mercredi 20 mars 2019

Toxic Love de M. J. Swan

 
Collection &H//Broché 558 pages//6 février 2019
Disponible en eBook
 

 

 Elle croyait qu’elle n’avait plus rien à perdre… jusqu’à ce qu’elle le rencontre.

 Un regard. Un seul regard d’Ezio a suffi pour que Calie comprenne qu’elle pouvait encore ressentir des émotions. Dans les yeux de son garde du corps, elle a lu la même souffrance et la même rage qui sont les siennes depuis que la vie lui a arraché sa mère, puis son père. Et, bien qu’elle ignore tout de l’histoire contée par les cicatrices et les tatouages de l’homme de main de son oncle, elle sait désormais qu’elle n’est pas aussi seule qu’elle le pensait. Mais ce lien silencieux qui les a réunis pendant une seconde est aussi salvateur que toxique, car Ezio évolue dans un milieu violent et dangereux. Alors, elle doit à tout prix rester à distance ; elle ne peut pas courir le risque de s’attacher à lui et de le perdre : la mort lui a déjà tant pris qu’elle n’a plus rien à lui donner, si ce n’est sa propre vie. 




Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre avec Toxic Love, tout simplement parce que je n’ai lu qu’un seul roman sur le monde des bikers (il y a très longtemps en plus) que je n’ai jamais regardé Sons of Anarchy ni quoi que ce soit en lien avec ce milieu. Non pas par manque d’intérêt, mais parce que je n’ai pas pris le temps de le faire. Du coup, j’ai lu ce roman avec une vision pour ainsi dire « vierge » de l’univers des bikers, même si je connaissais quand même les bases.

Si j’ai passé un moment sympathique avec Toxic Love, je ressors de cette lecture un peu mitigée et ce, pour plusieurs raisons.

Toxic love est un roman avec peu de temps morts, il se passe toujours quelque chose et les révélations s’enchaînent au fil des pages. Certaines sont vraiment bien trouvées, d’autres un peu moins, mais dans l’ensemble, le roman est bien construit. L’avantage, avec toute cette action, c’est qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Cependant, malheureusement, le roman perd parfois en crédibilité. Calie a vécu mille vies en une, peu de choses lui ont été épargnées et il y a par moments un léger goût de trop. L’autre point qui m’a perturbée, c’est que malgré ce rythme très dynamique, de nombreuses longueurs se glissent tout au long du récit, les réflexions de Calie s’étirent et il m’arrivait de décrocher.

Calie, d’ailleurs, est un personnage sur lequel j’ai eu du mal à me faire un avis. Par moments, elle m’a beaucoup agacée, car elle pleure tout le temps. Au vu de ce qu’elle subit, on peut considérer que c’est normal. Mais j’ai eu l’impression qu’elle pleurait plus des rejets d’Ezio, que des pertes ou épreuves qu’elle endure. Du coup, j’ai eu un peu de mal à m’identifier à elle, à comprendre son fonctionnement.
Concernant Ezio, je suis beaucoup plus tranchée. J’ai adoré ce personnage sombre et mystérieux, si intrigant. Il ne fait pas toujours les bons choix, mais c’est ce qui m’a plu chez lui. Ce côté imparfait, parfois un peu connard.
Les autres personnages sont un peu plus effacés (surtout dans la seconde partie) car très nombreux, mais ils ont chacun une personnalité qui leur est propre. Et ils ne sont pas épargnés par l’auteure (les plus sensibles se muniront de mouchoirs) c’est d’ailleurs un autre aspect du livre, plus sombre, qui m’a plu.

Un autre point sur lequel j’ai eu un peu de mal, c’est l’écriture. J’aime beaucoup lire des romans avec un langage très recherché voir soutenu, du vocabulaire, des figures de style etc, mais je n’ai rien contre une écriture plus simple si elle est soignée. Dans Toxic Love, la plume est donc simple et les émotions sont bien retranscrites, mais il y a énormément de répétitions (parfois deux dans la même phrase) et quelques fois des phrases n’avaient pas toujours de sens, par exemple : « j’étais toujours accrochée à lui comme une noyée à une bouée » ou encore « nous avons des cicatrices qui ont du mal à se refermer ».
Ces maladresses sont sans doute dues que ce roman est le premier de M.J. Swan et sa plume ne pourra donc que s’affirmer au fur et à mesure de ses publications.


Pour conclure, Toxic Love est un roman divertissant avec des drames, de la passion et de l’action, malgré quelques longueurs et maladresses, et qui plaira sans nul doute aux amateurs de romances à suspens.


https://amzn.to/2TxK64y


Aucun commentaire:

Publier un commentaire