dimanche 10 février 2019

De brume, de métal et de cendre de Gwendolyn Clare

Lumen éditions, 17 janvier 2019, 480 pages, disponible au format papier







Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l'encre et du papier ? En s'armant d'encre et de papier, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts des univers entiers. Il suffit, pour accomplir ce miracle, de respecter les règles complexes d'une discipline toute récente, la scriptologie. Elsa est l'un de ces nouveaux savants aux pouvoirs vertigineux. Quand elle découvre avec stupeur que sa mère a mis au point un livre capable de modifier le monde réel, elle n'a plus qu'une idée en tête : récupérer ce dangereux ouvrage avant que ne survienne un drame irréparable.

Mais il est déjà trop tard... Non content de la trahir, Leo, l'ami le plus cher d'Elsa, s'est emparé du précieux livre-monde pour le remettre à son père, le terrible Garibaldi. Ce fou furieux entend bien unifier l'Italie, quel qu'en soit le prix. Dès lors, il ne reste plus qu'un espoir à la jeune fille – et à l'humanité tout entière : celui que ses ennemis échouent à déchiffrer le manuscrit qui pourrait bien réduire à néant la planète...

Saura-t-elle réparer par l'écriture un monde devenu fou ? Une multitude d'univers créés de toutes pièces entrent en collision dans ce deuxième et dernier tome de la duologie. Passé tragique et ténébreuses conspirations, univers de poche et armes ultimes : suivez cette héroïne armée d'encre et de papier à travers une ribambelle de mondes réels et inventés !  

 
Au début du récit, alors que Jumi se remet tout doucement des séquelles de son enlèvement et de sa détention, Elsa, Porzia et Faraz ont bien du mal à admettre la trahison de Leo.

En effet, celui-ci s'est enfui pour rejoindre son terrible père, Garibaldi, emportant avec lui le méta-livre, LE livre capable, s'il tombe entre de mauvaises mains, de causer la perte de l'humanité.

C'est d'ailleurs le but recherché par Garibaldi qui veut, quelque soit le prix à payer et les vies humaines à sacrifier, unifier l'Italie.

Faraz est persuadé que Leo a agi de la sorte pour une bonne raison, impossible pour lui d'imaginer son ami les trahir pour rejoindre ce père qu'il déteste.
Porzia ne décolère pas et gare à Leo si elle le retrouve.
Quant à Elsa, elle a du mal à supporter la trahison de Leo qui non seulement a détruit la confiance qu'elle avait en lui mais aussi son coeur.

Qu'importe, le plus important pour l'instant est de retrouver à tout prix le méta-livre pour le mettre à l'abri de l'avidité de Garibaldi et pour ce faire, Elsa n'hésitera pas à se jeter dans la gueule du loup.

Mais Garibaldi n'est pas le seul ennemi retors et fourbe, elle devra aussi se méfier d'Aris, le frère maléfique de Leo.

Un Leo qu'elle va retrouver avec des sentiments mitigés mais prendra-t-elle le risque de lui faire de nouveau confiance ?

Pas sûr car comme le dit si bien le dicton : chat échaudé craint l'eau froide !


Et comme si cela ne suffisait pas, Casa, la machine qui assure la sécurité et la maintenance de la Casa della Pazzia  - passez- moi l'expression - pète une durite et voilà les habitants de la maison retenus en otages et enfermés contre leur gré !

Comment vont faire Porzia et Faraz pour s'échapper et mener à bien la mission que leur a confiée Elsa et qui, si elle n'est pas réalisée à temps, risque de faire échouer leur plan ?


Lorsque j'ai commencé la lecture de ce second tome, j'étais impatiente de découvrir comment allaient réagir nos amis à la trahison de Leo et surtout, comment allaient-ils faire pour récupérer le méta-livre.

Et je dois dire que je n'ai pas été déçue !

Avec talent, l''auteur nous emmène une fois de plus dans une aventure aux nombreux rebondissements et à l'intrigue captivante.

Une tension de chaque instant : parviendront-ils à retrouver le livre à temps, à empêcher les funestes projets de Garibaldi, à déjouer les pièges - nombreux - tendus par leurs ennemis, à faire de nouveau confiance à Leo, à sauver le monde...

Des questions auxquelles l'auteur nous apporte les réponses mais pas toujours celles que l'on aurait aimées avoir !

Dans le dernier tome de cette duologie, Porzia aura un rôle primordial à jouer.

On peut dire que, cette fois, les deux jeunes filles se partagent le rôle principal tant les actions de l'une peuvent entrainer - en cas d'échec - la perte de l'autre.

Un cinquième personnage, déjà présent mais dans une moindre mesure dans le tome précédent, va être mis en avant dans le récit.

Qui ? À vous de le découvrir !

En bref, une duologie qui, une fois tout l'univers bien assimilé, s'est révélée être passionnante, captivante, addictive et qui, grâce à un subtil - et talentueux - mélange de suspense, de rebondissements, d'action et de sentiments nous tient en haleine jusqu'au tout dernier mot !






https://amzn.to/2WVpK3s

Découvrez la chronique du tome 1 en cliquant sur la cover
 https://www.lesreinesdelanuit.com/2018/09/dencre-de-verre-et-dacier-de-gwendolyn.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire