jeudi 25 octobre 2018

La boîte de Pandore de Bernard Werber

Albin Michel, 26 septembre 2018 - Grand Format 560 pages
Disponible en eBook




Savez-vous qui vous êtes vraiment ?
Êtes-vous sûr de ne pas avoir vécu d'autres vies ?
Bernard Werber est un des romanciers les plus lus en France, traduit dans le monde entier, notamment en Russie et en Corée du Sud, où il est un véritable auteur-culte, vendu à plusieurs millions d'exemplaires.



Quand j’ai découvert le résumé du roman, deux simples lignes, je dois dire que mon intérêt a été immédiatement piqué. Juste deux questions imprimées derrière la quatrième de couverture et déjà les rouages de mon cerveau s’activaient.
Et d’ailleurs, c’est tout à fait le but de cet ouvrage : nous amener à nous interroger.

Au début du roman, on fait la connaissance de René, un professeur d’histoire qui, avec son amie Élodie, assiste à un spectacle appelé « Hypnose et mémoires oubliées ».  
Lors de ce show, René est appelé comme cobaye par l’hypnotiseuse, Opale, pour participer à un numéro d’hypnose régressive.
Ce qui devait être un simple divertissement va totalement chambouler le personnage principal et remettre toute son existence en question.

Durant cette séance, il se retrouve plongé en pleine guerre 14/18, en 1917 précisément, pour vivre les dernières heures du caporal Hippolyte Pélissier, dans les tranchées. René se rend alors compte qu’il n’assiste pas à la scène comme simple spectateur mais qu’il est bel et bien Hippolyte.
Quand René sort de sa phase d’hypnose et revient dans le présent, il est complètement effrayé par ce qu’il vient de vivre et prend la fuite. À l’extérieur, il se fait agresser par un homme et la situation dérape, signant le début de ses ennuis.

Il cherche ensuite à recontacter l’hypnotiseuse pour refaire une séance d’hypnose régressive et ouvrir d’autres portes afin de découvrir ses autres « lui ». Une sorte d’amitié finit par naître entre Opale et lui.  Quand René fait une séance, il exécute toujours le même processus : il descend un escalier, ouvre une porte qui mène à un couloir contenant plein d’autres portes et derrière chacune de ces portes se trouve un de ces ancêtres. Il fait à chaque fois un vœu « je souhaite aller dans la vie où j’ai été le plus héroïque, le plus amoureux » etc et la porte qui lui promet cette existence s’allume. Il l’ouvre et découvre son histoire. À mesure qu’il fait connaissance avec ses « anciens lui », il apprend beaucoup sur l’homme qu’il est dans le présent. À tel point qu’il va complètement changer sa vie.


Je vais essayer de ne plus évoquer l’histoire car pour moi il est important qu’elle garde le mystère que la quatrième de couverture nous promet.  
Concernant mon ressenti, je dois dire que j’ai été étonnée par ce roman qui m’a beaucoup fait réfléchir, en particulier sur deux sujets : 
* L’Histoire retranscrite par les historiens est-elle la vraie Histoire ou bien a-t-elle été déformée par ceux-ci ?
* Est-il possible que nous ayons eu plusieurs vies et que celles-ci interfèrent dans notre présent d’une manière ou d’une autre ? 
Bien sûr, je me suis posée beaucoup d’autres questions durant ma lecture, car je ne savais pas trop où l’auteur voulait en venir, mais ce sont vraiment ces deux interrogations qui m’ont accompagnée tout le long.
Bernard Werber a habilement mêlé le fantastique au contemporain (légèrement futuriste car nous sommes en 2020 dans ce roman) et il est remonté très loin dans l’Histoire, revisitant même certains mythes.

Dans l’ensemble j’ai énormément apprécié ce roman, j’ai trouvé qu’il m’avait beaucoup apporté en terme de réflexion et il m’a également beaucoup appris. 
Je ne parle que rarement du titre et de la couverture des livres, mais ici j’ai adoré le clin d’œil du titre « La boîte de Pandore » ainsi que l’imitation des poupées russes avec la mise en abyme des visages.
La seule chose que je regrette, c’est l’essoufflement du récit sur la dernière partie et également la fin qui ne m’a pas marquée. Cependant, malgré ces deux petits défauts, le roman vaut vraiment le détour.

Pour conclure, je recommande vivement La boîte de Pandore, une œuvre qui amène à la réflexion tout en nous offrant son lot de divertissement.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire