lundi 18 décembre 2017

No love for fear T2 Memory game d'Angel Arekin

No love no fear - 2 - Memory Game par [Arekin, Angel]
BMR, 6 septembre 2017 - Grand Format 450 pages
Disponible en eBook

Depuis l’enfance Rine, Maël et Yano étaient amis. Quand Maël et Yano réalisent qu’ils sont tous les deux amoureux de Rine, ils font un pacte  : ne jamais rien tenter avec elle. Mais ni l’un ni l’autre ne tiennent parole, et une tragédie se charge de mettre fin au trio. Des années plus tard, alors que Rine entre à la fac, elle se trouve confrontée à Yano, qui semble lui vouer une haine sans bornes.
Alors qu’elle veut tout faire pour s’affranchir de leur passé, il la met au défi de parvenir à l’oublier. Il l’entraîne dans un jeu étrange pour la ramener à lui et la garder sous son emprise. Mais qui possède vraiment l'autre ?


 Après mon gros coup de cœur pour le tome 1, c'est avec une certaine fébrilité que j'ai lu celui-ci. Impatiente et en même temps craintive, car du coup j'en attendais beaucoup.

J'ai adoré ce second volet, sauf que cette fois-ci il y a un mais.
Premièrement, ce n'est pas un coup de cœur. C'était une super lecture, très intense, mais ponctuée de longueurs. Le début du récit peine à démarrer.
Je crois que je préfère les clashs à l'amûuuur, tout simplement. Et comme nos héros se sont avoués leurs sentiments, c'est de suite un poil moins intéressant.
Toutefois, il y a quelques jolis rebondissements, saisissants, qui viennent malmener notre petit cœur. Certains sont prévisibles - ou plutôt attendus, espérés - et d'autres nous percutent tel un camion lancé à pleine vitesse. Bonjour la claque.
Et c'est ce que j'aime dans les récits d'Angel : elle arrive toujours à nous surprendre, et bien souvent de façon spectaculaire.

La première partie du roman, où l'histoire est plus centrée sur Théo (le frère de Yano) et ses bêtises, est celle qui m'a moins plu. La seconde partie, par contre, est un régal. J'ai frémi plus d'une fois à la découverte de certains éléments. Nous en apprenons beaucoup plus sur Maël, personnage tout aussi complexe et ambigu que Yano (c'est dire).

No love no fear est une trilogie, il me reste donc le tome 3 à lire. Mais j'avoue quand même que je flippe un peu, car je me demande ce que l'on peut bien rajouter à cette histoire. À voir donc ce que Yano et Rine nous réservent.

En bref ? Une romance haute en couleur et riche en émotions.


Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente

Aucun commentaire:

Publier un commentaire