vendredi 28 juin 2019

Les MacCoy tome 1 : L'Ogre et le Chardon d'Alexiane Thill


 
Hugo Roman Poche//615 pages//13 juin 2019
Disponible en eBook 

Riamh, m'eudail
À jamais, mon amour...
Et si les clans d'Écosse n'avaient jamais disparu ? Et s'ils continuaient à diriger les Highlands à l'insu du reste du monde ?
Quand Phèdre arrive à Édimbourg pour respecter les dernières volontés de son père, elle se retrouve malgré elle entraînée dans ce monde de clans et de querelles sanglantes qui lui est inconnu. Recueillie par le fougueux et irascible Caleb, chef du clan MacCoy, elle se révèle bientôt être une pièce maîtresse sur l'échiquier du pouvoir...


Je ne sais pas trop comment aborder ma chronique, car tout est confus dans ma tête.

Deux sentiments contradictoires se disputent.

D'un côté, j'ai plus qu'adoré ma lecture ! J'ai passé un moment excellent et je n'ai pas pu lâcher le roman, alors qu'en ce moment je peine à lire plus de deux lignes dans ma journée.

Néanmoins, d'un autre côté, j'ai tiqué. À de nombreuses reprises. 
La première fois, c'était dans la façon d'appréhender les crises de panique de l'héroïne : prendre des anxiolytiques pour calmer une attaque de panique, mouais, ce n'est pas un bonbon magique ! (et pour en avoir été sujette pendant des années, je sais qu'une crise ne s'atténue pas ainsi...). Cela m'a fait grincer des dents, parce qu'elle les avale comme si c'était des Tic-Tac (plus de 6 dans la même soirée...). Mais bref, n'étant qu'un détail, je suis passée outre.

Surtout que l'écriture d'Alexiane est  fluide, entraînante, à la fois simple et recherchée, sans jamais être surjouée. En un mot : top ! Et puis, plus je progressais dans l'histoire, plus je devenais accro.

Sauf qu'encore une fois, j'ai été déroutée. 
Mais là, de façon plus permanente, puisque cette sensation de gêne ne m'a plus quittée. Si beaucoup ont adhéré (et adoré) ce mélange d'historique et de contemporain, ce n'est pas mon cas. J'ai eu l'impression que l'héroïne, en arrivant en Écosse, tombait dans une faille temporelle qui nous ramenait au temps des Highlanders. J'adore les Highlanders, ce n'est pas le problème. Cependant ils sont brut de décoffrage et leurs comportements et leurs actions envers les femmes laissent souvent à désirer ; ça peut hérisser les poils, mais cela reste en accord avec l'époque. Mais que dire ici ? Quelle image cela transmet quand le héros, Caleb, prend les "non" de Phèdre pour des "oui" ? Quand la molester et la soumettre deviennent acceptables ? Quand l'héroïne n'a plus son mot à dire ?  Personnellement, ça m'a gênée. Surtout que tous les hommes dans ce texte se comportent de façon horriblement machiste, comme s'ils vivaient encore au 16ème siècle. Pour moi, les réactions n'étaient pas en adéquation avec notre époque actuelle et ce côté rustre qui vient d'un autre temps, n'est pas pardonnable, ici (sans compter qu'elle donne une image bien triste des hommes). Du coup, autant dire que Caleb ne m'a absolument pas fait rêver. Un homme comme ça : je fuis, loin, très loin.

Malgré tout, et c'est pour ça que dans ma tête c'est un gros boxon, j'ai kiffé ! L'intrigue, l'ambiance, la plume : tout m'a plu. Certes, j'aurais préféré lire une vraie romance historique, néanmoins il faut rendre à César ce qui est à César : ce roman est extra ! J'ai eu beau vouloir assassiner un paquet de protagonistes, j'ai également vibré avec eux. Ils m'en ont fait voir de toutes les couleurs, je suis passée par tout un tas d'émotions diverses en lisant ce tome, alors pour moi c'est un pari réussi. 

Quand un livre te procure autant de sensations fortes, il ne faut pas passer à côté.

https://amzn.to/2RGVsPA






Aucun commentaire:

Publier un commentaire