mercredi 13 mai 2020

Les mystères fantastiques de Paris T1 Le mystère du mangeur d'âmes de Thomas Andrew et Sebastian Bernadotte

Juno Publishing éditions, 16 avril 2020, 228 pages, disponible
 au format papier et numérique







1889. Paris, la Ville Lumière et ses avenues arborées, ses boutiques raffinées, ses mondanités somptueuses, son effervescence urbaine, mais aussi sa criminalité surnaturelle sur laquelle l’I.S.F veille, avec, à son commandement, Louise de Stalles et Paul Deschanelles. L’une est un succube aristocrate, au caractère bien trempé qui dévore la vie à pleines dents. Le second est un nécromancien dandy qui tourne de l’œil dès qu’il croise un cadavre. Leurs points communs ? Le danger, le mystère et leur amour pour la gent masculine.
Lorsqu’une série d’homicides s’abat sur la Capitale à quelques jours de l’inauguration de l’Exposition Universelle, les deux enquêteurs se démènent et remuent ciel et terre pour dénicher ce maudit mangeur d’âme, quitte à se frotter, d’un peu trop près, à leurs ennemis et à réveiller, bien malgré eux, de vieux démons enfouis.


Nous sommes au coeur de Paris, en 1889, à quelques jours de l'inauguration de l'exposition universelle qui vit la naissance de la tour Eiffel !

Louise de Stalles, comtesse de Frontenac, est une jeune femme d'apparence fragile mais qui cache en fait un redoutable succube, friand du chi humain mais qui raffole de celui des vampires au goût si particulier.

Paul Deschanelles est un nécromancien, il forme avec Louise, un duo d'enquêteurs travaillant pour l'ISF - investigations surnaturelles françaises - pour régler, en toute discrétion, les crimes - en nette progression - concernant l'outremonde.

L'agence regroupe donc succube, nécromancien et aussi loup garou en la personne de Nelson Plymac, médecin légiste.

Une nouvelle affaire se présente : la découverte du corps d'une jeune femme vidée de son sang et aux mains violacées.

Louise en est persuadée : c'est l'œuvre d'un vampire !


Mais il semblerait qu'il s'agisse d'une toute autre sorte de prédateur.

Paul, de par sa nature, peut converser avec les défunts et les réanimer un bref instant. Mais cette fois, impossible pour lui de communiquer avec la victime ce qui ne fait qu'épaissir davantage le mystère.

Une nouvelle venue fait son arrivée dans l'équipe, Gladys Quirrel, une spécialiste en ingénierie, créatrice de gadgets et surnommée Miss Q que Louise n'apprécie pas particulièrement.

Au cours de leur enquête, Paul retrouvera un ancien amant, avec qui il a vécu une relation intense et torride, nécromancien, comme lui.
Il va nouer une nouvelle relation avec un beau soldat russe quant à Louise, elle ne sera pas en reste car elle va rencontrer un dignitaire russe, Nikolaï, tout aussi séduisant que Sergeï, l'amant de Paul.

Mais, leurs idylles respectives mises à part, ils devront faire diligence pour tenter de découvrir l'assassin car le temps presse et un terrible danger menace l'exposition universelle elle-même !


C'est toujours un plaisir de lire les romans de Thomas couplé, cette fois à la plume de Sebastian et il faut reconnaitre que c'est une réussite.

Nous sommes plongés dans un récit fantastique steampunk et bit-lit mélangés. Nous y retrouvons des créatures surnaturelles, du suspense, de l'action, de l'humour et de la romance.

Un mélange parfaitement équilibré !

J'avais peur que la romance et les scènes un peu plus "hot" prennent le pas sur l'intrigue à proprement parlé mais il n'en est rien et c'est parfait ainsicar c'est le côté surnaturel qui m'avait séduite dans le résumé ! 


Parlons un peu des personnages : je dois dire que ma préférence penche pour Paul qui est l'exact opposé de Louise.

Louise est sûre d'elle, extravertie, centrée sur elle-même (c'est d'ailleurs cet aspect de sa personnalité qui a fait pencher la balance en faveur de Paul), elle possède un humour incisif et corrosif dont Paul fait souvent les frais, maitresse d'elle-même, elle garde toute sa lucidité et sa capacité d'analyse même face au danger.
Paul est quelqu'un de (trop) gentil, humain, il ne supporte pas de voir un cadavre, il subit, parfois avec agacement, sa bouillante équipière mais on sent qu'une véritable affection les unit.
Nelson est un excellent médecin légiste, bougon à souhait quant à Miss Q, c'et une inventrice de génie qui offre à nos amis, des petits gadgets bien utiles comme l'ombrelle pare-balle, la montre gousset explosive ...

Et j'ai pu m'empêcher de remarquer que le nom de Miss Q, créatrice de gadgets, rend hommage à un certain Q, inventeur tout aussi génial dans les James Bond !



 En bref, ce premier tome annonce une série qui risque de se révéler rapidement addictive !







 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire