon ok, son petit côté relou car trop jaloux est parfois un peu pénible, mais l'amour commande ses réactions ;-)


Il s'agit donc ici d'une jolie romance, un peu mouvementée parfois. On assiste à l'évolution de Marion, à une sorte de renaissance, quasi une découverte même puisqu'elle assume enfin son statut de femme ! Tout pourrait rouler mais… L'auteure a décidé de nous torturer par un gros cliffhanger sur les dernières lignes : ruuuuuude !!! car là, franchement, je ne peux rester sur ce suspense !!!

À mon avis, si j'ai autant accroché à ce roman, c'est par le fait que l'on peut facilement s'identifier aux personnages, l'histoire est tout à fait réaliste ! 

Déjà, tout se déroule en France, l'ambiance de la fac est parfaitement restituée, on accompagne réellement Marion dans son quotidien d'étudiante (oui oui ça sent le vécu ^^). Même si Maxime semble être issu d'un milieu aisé, on ne tombe pas dans l'histoire « milliardaire/jeune fille pauvre » que l'on retrouve (un peu trop) souvent. 
Non, là, Lindsay Lorrens a choisi d'aller dans le détail quotidien réaliste, sans pour autant que le lecteur tombe dans l'ennui. J'ai vraiment beaucoup apprécié ce trait d'écriture rationnel, cette histoire bien concrète qui m'a permis de m'attacher aux personnages. Je pense qu'il s'agit là d'une originalité qui me manque parfois dans la romance en général…


En bref, une romance sympathique, une histoire royalement écrite, des personnages attachants, une plume captivante et originale, une fin qui fait hurler… je file lire la suite ;-)
 
 

http://www.city-editions.com/EDEN/index.php?page=livre&ID_livres=1033&ID_auteurs=537



https://amzn.to/2ANFlYM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire