mardi 29 janvier 2019

Dix petites poupées de B.A. Paris

 
Éditions Hugo Thriller//Broché  360 pages//3 janvier 2019
Disponible en eBook


 

 LA DISPARITION
Layla a disparu il y a douze ans, en pleine nuit, sur une aire d'autoroute, alors qu'elle rentrait de vacances en France avec son petit ami, Finn. On ne l'a jamais revue depuis.

LES SOUPÇONS
Finn a raconté la vérité sur ce qui s'est passé cette nuit-là. Mais pas toute la vérité.
Ni aux policiers qui l'ont interrogé lors de l'enquête, ni même à Ellen, la soeur de Layla, avec laquelle il a refait sa vie et qu'il s'apprête à épouser.

LA PEUR
Quand un de leurs voisins croit apercevoir Layla près du cottage où vivent Finn et Ellen, le passé ressurgit. Finn reçoit d'étranges et inquiétants e-mails. Layla serait-elle encore en vie ? Et pourquoi des petites poupées russes, souvenirs de l'enfance des deux soeurs, font-elles soudain leur apparition ? 


 

Ayant beaucoup apprécié Défaillance de BA Paris, c’est avec impatience que j’ai eu envie de plonger dans son nouveau roman, Dix petites poupées. Le résumé, plus qu’alléchant, m’avait déjà mis l’eau à la bouche.
À peine l’ai-je donc tenu entre mes mains que je l’ai commencé. Je l’ai lu assez vite, l’histoire étant très addictive. Les pages se tournent toutes seules, l’écriture est simple et fluide, le suspens omniprésent.

Nous débutons le roman sur la déposition de Finn, faite douze ans avant le début de l’histoire, le soir où Layla, sa petite-amie, a disparu. J’ai adoré ce passage car nous sommes dès le départ plongés dans le vif du sujet. D’ailleurs, ce que j’ai aimé par-dessus tout, ce sont les pensées de Finn qui concluent la déposition que nous venons de lire et qui, dès le début, nous donnent envie d’enquêter.

Donc douze ans après, nous retrouvons Finn qui semble filer le parfait amour avec Ellen. Ellen qui n’est autre que la sœur de Layla !
Dès le début, nous nous interrogeons sur ce qui s’est vraiment passé pendant cette nuit. Dans la première partie de la lecture nous alternons entre passé et présent, ce qui nous met dans un climat d’attente perpétuelle car évidemment, nous voulons savoir ce qui s’est passé avant, mais également ce qui va se produire maintenant.

Dans la deuxième partie, nous avons le point de vue de deux personnages. L’un est Finn ; l’autre, je vous laisse le découvrir. Passer d’un protagoniste à l’autre renforce considérablement le suspens puisqu’il nous faut démêler le vrai du faux afin de ne pas se faire piéger.

Enfin, dans la dernière partie, Finn conclut l’histoire. 

Nous suivons l’intrigue à travers ses yeux pour, enfin, découvrir la vérité. Une vérité à laquelle j’ai fini par penser, mais à laquelle je ne pouvais pas croire parce qu’elle me semblait trop tirée par les cheveux.
En effet, ça sera pour moi, en dehors de quelques longueurs, le seul point négatif de ce roman. J’ai trouvé l’idée sympathique, mais il me manquait sans doute des explications pour que je puisse y adhérer. Pour moi, à ce moment-là, le scénario ne m’a pas paru très crédible.
Néanmoins, malgré cette ombre au tableau, j’ai passé un très bon moment de lecture. 

Ce que j’apprécie beaucoup, dans les deux thrillers que j’ai lus de B.A Paris, c’est qu’on sort de l’esprit « enquête judiciaire » avec un ou des meurtre(s), la scientifique, la police etc. Ici pas de meurtres, de violence, mais de l’angoisse. La victime est vivante et le but est de la torturer (ou même de la tuer) psychologiquement. L’épier, la manipuler, la faire douter, la pousser aux portes de la folie. Ça a quelque chose d’extrêmement malsain et d’un peu effrayant, et on ne peut s’empêcher de penser que cela pourrait si facilement nous arriver…



https://amzn.to/2CW4dy6

https://www.facebook.com/hugothriller/
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire