lundi 8 juillet 2019

Lieutenant Eve Dallas T37 Insolence du crime et T38 De crime en crime de Nora Roberts

 
éditions J'ai Lu pour Elle, 19 juin 2019, 949 pages, disponible au format papier et numérique
En vente sur le site  J'ai Lu Pour Elle






Un homme et une femme sont retrouvés morts dans leur appartement new-yorkais. Le lieutenant Dallas se charge de l’enquête et comprend que le fils du couple est le meurtrier. Qui eut cru qu’un jeune homme aimé tuerait ses parents de sang-froid ? Eve compte bien mettre la main sur cet individu qui court dans la nature avec plus de 30 000 dollars volés… Plus tard, c'est dans une vieille bâtisse abandonnée qu'on découvre des corps cachés derrière un mur. Douze squelettes d’enfants seront trouvés. Après recherches, il semblerait que le bâtiment ait servi d’orphelinat. Eve se lance alors dans une recherche effrénée de la vérité…


 T37 Insolence du crime

Alors que les fêtes de Thanksgiving se préparent, deux époux sont retrouvés morts dans leur appartement new-yorkais. M. Reinhold a été abattu avec une batte de base-ball, sa femme a été massacrée à coups de couteau. Lorsque le lieutenant Dallas prend en charge l'affaire, elle comprend aussitôt que le fils du couple, un certain Jerald, vingt-six ans, est le meurtrier. Qui aurait cru qu'un jeune homme choyé puisse tuer ses parents de sang-froid ? Après enquête, il s'avère que Jerald a séjourné dans, un hôtel de luxe avant de disparaître. Une traque effrénée s'engage alors pour retrouver cet aliéné, qui court dans la nature avec cent trente mille dollars en poche...  


Dans cette première enquête, Eve Dallas doit retrouver un assassin en puissance.

Contrairement à ses enquêtes traditionnelles, notre lieutenant sait, dès le départ, QUI est le coupable, QUAND et OU les crimes ont été commis, COMMENT l'assassin a procédé et POURQUOI un tel acte.

Le défi qu'elle doit relever est celui de retrouver le meurtrier : Jerald, un parricide, qui s'est découvert un goûit particulier pour le meurtre après avoir porté le premier coup de couteau sur sa malheureuse mère.
Mais c'est à une vraie anguille que va être confrontée Dallas !
Et comme si cela ne suffisait pas, la chance a l'air d'être du côté du meurtrier ce qui ne facilite pas l'enquête.

 Jerald n'inspire pas du tout la sympathie ! 

Ses actes ont été commis sous prétexte que tout ce qui lui arrive est la faute des autres, que tout le mode se ligue contre lui ! 
S'il perd son travail, ce n'est pas à cause de sa fainéantise mais de son employeur qui ne l'apprécie pas à sa juste valeur ; si sa petite amie le met à la porte, ce n'est pas à cause du fait qu'il a dépensé tout l'argent des loyers et qu'il vit à ses crochets sans rien faire, c'est parce qu'elle est jalouse de lui ; s'il a échoué à l'école, ce n'est pas par manque de travail et d'assiduité, c'est à cause des professeurs nuls, incapables d'enseigner  ...
Et ainsi de suite pour toutes les contrariétés qui peuvent lui arriver, son credo : c'est la faute des autres !
Une vraie tête à claques !!! 

Autant dire qu'il va se révéler particulièrement dangereux et hargneux car les personnes qui l'ont contrarié au cours de sa triste vie sont légions et les victimes potentielles très nombreuses.

Eve Dallas va encore faire preuve d'une ténacité à toute épreuve, pas question pour elle de baisser les bras !

C'est pour elle un devoir, vis-à-vis des malheureuses victimes, de retrouver le criminel et de lui faire payer ses actes.

Surtout qu'au cours de sa cavale, Jerald va se montrer particulièrement retors et sournois et ses crimes vont gagner en puissance ! 


T38 De crime en crime

Connor  découvre deux cadavres en faisant des travaux dans un vieil immeuble à New York. Sa femme mène l'enquête pour retrouver les coupables de ces deux crimes et des dix supplémentaires qui ont eu lieu au Sanctuaire, foyer pour jeunes délinquants. En effet, le meurtre de ces douze jeunes filles rappelle quelque chose, ou plutôt quelqu'un, à Eve Dallas. 


Dans cette seconde affaire, Dallas va devoir affronter ce passé qui la hante encore !

Suite à la découverte de 12 dépouilles, dissimulées derrière un mur, Eve Dallas va devoir mener une enquête qui va la replonger dans son passé.

Le début de l'enquête lui révèle qu'il s'agit de 12 jeunes filles âgées de 11 à 14 ans  et décédées depuis une quinzaine d'années.
Mais réduites à l'état de squelette, l'identification des victimes va se révéler particulièrement ardue.

Le lieutenant découvre qu'il s'agit de jeunes filles qui avaient soit fugué, soit fui leur famille d'accueil ou leur propre famille, soit des jeunes droguées mais toutes avaient un point commun : elles étaient à la rue, livrées à elles-mêmes.

Autre point commun pour certaines d'entre elles : elles avaient trouvé refuge, à un moment ou à un autre au Sanctuaire, un foyer pour jeunes délinquants.
C'est d'ailleurs entre ses murs qu'elles ont été retrouvées.

Dallas va se donner corps et âmes pour trouver le coupable car elle se retrouve dans ces gamines assassinées.
Elle aussi a connu la rue et les familles d'accueil et si la chance n'avait pas été de son côté, elle aurait pu finir comme elles !

Et plus les identifications progressent, plus Dallas se sent proche des victimes et déterminée à mener à bien son enquête !

Connor qui a fait la macabre découverte, dans cet immeuble vétuste qu'il vient d'acheter, se sent aussi particulièrement impliqué d'une part parce que c'est lui qui a découvert le charnier mais aussi parce que lui aussi a connu la rue dans son enfance.

Il va donc aider sa femme, comme a de nombreuses reprises, à résoudre cette affaire qui va se révéler particulièrement sordide et d'autant plus terrible qu'elle concerne des enfants sans défenses et déjà bien marqués par la vie !

En bref, encore une fois, j'ai été happée par ces deux enquêtes, la première doit son originalité au fait qu'elle se déroule "à l'envers", pas de coupable à démasquer puisqu'on le connait dès le départ, mais une traque intensive tout le long du récit.
Dans la seconde, c'est un sujet particulièrement sensible et délicat qui est abordé avec ces multiples crimes touchant des enfants que leur courte vie n'a pas épargnés.  

   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire